Nguebla Makaila
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 juil. 2015

La presse sénégalaise bête noire des autorités tchadiennes

En Afrique noire, la presse sénégalaise, a un niveau élevé qui fait d’elle l’une des plus émancipée du continent. Elle est d’autant plus décomplexée et n’a rien à envier à celle des pays dits des démocraties avancées  notamment  occidentales.

Nguebla Makaila
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En Afrique noire, la presse sénégalaise, a un niveau élevé qui fait d’elle l’une des plus émancipée du continent. Elle est d’autant plus décomplexée et n’a rien à envier à celle des pays dits des démocraties avancées  notamment  occidentales.

© 

Hassan Sylla Bakari, ministre de la communication du Tchad lors d'un point de presse à Dakar: photo (DR) 

Récemment à Dakar lors de l’ouverture du procès Habré, l’opinion publique africaine et internationale a découvert la qualité de la presse sénégalaise.

 Au moment où les médias étrangers peinent d’égratigner la responsabilité d’Idriss Deby dans les atrocités reprochées à son mentor déchu, la presse sénégalaise est la seule  a assumé et assuré sans complaisance un rôle responsable dans le traitement de cette affaire juridico-politique à ramification internationale multiple.

Les débats radiotélévisés relayés par les médias locaux montrent avec  suffisance que le sujet est traité sans tabou alors que les autres canaux médiatiques internationaux escamotent allégrement la question liée au rôle occupé par Idriss Deby dans le dispositif  sécuritaire et la hiérarchie militaire du régime Habré dont il fût Chef d’Etat-major, conseiller spécial à la sécurité et membre influent de l’Union nationale pour l’indépendance et la Révolution (UNIR), parti unique au Tchad.

Idriss Deby et les siens ont guerroyé pour Hissein Habré jusqu’à le porter au pouvoir. Il est totalement responsable dans la répression violente à l’encontre des Codos, cette rébellion sudiste à l’époque au Tchad. Des femmes et des enfants ont été calcinés dans des villages sous l’ordre du Chef  d’Etat-major qui n’est autre que l’actuel dirigeant tchadien.

La presse sénégalaise, revenons-en !

Réputées bavardes devant les Toubabs en général, les autorités tchadiennes sont souvent intimidées lorsqu’elles sont devant des intellectuels et  journalistes sénégalais. Elles perdent leurs sangs froids et bégayent comme on a vu récemment à Dakar  lors d’un point de presse animé par deux ministres tchadiens encadrés par un responsable d’une structure locale des droits de l’homme. Ils ont tenté de « laver  à  grande eau », Idriss Deby dans l’affaire Habré pour paraphraser  le confrère sénégalais  dans l’emploi de son terme repris par la presse africaine en général.

Face à la timidité observée par les médias tchadiens apeurés par la tyrannie du régime actuel, la presse étrangère en particulier sénégalaise comble le déficit inhérent au traitement d’information dans l’affaire Habré.

La lutte contre l’impunité au Tchad et en Afrique doit  aussi se faire avec une presse  africaine totalement libre, à défaut l’impunité dont on parle,  demeurera ce cancer auquel l’Afrique pérennisera  à se débarrasser.

Makaila Nguebla

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin