La demi-minute nécessaire de Monsieur Cyclo Ti’ Mickey

En cette heure dévolue à René Gaussier, je voudrais revenir sur l’allocution des merveilleux voeux du gommeux, passé un émoi bien compréhensible de huit jours. Non dans leur entièreté, cela va de soi (ouf !), mais pour sa sublime demi-minute d’échauffement rituelle.

Ah ptmflzut ça commence mal, la video démarre toute seule et je n’étais pas prêt... on se la refait au début. Sérieux. Le premier qui rira aura une claquette. C’est de 0:30 à 0:59, après on passe aux trucs que même Guyonne de Montjou a' comprend pas keskidi, à force de s’entretenir benoîtement avec Philippe Martinez dans les salons du Marti... non, du Maurice... bordel, (virgule) du Meurice!

Il y a bien Léa Salamé la chronidécrypteuse, mais trop marquée par une récente étude sur le rôle du rouet en place publique dans la confection du tissu de société -c’était encore une évidence ce matin à France Inter, sur qui nous adorons renverser notre café au lit en attendant 8h56, ou 8h57 si c’est ce connard de Belge de Vizorek qui s’y colle... Bon on y va, c’est assez court mais plutôt bon, rappelez-vous ce moment de grâce pure.  

Je veux d’abord avoir une pensée chaleureuse pour celles et ceux... [ici un effet suspensif à couper le souffle]... qui sont malades.

Enorme, cette trouvaille ! Pas seulement d’un point de vue sémantique, mais parce qu’elle s’accompagne d’une composition de teint cireux fort empathique, digne des plus beaux effets spéciaux de films de zombies. Le plus fort étant ce rétablissement à l’équerre en appui facial, dans les deux secondes qui suivent. Du carrément livide au simplement blême, pour enchaîner sur un sépulcral ou qui sont seul.e.s.

Hyper important, l’ordre des priorités. Après ces cons de grabataires à l’article de la mort, et les solitaires qui ne se sentent eux-mêmes pas très bien... nos militaires, nos gendarmes, nos policiers qui pour être bronzés n’en sont pas moins des compatriotes qui ce soir encore sont à l’attache... là, pas trop compris l’allusion, mais c’est vrai qu’il y a au moins quinze types de la BAC et autant de la BRAV-M, que j’aimerais voir ligotés à quinze arbres et autant de réverbères.

Toutefois, nos sapeurs-pompiers, nos personnels soignants, fonctionnaires comme salarié.e.s du secteur privé ou associatif nous parlent plus, et nous réconcilient avec ce dont nous avons tous besoin : quelques heures dans la tranquillité. Il est bon de savoir que toutes ces personnes, certes mal rémunérées mais énumérées d’une voix sortant de sa blancheur pour évoluer progressivement vers le registre des beiges cassés, veillaient sur nous le soir du 31 décembre.

Personnellement je suis rasséréné, je ne le savais pas. Il est vrai aussi que le même jour de 2017 j’étais alité depuis le 7 mai, et qu’en 2018 je faisais du patin à glace sans glace sur le parvis de l’Hôtel de Ville pour épater Nanou Hidalgo.

Alors bien sûr, on en a connu d’autres qui nous prenaient pour des cons, mais à ce point-là il nous reconnaît en osant tout not’ bon Prez’... et puisque, chers camarades et chères camarades de marrades, il nous faut nous résoudre à tout ce miel répandu par la novlangue des vœux du novlan, imaginons d’un cœur novice un avenir novélisé jonché de ce que vous voudrez. Les trente-et un des mois de décemb’ 2020 et 2021, on n'a pas fini de se marrer. Putain, deux ans !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.