netmamou
Retraitée du public et du privé .
Abonné·e de Mediapart

43 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 juil. 2015

Après « l’accord » insoutenable de l’Eurogroupe : un protectorat en Europe et une nouvelle ère sous domination de l’Allemagne

Par Christophe Ventura  |  14 juillet 2015    Il existe un proverbe brésilien qui dit quelque chose comme « si tu restes à côté de la bête, elle te mange. Et si tu t’éloignes, elle te rattrape »... et te mange. Voici qui s’applique à la pauvre Grèce aujourd’hui. « Grexit » non préparé de dernière minute ou poursuite de sa participation dans l’euro d’acier, la Grèce n’avait plus que des mauvaises solutions devant elle depuis ce week-end.

netmamou
Retraitée du public et du privé .
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Christophe Ventura  |  14 juillet 2015  


  Il existe un proverbe brésilien qui dit quelque chose comme « si tu restes à côté de la bête, elle te mange. Et si tu t’éloignes, elle te rattrape »... et te mange. Voici qui s’applique à la pauvre Grèce aujourd’hui. « Grexit » non préparé de dernière minute ou poursuite de sa participation dans l’euro d’acier, la Grèce n’avait plus que des mauvaises solutions devant elle depuis ce week-end.

Alexis Tsipras est resté fidèle à l’esprit de sa stratégie de toujours : rester dans l’euro – et rejeter l’austérité de son point de vue –. Jusqu’au bout, il a en réalité privilégié le fait de rester dans l’euro, quel qu’en soit le prix, quel que soit le niveau d’austérité à avaler pour cela. Cette fois-ci, ce prix est trop lourd pour pouvoir être acquitté sans conséquences. Cette stratégie – rester dans l’euro et rejeter l’austérité – , qui est en réalité la stratégie dominante au sein de toute la gauche non social-libérale européenne – au sein du Parti de la gauche européenne (PGE) notamment –, a échoué. Face à elle, l’intransigeance de l’Allemagne, de la France et des créanciers, qui ont compris qu’Alexis Tsipras ne voulait, in fine, rien qui puisse ressembler à une sortie de l’euro, a pu se doubler d’une gourmandise austéritaire accrue vis-à-vis d’Athènes. Désormais, le pays est à vendre et soumis à la loi du plus fort.

Alexis Tsipras a perdu dans le cadre d’une guerre inégale où la coalition des puissances, soudée autour de l’objectif d’anéantir devant l’éternité toute politique dérogeant au cadre austéritaire de l’Europe, n’a laissé aucune chance au dissident. Le miracle n’a pas eu lieu. Dans ces conditions, la lance de l’hoplite ne pouvait pas transpercer l’acier de la Grosse Bertha. Syriza en tant que projet de gauche en Europe est mort, hélas. Mercredi 15 juillet, les parlementaires du pays devront voter pour l’application du programme économique destructeur et humiliant que l’Allemagne et ses alliés ont décidé d’imposer à la Grèce récalcitrante. Le pays continuera donc de payer une dette impayable et de s’enfoncer dans une spirale récessionniste sans fin. A n’en pas douter, une crise politique et des changements d’alliances sont à prévoir sur place. Et rien ne saurait éviter dans ces conditions la montée de troubles sociaux et politiques dans le pays. Soyons sûrs que l’extrême-droite a toutes les chances d’en tirer les bénéfices. Les vainqueurs du jour seraient ravis de voir Alexis Tsipras tomber et d’obtenir un changement de régime. Ils n’ont pas abdiqué cet objectif. Que fera-t-il, lui ? Laissons lui le temps de nous le dire avant de le condamner comme le font avec délectation les médias dominants. Peut-il encore battre retraite pour se reconstituer et préparer un défaut sur la dette et une sortie de l’euro dans quelques mois ?

Le coup d’Etat en cours contre la Grèce, facilité par les dispositions du gouvernement grec à obtempérer, crée une nouvelle situation sur le Vieux Continent. Le Grèce est désormais placée sous protectorat Germano-européen. Et c’est la France qui jouera le rôle de gardien du territoire pour le compte de la puissance dominante dont elle partage le point de vue sur l’essentiel.

Il est clair que cette position acquise par l’Allemagne en Europe est d’abord le fait de l’alignement français. Berlin ne pourrait avoir un tel monopole en Europe si la France ne le souhaitait pas. En attendant, les choses sont claires : contrairement au 20e siècle, cette fois-ci, l’Allemagne a gagné, et par d’autres moyens que la guerre miliaire. Elle dirige l’Europe par l’économie et la finance. Et plus aucune puissance - pas même les Etats-Unis - ne lui impose quoi que ce soit.

Une nouvelle ère commence. La crise grecque n’a pas encore délivré tous ses enseignements et elle produira d’autres bouleversements politiques. Le combat de Tsipras et du peuple grec a révélé comme jamais la nature de « L"Europe » et le visage de sa « nomenkaltura austéritaire » (voir billet précédent : « Grèce : et maintenant ? »). La Grèce est le premier laboratoire d’une résistance concrète populaire et politique à la domination des marchés. Les défaites sont dures, mais elles doivent pourtant nourrir et éclairer le chemin de victoires futures. En attendant, il faut continuer de soutenir les forces populaires en Grèce dans la séquence qui va s’ouvrir. Il nous faut aussi abandonner l’idée que l’euro est réformable. L’euro n’est plus seulement une monnaie, c’est un projet de civilisation. Il est devenu une réalité matérielle qui agit sur les sociétés européennes. Mais s’il faut abandonner l’euro, nous devons l’imaginer dans le cadre d’une réflexion plus large sur l’Europe.

La crise actuelle nous instruit sur les propres faiblesses de la gauche en Europe. Ses forces ne sont pas en mesure d’offrir une alternative à la situation historique actuelle. Rien de ce qui constitue son corpus actuel n’adviendra : pas de « bon euro », pas d’autre Europe possible, sociale, écologique et démocratique.

Il y a beaucoup à remettre sur le métier. En attendant, continuons de nous appuyer sur l’un des acquis de cette séquence. L’unité « pays » est bien le talon d’Achille du système, sa « pétaudière » potentielle. Il constitue un champ de forces dont les dominants ne contrôlent pas, même s’ils en maîtrisent le terrain, l’ensemble des paramètres et des équations qui déterminent les énergies et leurs fluctuations.
L’incursion de la souveraineté politique dans le système des pouvoirs globalisés est notre seule arme. Si nous gouvernions en France, dont le poids économique et géopolitique est le seul à pouvoir freiner l’Allemagne, alors il faudrait assumer un programme et le proposer à tous les pays européens qui le souhaitent : un « euroxit » coopératif et une Europe politique des coopérations renforcées volontaires.

http://www.medelu.org/Apres-l-accord-insoutenable-de-l

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours