LE FEMININ SACRÉE, BASE DE LA SPIRITUALITÉ AFRICAINE ANCESTRALE

La Femme représente le Féminin Sacrée, car représentation de l'Énergie féminine. Chez les basa'a du Cameroun, on parle du Ko'o ( Energie Féminine ) présent dans le Mbog Bôda ( Mbog de la chambre des Femmes ) ; et le Matouk dans le Mbog Matouk ( Mbog de la chambre des Hommes). Le Mbog est à la fois Ko'o et Matouk.

La profondeur de l'attaque de la civilisation africaine se voit dans la place de la Femme, car la colonisation est patriarcale, c'est à dire contre l'Ordre ancestrale.

Le patriarcat a introduit une scission entre le genre humain, féminin et masculin. Ainsi, alors que dans les langues africaines ont dit Etre  pour parler de l'Humain, dans les langues patriarcales, l'Homme englobe la Femme qui n'existe pas.

La Femme représente le Féminin Sacrée, car représentation de l'Énergie féminine. Chez les basa'a du Cameroun, on parle du Ko'o ( Energie Féminine ) présent dans le Mbog Bôda ( Mbog de la chambre des Femmes ) ; et le Matouk dans le Mbog Matouk ( Mbog de la chambre des Hommes). Le Mbog est à la fois Ko'o et Matouk.

Cela signifie beaucoup de choses mais on va s'attarder sur une chose : l'Énergie féminine, appelée la Négativité est celle

 © Inconnu © Inconnu
du Renouvellement. Quand on parle du Mystère de la Femme, on parle de la Connection avec la Dark Matter ( L'Énergie de la Matière Noire ). Un lien que l'on voit par l'Utérus qui est le lieu de l'Oeuf / Marmite de l'Univers où se crée la Vie ( La Création). L'Energie masculine est celui de la "Direction ". Je détaillerai plus tard.

La Femme est celle qui fait l'Ouverture des Choses de l'autre Miroir ( l'Autre Monde, le Monde Souterrain). Ainsi, dans la royauté africaine, le Roi était le chef des Armées du bas Monde tandis que la Reine était la cheffe des Armées de l'Autre Monde ( il n'y a pas de sens spatiale à proprement dit ).
Pour combattre cette maîtrise que les africains avaient du Miroir ( Double Royaumes), le patriarcat était une arme nécessaire en introduisant la guerre entre l'Homme et la Femme dans les civilisations africaines.

Résultat : les spiritualités africaines disparaissent car....il n'y a plus de prêtresse ! Si vous voyez une cérémonie spirituelle africaine sans des prêtresses, c'est de la comédie. Comment on peut interagir avec les Forces de l'Autre Miroir sans l'Ouverture du " Tunnel"?!!!
Le comble est que l'école coloniale a tellement colonisé jusqu'à la moelle, que des grands initiés affirment que la Femme n'a pas de place dans la spiritualité alors que le grand secret est que toutes les spiritualités africaines ancestrales commencent avec l'Énergie féminine !

Prenons l'exemple des basa'a du Cameroun. Lors de ma venue au pays, un homme basa'a m'affirme que la Kindak est un statut dans la polygamie. Je l'ai regardée pensivement car il ne savait pas que je suis pour le dialogue avec les Ancêtres.

"Papa, Kindak est un titre, celle qui porte le sac. Elle est affiliée à un mbombog et le suis car, c'est elle qui a en charge de Renouvellement du ",sac" du mbombog. Un mbombog normalement va avec une Kindak ( l'union spirituelle et Alchimique )."

Il restait silencieux.

La colonisation a fait passer des statuts de prêtrise des femmes basa'a ( Kindak, Mbai...) comme une hiérarchisation dans la polygamie !!!!

La base de la spiritualité africaine est que l'Homme et la Femme ne forment qu'un seul Être. Combattre l'un, reviens à s'autodétruire.
Je m'étonne des africains initiés qui sont pour le patriarcat : les Forces Féminines leur répondent ? Elles leur accordent leur Force malgré qu'ils combattent les Héritières de l'Energie Féminine ? Ou bien, on assiste à une folklorisasion de la spiritualité africaine ancestrale ?

Apres des siècles, voir plus d'un millénaire d'oppression de la prêtrise féminine africaine, la vérité est tant que tant que les prêtresses "re-tapent" pas le " Bâton ", la civilisation africaine disparaîtra. L'Univers ( Le Mbog ) a existé avant les Humains, il existera sans nous, on n'est pas indispensable.

#Kibãn

 

Voir moins

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.