La fascinante démocratie du Rojava

Vient de paraître aux éditions «Noir et Rouge» l'imposant ouvrage de Pierre Bance, «La fascinante démocratie du Rojava» qui analyse le Contrat social de la Fédération démocratique de la Syrie du Nord et, par là, s'interroge sur la possibilité du dépassement d'une social-démocratie libertaire pour parvenir à une «société sans État ou avec si peu d'État», entre autres interrogations pertinentes.

rojava-couv

Confédéralisme démocratique, démocratie libertaire et non pas anarchiste tant le vocable "anarchisme" véhicule, de confusion plurivoque mais aussi, trop souvent, de sectarisme dogmatique.

Dans un précédent billet (ici) qui annonçait la prochaine parution de ce livre, Pierre Bance employait le terme anarchiste pour qualifier sa grille de lecture auquel il juxtaposait aussitôt le qualificatif constructive qui "dépasse la rigidité de l'orthodoxie théorique pour s'intéresser à la dynamique du mouvement". Il me semble en effet que c'est bien cela qui importe: la dynamique du mouvement, ce mouvement qui ignorant tout de Bakounine, de Kropotkine ou de Malatesta se répand à travers la terre entière sous la figure de communautés autogérées, de recherches concrètes de modes de vie refusant la compétition, la hiérarchisation du vécu, le "verticalisme" autoritaire, le consumérisme frénétique au profit d'une sobriété solidaire qui peut conduire, sait-on jamais? à quelque chose de l'ordre de la joie spinoziste. C'est peut-être bien dans ce mouvement que nous plonge la lecture de ce livre important.

On trouvera ci-dessous la présentation de l'ouvrage par l'auteur et le lien conduisant au dossier de presse :   

 

À l’heure où nous nous interrogeons tous sur l’avenir de la société comme sur les bases d’un « bon gouvernement », l’expérience menée au Rojava et dans le nord de la Syrie mérite attention. Le Rojava n’est pas seulement une épopée militaire des Kurdes de Syrie contre l’État islamique, un havre d’émancipation pour les femmes, un imbroglio diplomatique, un destin que l’on craint tragique, c’est aussi, et d’abord, une expérience politique et sociale fascinante.

Pour mettre en place une société se réclamant des Droits de l’homme et de l’écologie sociale, fondée sur la commune autonome et le fédéralisme, les acteurs civils et politiques de la Fédération démocratique de la Syrie du Nord s’appuient sur un texte constituant, le Contrat social. Ils tentent de concilier dans un même système institutionnel, démocratie directe et démocratie parlementaire. Si les progrès en matière de droits et libertés sont considérables dans un Proche-Orient patriarcal et conservateur, le fonctionnement démocratique des institutions fédérales est entravé par l’environnement géopolitique. Les autorités comme la population sont-elles en capacité de dépasser le stade d’une social-démocratie libertaire pour parvenir au confédéralisme démocratique, ce but annoncé d’une société sans État, ou avec si peu d’État ?

La Fascinante Démocratie du Rojava, tout en tentant de répondre à cette question, souhaite permettre à chacune et chacun, démocrate ou révolutionnaire, d’enrichir sa réflexion sur l’avenir de la démocratie, sur ce qu’elle pourrait être, sur ce que la Syrie du Nord apporte pour construire un autre futur.

http://www.autrefutur.net/Parution-de-LA-FASCINANTE-DEMOCRATIE-DU-ROJAVA-par-Pierre-Bance

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.