L'affreux Jøjø

Je suis atterré. Jo Nesbø a tué Rakel Fauke ! Pourquoi une telle faute de frappe chirurgicale, dans l’œuvre de l’auteur de "Rouge-gorge"? Vous me direz que ce n’est pas la première fois qu’un romancier fait mourir l’un de ses personnages récurrents. Et que le meurtre datait déjà, à mon insu, de presque un an...

Stop! Plus un mot! Say no more! Si ikke mer!!

La plus fervente lectrice dudit Jo, si infiniment proche depuis sept semaines et demie, ne m’avait même pas préparé à cette foudroyante issue! Et nous qui, joyeux et complices au vent mauvais, nous gaussions d'une statistique tueuse qui a les faveurs de l’opinion ricanante dans un contexte de confinement dévolu à la culture occasionnellement gymnique! Comment notre couple pourrait-il y survivre, après un tel manque de tact conjugal?

Ceci dit, c’est bien quelque part dans la dodécalogie Harry Hole que s’énonce également ce somptueux paradoxe : "Dans 70% des cas où les gens s’appuient sur des statistiques, c’est quelque chose qu’ils ont inventé pour l’occasion" (Police, cop.2013 ; p.412 : Katrine Bratt dixit). Donc du calme, je vous prie.

Police, Oslo. Le décor est planté, et il n’est pas le seul.

Ah la Norvège, son PIB, ses fjords, son soleil de 23h17, ces gens avec des prénoms imprononçables, qui s’emmerdent dans des boulots qui servent à rien, au lieu de se camer et pointer au chomdu comme tout le monde... Chaque année nous avons le verdict sondagier, aussi attendu que totalement erroné, d'une problématique qui nous taraude insidieusement : mais pourquoi donc ces cons de Norvégiens sont-ils le peuple le plus heureux du monde?

Certains considéreront que la réponse est contenue dans la question. A ceux-là disons halte, pas de xénophobie sur ce blog, s’il vous plaît ! Toutefois, la statistique est là pour le suggérer : au prorata de leur démographie, les pays scandinaves sont un ramassis de tarés tronçonneurs, énucléateurs, éviscérateurs et démocrates-chrétiens si ce n’est pire.

Il n’est donc pas impossible que la raison essentielle de l'exultation irrationnelle de leur population soit d’être encore en vie. Jo Nesbø l’avait bien compris, jusqu’à juin 2019. Et le pire c'est tu sais quoi? C’est l’un des trois amis de Harry qui oups shebam pow blop wiiizzzzz... ouf c'était moins une! 

Avant la Norvège et parce qu’il faut bien faire un choix dans le prodigieux panel des destinations low cost hahaha, la Toscane nous parut une bonne idée en février. Pas la Toscane en février, mais l’idée... bien vu, hein ?

Désormais c’est mort. Le premier qui ricane se fait toscanduplanter...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.