Patience zéro

Quelle est la richesse d'une famille, d'une société, d'un pays, d'un village, d'un monde, d'un club de Mediapart? A priori son avenir, a posteriori sa jeunesse.

Que nous jugions nos cadets, benjamins ou minimes trop individualistes, trop collectivistes, trop indifférents, trop impliqués, trop sentimentaux, trop rudes, trop peu politisés... c'est le conflit des générations tel qu'il va, flux-reflux, amour-haine, respecte-moi petit con, ta gueule boomer t'avais qu'à pas me faire! La vocation de toute jeunesse est d'être trop.

Voici une dizaine de mois, celle-ci était déjà tellement trop qu'irrémédiablement flétrie pour la postérité. Sa faute? Avoir précédé de quelques jours la permission des vieux (quadragénaires en majorité, on se dédouane comme on peut) de s'éclater sans scrupules. A la nuance près que ces vieux-là, intemporels, sont incapables de voir le salut hors leur consumérisme bien borné.

Passons sur le long intermède amusant des mesures pour rattraper la mesure et se caler sur le tempo. Celui de la baguette d'un chef (quadragénaire) d'une stupéfiante évolutivité, tant vantée par Marcel et son orchestre. Aujourd'hui 9 mars 2021 à 23 heures très peu pétantes, la problématique reste la même. Subtilement exprimée, elle se traduit par : "regardez-moi ces décérébrés qui vont nous faire tous crever"! Ceci proféré bien sûr avec tous les glaviots sans lesquels il n'est point de haine pure donc désintéressée.

La recherche du patient zéro... Médicalement elle a un sens, pas question évidemment de nier l'existence du virus. Ni d'attenter à la mémoire des personnes qui en sont mortes, pas plus que de tout autre fléau, pandémique ou non, en toutes époques. Mais quand la patience est à zéro, un peuple doit être capable de l'exprimer autrement que par son brillant intellectuel (indéniable), c'est-à-dire dans la rue kétanou de longue date.

L'ennui, ou l'aria si vous voulez, c'est que loin d'être 66 millions de procs sur 66 millions d'habitants (alertez les bébéééés!), nous sommes/vous êtes approximativement 33 millions de toubibs divisés par deux. Les vrais étant eux-mêmes divisés sur la conduite à tenir, 8 millions un quart d'individus et moi et moi et moi avons choisi de courir le risque d'une conduite customisée, avec le masque mortuaire sous forme de peinture de guerre afin de tromper l'ennemi.

Je mets quiconque au défi de me prouver qu'elle est à risques. Et à cet effet, de partager mon quotidien fort ambulant... ça lui fera les pieds, à ce quiconque!

Mais trois nuits par semaine
C'est sa peau contre ma peau et je suis avec elle
Mais trois nuits par semaine, mon dieu qu'elle est belle! 
(Indochine*, nunuche à souhait... et intemporel à en juger par ma descendance au 2ème degré)

*Oupfff, 'reusement que certain désabonné provisoire n'est pas là pour rebondir là-dessus à pieds joints!   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.