MACRON L'AUGUSTULE , ET MES PREDICTIONS POUR 2019

« Attendez-vous à savoir... » Geneviève Tabouis (1) a bercé ma jeunesse. M'inspirera t-elle aujourd'hui dans mes prédictions pour 2019  ? Dans le passé, c'est vrai, je ne me suis pas trop mouillé. C'est tout l'art du bonimenteur que, cependant, je ne suis pas.

 Quant à Augustule c'est le nom du dernier empereur romain d'Occident, déposé par Odoacre, roi des Hérules, mercenaires, qui, toujours impayés, se sont vraiment fâchés. Ils avaient fini par renvoyer les insignes impériaux à Constantinople et déclaré l'empire dissout (2) ...

  1. Politique intérieure

L'ordre établi va en prendre un coup en 2019.

Un nouveau pic de crise financière va surgir dans le sillage de la hausse des taux d'intéret (3). Le Président Macron semble reconnaître aujourd'hui que« le capitalisme ultra libéral et financier...va vers sa fin » (4). Brule t-il ainsi ce qu'il adorait hier  ? (5) Eclair de lucidité ?

Mais en s'en prenant toujours aux plus démunis, aux chômeurs, par exemple, qui devraient être incité, n'est-ce pas, à reprendre un emploi (!) le Président montre bien qu'il ne changera pas de cap.

Comme si les 6 millions de chômeurs pouvaient par « incitation » trouver comme par magie un emploi ! Par le retour au travail forcé, à l'esclavage ?

Les « pauvres » – disons les plus modestes - du fait des « réformes », devraient donc se faire encore plus presser le citron.

Sauf que nombre d'entre eux à présent, vont toujours plus se rebiffer (Gilets Jaunes). La France est un pays de géants, celui d'esprits rebelles. Et c'est un métèque, sans patrie, qui te le dit, mon pauvre Augustule !

Le Président français ne devrait donc pas être en situation de terminer son mandat. Au mieux il devra dissoudre le Parlement et appeler à de nouvelles élections comme l'avait fait De Gaulle en 1968 ou Jacques Chirac en 1995. Mais Macron est-il un homme d'honneur et de raison ?

La victoire électorale des populistes qui s'en suivra, sera contestée du fait d'une large abstention. Un chaos institutionnel, sans majorité parlementaire , perdurera où l'option d'un pouvoir martial, secrètement envisagé auparavant par certains, deviendra la stratégie des conservateurs.

Si tout va bien – cela dépend évidemment de quel côté on se place – on tendra, avec un mouvement social victorieux, s'étendant à plusieurs pays, vers une société collectiviste soft , de démocratie directe, avec gestion informatisée tendance vegan. Le capitalisme financier sera abattu notamment grace à une démonétarisation progressive des échanges, ce qui entravera la spéculation. La politique de sauvegarde de l'environnement pourra être promue tout en préservant les revenus des plus modestes.

Si cela tourne mal, ce sera le repli identitaire sauce balkanique, avec kalachnikov à la maison, treillis, cranes rasés. La guerre entre les intégristes et fascistes de tous bords. Certains en rêvent déjà : la chasse aux migrants illégaux la nuit, par exemple, avec chiens et poivrots débusquant femmes et enfants, quel pied !...

II. Où ira le monde ?

La dernière carte des capitalistes dans un monde sans avenir pour eux, serait le déclenchement d'une guerre mondiale. L'antagonisme entre la Chine et les Etats-Unis pourrait en fournir l'opportunité. Reste les opinions publiques. Même en Chine, où le mouvement démocratique va renaître.

On voit mal la mobilisation des populations pour une guerre comme en 1914.

Reste les conflits régionaux comme ceux qui touchent le Moyen-Orient depuis 70 ans. Parfois certaines guerres sont cependant l'opportunité pour les peuples de changer la donne. Il faut soutenir le Kurdistan démocratique menacé par la Turquie. On a déjà vu par ailleurs que le mouvement social en Syrie a été vaincu par la guerre dès 2011.

Tout comme les Etats-Unis, le sous continent américain reste une terre de guerre civile où s’affronteront les conservateurs et l’extrème-droite contre la société civile. Au Brésil, appelé sous la férule de Bolsonaro à devenir une dépendance des USA, la paix sociale sera rapidement rompue.

Si le mouvement social en France fait basculer l’Europe, le reste du monde se soulevera aussi contre les oligarchies capitalistes.

Côté jardinage et potager, profiter du climat plus chaud pour cultiver et faire des stocks. C'est plus prudent...

 

 

(1) Geneviève Tabouis, 1892-1985, journaliste et chroniqueuse, notamment à la radio, qui commençait ses émissions par des phrases fétiches comme celle-là...

 

(2) Romulus Augustulus - « le petit Auguste » -, le dernier empereur romain d'Occident, s'en tira bien. Agé de 14 ans il fut relegué par Odoacre dans une villa sur la Riviera... Si Macron tarde ou tergiverse trop, il n'est pas sûr que sa carrière politique se termine aussi bien.

 

(3) C'est la Banque Fédérale américaine qui décide du taux du « loyer de l'argent ». Elle a décidé d'une hausse pour ces prochaines semaines. En attendant « tout le monde » se précipite pour spéculer car on a compris que « l'argent à taux 0 » n'a plus qu'une durée limitée.

 

(4) Pour comprendre pourquoi le capitalisme aboutit à la voie sans issue de la financiarisation lire mon petit ouvrage, interdit par les éditeurs, « Krachs,spasmes et crise finale », https://lachayotenoire.jimdo.com/nemo/

 

(5) En avril 2017, il réclame ainsi moins de règles entravant la spéculation financière : « Macron, candidat critique des règles financières nées après la crise » Le Parisien 11/04/2017.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.