Souillac : les mensonges volent bas

Le maire de Souillac, Gilles Liébus, candidat aux départementales, arrivé de peu en tête au premier tour, n'est absolument pas assuré d'être élu dimanche, alors il entre en transes et il ment sans vergogne rabaissant le débat démocratique à des querelles de caniveau.

Le maire de Souillac, Gilles Liébus, candidat aux départementales, arrivé de peu en tête au premier tour, n'est absolument pas assuré d'être élu dimanche, alors il entre en transes et il ment sans vergogne rabaissant le débat démocratique à des querelles de caniveau. Il n'est pas le seul en France, loin de là, mais ce n'est pas une excuse.

Il ment quand il accuse son principal concurrent, le maire de Pinsac, d'avoir enterré la Cité de la mode, vous savez ce fameux et fumeux projet destiné à vendre du luxe. Il ment car il a été désapprouvé par la grande majorité des élus locaux et régionaux ce qui lui a coûté son poste de président de CAUVALDOR (communauté de communes) entre autres.

Il ment car il sait bien que nombre de citoyens et citoyennes se sont mobilisés des années durant contre ce projet absurde et que son abandon n'est pas le fait d'un seul homme mais le résultat de cette mobilisation.

Pour autant il poursuit dans un tract abject son chantage à la création d'emplois sachant bien, ou pour le moins il devrait le savoir, qu'il est d'autres moyens de créer des emplois que ce projet aberrant qui n'a rien à voir avec on ne sait quelle « modernité » mais tout à voir avec un passé productiviste révolu.

Il ment quand il accuse la remplaçante de son concurrent, cheville ouvrière de la lutte contre « sa Cité », d'avoir agi pour défendre « ses intérêts personnels au détriment de la ville ». Ce n'est plus là simplement du mensonge de « campagne ». C'est, plus gravement, de l'absolue bassesse.

Enfin, comment ne pas sourire, d'un sourire navré, lisant en conclusion de la diatribe : « Ne laissez pas le Maire de Pinsac décider pour Souillac ! ». Il ne voit tout simplement pas que l'on peut lui retourner l'apostrophe : « Ne laissez pas le Maire de Souillac décider pour Pinsac et toutes les bourgades alentour !» Non, il ne voit pas.

Comment alors les électeurs pourraient-ils faire confiance à quelqu'un dont le mensonge est un mode d'action et dont l'ego surdimentionné interdit toute lucidité ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.