Tintin, Amarenco et le périnée

Quand après une opération qui vous retranche une prostate cancéreuse vous continuez à vous lever plusieurs fois par nuit, à subir des crises de "mal au cul", comme Tintin paraît-il, qui vous interdisent de rester assis trop longtemps, que faire?

tintin

Renseignement pris on va consulter le spécialiste unanimement reconnu par ses pairs : le professeur Amarenco en son service de l'hôpital Tenon.

Et comme l'attente pour une consultation publique est de l'ordre de plusieurs mois voire d'un an et que les brûlures deviennent insupportables on ne lésine pas et on consulte en privé, au diable l'avarice. Le jour dit le voici, vif et souriant, pas du tout le prof coincé derrière sa cravate et ses boutons de manchettes, lui c'est jeans et chemise bariolée, sympa donc, pas étonnant qu'il s'intéresse à Tintin, il lui ressemble.

Et rassurant, il interroge et il explique, pédagogue confirmé, il fait le tour de la question, si l'on peut dire, et le diagnostic tombe, rassurant donc : quelques séances d'électricité devraient être bénéfiques... Mais non, rien n'y fait. Deuxième consultation, perplexe le professeur, je ne sais plus ce qu'il fait, des aiguilles ou des électrodes par-ci par-là il regarde ses écrans, sceptique. Au moment de se quitter il propose une troisième consultation pour pratiquer je ne sais quoi, on ne sait jamais, il n'a pas l'air de trop y croire...

Je renonce donc convaincu plus que jamais que la science ne peut pas tout. Le temps qui passe, en revanche, fait son oeuvre, apaise ce qui doit l'être, ne subsistent plus que quelques crises passagères, certes, mais toujours fort inconfortables. Et voici que j'apprends (ici) que la professeur Amarenco s'occupe des fesses de Tintin.

Je me demande si je ne vais pas tenter une nouvelle consultation, en public, j'ai le temps, enfin j'espère, histoire de voir si la science a fait des progrès  et puis pour le plaisir de revoir un prof sympa.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.