Nelly Margotton
Conseil en développement de l'intelligence managériale.
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 févr. 2009

Surcharge de travail...

Nelly Margotton
Conseil en développement de l'intelligence managériale.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

... pour les agents ANPE dans les prochains temps...

Vendredi soir, fin d'une semaine épuisante à tous les niveaux, peu de temps pour réagir à l'actualité de manière forte, la crise obligeant en tout état de cause à privilégier le travail de fond et le long terme pour sortir de cette situation très critique qui laisse beaucoup de victimes sur son passage et qui n'a pas fini ses ravages.

Les agents ANPE se plaignent depuis des mois de ne pouvoir exercer leur rôle de manière optimale, qui suppose naturellement l'accompagnement au retour à l'emploi. Devant la recrudescence du nombre de "dossiers" (il s'agit avant tout de "dossiers" tellement le temps imparti aux personnes demeure insuffisant), la personnalisation du conseil et de l'accompagnement devient de plus en plus difficile, ce qui révèle surtout l'inconséquence des décisions gouvernementales en termes de décisions pour éradiquer le chômage.

L'obligation d'accepter les offres alors qu'il y en a si peu est une décision à court terme.

Le RSA qui dédommage les pertes de pouvoir d'achat en cas de retour à l'emploi et qui montre du doigt ceux qui ne le "méritent" pas parce qu'ils ne parviennent pas à travailler est une décision à court terme.

Les réformes en cours de la formation qui donnent la priorité à la formation des non-qualifiés sur des compétences pénuriques proposent dans le marché actuel des solutions à court terme.

Sans parler des solutions d'aides aux entreprises défaillantes qui ne prennent pas en compte le small business act européen, et n'ont qu'une perspective de court terme.

Le chômage augmente dans la zone euro de 8.2% au mois de janvier.

Aucune répercussion donc des réformes bidon, c'est flagrant. Ces solutions n'auraient pas été non plus très probantes en-dehors de la crise, mais leur inefficacité aurait pu passer inaperçue. Et comme on sait que certains analystes financiers donnaient l'alerte depuis de longs mois en 2007-2008 sur la fragilité de notre système économique, on a la preuve que nous sommes gouvernés par des inconscients.(s'il en fallait encore)

Des pistes?

Il me semble, à moi modeste professionnelle du secteur de l'emploi et de la formation depuis 8 ans, avec un esprit critique et tourné vers des idéaux humanistes, que c'est à partir de l'idée de parcours professionnel et par extension d'employabilité qu'il faut enfin poser les problématiques; il sagit de penser à la capacité humaine à trouver un emploi, à le maintenir, ou/et à capitaliser ses expériences pour développer ses compétences par l'évolution, le changement, la formation.

Le formation initiale doit prendre en compte la préparation à la flexibilité et à la formulation d'un projet qui oriente ensuite la carrière ou les choix... Même si certains emplois ne seront jamais que des gagne-pains ou des occupations tournées vers la survie de ses proches, ils ne doivent plus revêtir le même caractère définitif. La formation initiale doit donner du lien avec le monde de l'emploi et donc de la formation continue. Un véritable accompagnement des entreprises sur la base de l'intégration d'une véritable politique de formation à l'intérieur de la stratégie à long terme... doit aussi être encouragée. Il ne s'agit pas seulement de gestion des compétences pour l'entreprise, mais de gestion du parcours professionnel de ses salariés qui ne sont plus liés à vie à leur structure.

Et en période de chômage, comment travailler sur son employabilité?

On pourrait imaginer des agents ANPE qui s'occupent de personnes par le biais d'un parcours et non comme un simple numéro de dossier.(il faut bien sûr leur en donner les moyens).

En période de long chômage, il n'est pas forcément utile de combler les "groupes à former" avec des personnes en attendant les jours meilleurs juste parce que la compétence de la session de formation est "classée pénurique" : si on n'est pas sûr d'assurer derrière avec un poste de travail et qu'en plus, la compétence n'intéresse pas outre mesure le demandeur d'emploi, on jette (encore) l'argent par les fenêtres.

La longue période de chômage qui attend certaines personnes va être douloureuse... L'occasion de recréer du lien, de s'associer et de s'engager dans le milieu associatif pour garder du contact, des connexions, en attendant que le Nième plan de relance à court terme fasse repartir l'emploi... ou alors dès que l'homme providentiel sera descendu du ciel avec son habit de Superman et sa rollex... ou alors en regardant un peu plus loin que le bout de son nez, avec l'Europe, dans les projets à long terme d'encouragement de l'innovation et de l'initiative...

Donner du sens au vivre-ensemble malgré tout, trouver la force et l'énergie avec les autres... et même rejoindre tous ceux qui se bougent pour construire cette nouvelle société...

Ce week-end, ce sera... pfff repos. Parce que j'ai du boulot, que je peux me le permettre, et que mon temps c'est du luxe que je peux essayer de consacrer aux autres...

Un petit exemple (dont j'avais déjà parlé) de mesures à long terme qui résisteront à la crise : Le Small Business Act ici

(mon blog régulier : http://dansmabesace.blogspirit.com/)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « On est dans un basculement qui n’était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Justice
Au procès d’Éric Zemmour, la politique de la chaise vide 
Jugé jeudi pour avoir dit que Philippe Pétain avait « sauvé les Juifs français », Éric Zemmour n’est pas venu à son procès en appel. Faute d’avoir obtenu un renvoi après la présidentielle, son avocat a quitté la salle. Le parquet a requis 10 000 euros d’amende contre le candidat d’extrême droite.
par Camille Polloni