Nestor Romero
Enseignant... encore un peu
Abonné·e de Mediapart

257 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mai 2022

Carole Delga, le tourisme et l'écologie

Voici que Carole Delga invoque non seulement les mânes de Mendès France mais aussi la morale pour s’indigner d’un éventuel accord entre le PS et la FI en vue des législatives.

Nestor Romero
Enseignant... encore un peu
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Carole Delga dans le Lot

« La morale en politique interdit que stratégie et convictions divergent, fût-ce pour des motifs d’opportunité transitoire. C’est ce que j’appelle la vérité. Pierre Mendès France”, a “twitté” Carole Delga selon la Dépêche du Midi. 

Si son sens de la morale en politique lui coûta de ne pas faire long feu à la tête du gouvernement en 1954 (il ne tiendra que sept mois et demi) il convient tout de même de rappeler à madame Delga que Mendès quitta le Parti radical non pour rallier le PS (la SFIO à l’époque) mais le PSA qui deviendra très vite le PSU (pour ainsi dire un parti de gauchistes, un peu timorés il est vrai). 

Puis de rappeler également que sa morale ne lui interdit pas d’être présent à Charléty le 27 mai 1968 au cœur d’une forêt de drapeaux rouge et noir jouant des coudes avec son ex-ministre de l’Intérieur François Mitterrand, celui justement qui est toujours adulé par le chef (je dis chef car c’est une évidence, hélas) de la FI que madame Delga abhorre. La morale en politique est agitée parfois de curieuses contorsions. 

Mais qu’en est-il de la morale selon madame Delga?  Il est toujours prudent de se mettre d’accord sur les mots avant d’en user. S'agissant de morale il vient immédiatement à l’esprit de convoquer ce fameux “Impératif catégorique” de Kant qui a beaucoup servi et qui, à mon avis, servira encore beaucoup. Il s’énonce ainsi : 

“Agis de façon à traiter l’humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne des autres, toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen.” 

 La question alors est celle-ci : madame Delga traite-t-elle l’humanité, c’est-à-dire en l’occurrence les citoyens et citoyennes d’Occitanie comme fin ou comme moyen ? 

Pour pouvoir répondre à cette question il convient de rappeler que madame la Présidente est fort préoccupée d’écologie et de... tourisme ! Ce qui ne peut qu’apparaître, pour le moins, antinomique.  

Pourtant, elle n’hésitait pas à lancer, voici peu, la profession de foi suivante : 

« L’objectif pour la région Occitanie est de faire partie du Top 10 des destinations touristiques européennes » qui suscita la réponse fort pertinente que l’on trouvera ici. 

Sachant que le tourisme de masse est responsable de 8 à 10% des émissions de gaz à effet de serre, ce qui est énorme, qu’il est responsable du saccage des mers, des montagnes et des campagnes, qu’il est une nouvelle fois dénoncé dans le dernier rapport du GIEC en tant qu’il contribue grandement au changement climatique, sachant en outre que le taux de pauvreté (17,2% en 2018, chiffre INSEE) en Occitanie est l’un des plus élevés du pays, que le taux de chômage est de 9,5% au troisième trimestre 2021 (INSEE), on ne peut que réitérer la question kantienne : 

Madame la Présidente traite-t-elle ses concitoyens comme fin ou comme moyen ? Concrètement, par exemple, quand elle laisse faire l'horrible projet Sandaya au Tolerme et quand elle défend l’autoroute dans le Tarn sous le fallacieux prétexte de “désenclavement”, ne semble-t-il pas qu’elle traite “'l’humanité” comme moyen et non comme fin ? Qu'en est-il alors de la morale ? 

Madame la Présidente d’Occitanie rêverait-elle d’un “destin national” ? 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon