Nestor Ferrer
Ours de contrefaçon
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2021

Étudiants et Étudiantes, dehors

Dehors, vous n’avez rien à faire là. Le métier d’AED ne devrait pas être pour vous. Vous n’avez rien à faire là.

Nestor Ferrer
Ours de contrefaçon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

    Dehors, vous n’avez rien à faire là. Le métier d’AED ne devrait pas être pour vous. Vous n’avez rien à faire là. Retournez à vos cours et à vos dossiers, retournez à vos mémoires et à vos amphis. Je devrais y retourner moi aussi. Le métier d’AED ne devrait pas être pour nous. Nous n’avons rien à faire là ! Même si le métier est considéré comme un métier taillé pour les étudiant.e.s, je le répète, je l’affirme même : Étudiants et Étudiantes, dehors !

    Les étudiant.e.s ne devraient avoir rien d’autre à faire que d’étudier. Il faut en finir avec ce concept absurde « d’étudiant-salarié ». Quelqu’un qui étudie devrait pouvoir s’y adonner pleinement sans être détourné par des nécessités financières. Non, l’enseignement supérieur n’est pas gratuit et non les bourses ne permettent pas de subvenir aux besoins des jeunes étudiantes et étudiants. Les faire travailler ne contribue qu’à les enfermer dans un cercle vicieux de précarité financière et universitaire. C’est un fantasme de croire qu’il est possible de pleinement s’investir dans l’université tout en travaillant. D’autant plus que les, puisqu’on appelle cela comme ça pour les jeunes,  « jobs alimentaires » sont souvent des travaux fatigants et aux horaires trop peu souvent compatibles avec les cours. 

    Alors oui il est écrit textuellement que ce métier d’Assistant d’Éducation est constitué pour favoriser le travail des étudiant.e.s par des nuits d’internat et des horaires adaptés aux heures de cours. Mais il faut bien se dire deux choses. D’abord le système ne marcherait pas s’il n’y avait pas des AED qui ne sont pas en études supérieures pour combler les aménagements des étudiants. Ensuite Il n’est pas possible aujourd’hui d’affirmer qu’une majorité d’AED sont des étudiant.e.s ce serait même plutôt l’inverse. Même s’il ne semble pas exister de chiffres, nombreux et nombreuses sont les collègues qui ont des enfants à charge, qui parfois s’en occupent seul.e.s. La moyenne d’âge aussi semble plus s’approcher des 25-30 ans que des 18-25 ans. 

    En développant ce propos je suis conscient que je remets en cause ma présence dans la vie scolaire comme celle de nombre de mes collègues mais n’est-il pas nécessaire de regarder la réalité ? Ni les étudiants, ni les AED sans autre emploi ne sont formés à l’accompagnement des élèves. Quelques un.e.s ont peut- être eu la chance de passer un BAFA mais très rares sont conscients de leur rôle pédagogique auprès des enfants. Il est nécessaire de former les AED. Il est nécessaire de faire évoluer ce métier pour qu’il réponde aux besoins des élèves. Maintenir la position d’un métier pour les étudiants c’est affirmer que les enfants ne méritent pas un encadrement correct.

Car ne nous devons-nous pas d’exiger le mieux pour les enfants ? Ils et elles sont l’avenir pas seulement de notre pays mais du monde. À l’heure où ce dernier est au plus mal n’est-il pas temps de faire en sorte que la relève soit en mesure d’assurer un monde meilleur ? Mais peut-être que je me trompe en affirmant cela et que ni les étudiant.e.s ne méritent d’étudier correctement, ni les enfants ne méritent d’apprendre convenablement ? Dehors les étudiants.e.s, il est peut-être aussi temps de réclamer les moyens de pouvoir étudier librement et sans contraintes ? Dehors c’est la rue et la rue reste le meilleur endroit pour battre le pavé !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel