Nestor Romero
Enseignant... encore un peu
Abonné·e de Mediapart

244 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2021

Souillac : que le massacre soit !

Il s’agissait d’un lieu orné de magnifiques et souvent centenaires arbres au pied desquels serpente une délicieuse rivière aux eaux vives parfois tumultueuses aux “hautes eaux”, parfois paresseuses aux basses eaux : le massacre vient de commencer...

Nestor Romero
Enseignant... encore un peu
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il s’agissait d’un lieu orné de magnifiques et souvent centenaires arbres au pied desquels serpente une délicieuse rivière aux eaux vives parfois tumultueuses aux “hautes eaux”, parfois paresseuses aux basses eaux. 

Le massacre vient de commencer. En dépit des recommandations du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) indiquant clairement qu’il est impératif de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre pour éviter la catastrophe climatique qui guette, le Maire de Souillac sans doute frustré de n’avoir pu réaliser sa “Cité de la mode et du luxe”, entreprend un nouveau chantier parfaitement inutile. Les photos parlent d’elles-mêmes. 

Quel est, en effet, l’objectif de cette entreprise ? Si l’on en croit le compte rendu du Conseil municipal du 10 décembre 2020, il s’agit de relier le quartier des Aubugues (où devait être implantée la “Cité de la mode”) à l’Avenue de Sarlat via le centre ancien en longeant le cours de la Borrèze par l’aménagement d’un parcours pédestre de détente et découverte. Pour cela il conviendra de les “requalifier” (adorable néologisme) le parking Chanterrane et le Parc Delmas. 

Autrement dit on invite les éventuels promeneurs à venir en voiture sur ce lieu de déambulation et de loisir respirer le bon air sur les rives de la Borrèze ! N’est-ce pas intelligent ?  Et pour ce faire on va restaurer écologiquement (voir photos) et Hydromorphologiquement (sic) la Borrèze afin de permettre un accès au public à la rivière et de valoriser(sic) ses berges par la mise en place d’un parcours piétonnier. Et valoriser (encore !) les milieux aquatiques et le patrimoine hydrologique local par la création d’un sentier d’interprétation (c’est très à la mode, on écrit le nom des plantes sur de panneaux). Sans parler d’un lieu de vie autour de l’intergénérationnalité et d’une requalification paysagère... etc. 

 Ce qui n’est rien d’autre que se payer de mots à l’intention d’une population que l’on tente d’éblouir par des procédés langagiers qui, de fait, sont porteurs d’un profond mépris. Car on se promène très agréablement au long de la Borrèze dont on peut débarrasser les rives et le lit de quelques ronces et herbages comme cela s’est toujours fait sans nul besoin de ce bouleversement écologiquement néfaste qui n’a en réalité d’autre objet que de satisfaire la mégalomanie d’un homme avide de prestige mais passablement frustré. Et tout cela pour la somme de 808 591 euros ! 

Dans une commune où 20% de la population vivote au-dessous du seuil de pauvreté, où le taux de chômage tourne autour de 20%, vraiment n’y a-t-il pas mieux à faire avec les deniers publics ? 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.