Coup de tonnerre à Souillac : Liébus viré !

C'est par ces mots, « coup de tonnerre » que La Dépêche du midi rend compte de la décision des délégués communautaires de « virer » (c'est le mot adéquat) par 70 voix contre 32 Gilles Liébus et de le remplacer par Raphaël Daubet, le jeune (43 ans) maire de Martel.

C'est par ces mots, « coup de tonnerre » que La Dépêche du midi rend compte de la décision des délégués communautaires de « virer » (c'est la mot adéquat) par 70 voix contre 32 Gilles Liébus et de le remplacer par Raphaël Daubet, le jeune (43 ans) maire de Martel mais également conseiller régional d'Occitanie et Président départemental du Mouvement Radical Social et Libéral.

Évidemment après avoir été viré (terme toujours adéquat) de l'exécutif du Conseil départemental du Lot il y a deux mois, c'est pour Gilles Liébus un grave désaveux de la part d'élus qui sans doute en avaient assez depuis un moment de sa permanente agitation et de sa folie des grandeurs qui s'est manifestée dans les funestes projets de Cité de la mode et du luxe à Souillac et du non moins fou projet d'aménagement du lac du Tolerme.

Pour autant nous ne réjouissons pas des déconvenues de notre concitoyen. Nous aurions préféré pouvoir débattre avec lui et tenter de le convaincre de l'absurdité de ses projets. Mais ce ne fut pas possible nous accusant de « faire de la politique », alors que lui, référent de LREM pour le Lot , bien sûr, ne faisait pas de politique. Quoi qu'il en soit il va pouvoir maintenant se consacrer entièrement à Souillac dont il a été élu maire au premier tour, avec tout de même près de 50% d'abstentions, ce qui n'enlève rien à sa légitimité,bien sûr, mais devrait le conduire à un minimum d'humilité.

Quant à nous, opposants à tous ces projets mirobolants, nous sommes convaincus que le nouveau président de CAUVALDOR consentira à écouter nos raisons et que pourra s'établir ainsi un dialogue constructif dont bénéficieront tous les habitants de cette terre que nous aimons. A cet égard il ne serait sans doute pas superflu qu'un audit de CAUVALDOR soit diligenté dans les plus brefs délais de manière à savoir ce qu'il en est de certaines dépenses prestigieuses et pour le moins surprenantes effectuées au cours du précédent mandat.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.