A. NIBAL
lecteur
Abonné·e de Mediapart

84 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2021

Sioû plaît, j'veux payer mes pôv' z'impôts!

M'sieur l' Prez' Emmanuel de not' République Macron, j'aimerais que vous prissiez une dernière mesure au micromètre, avant de nous annoncer à la télévision la semaine prochaine que vous ne serez hélas pas candidat à votre personnelle et immanente succession intrinsèque.

A. NIBAL
lecteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Soyez à l'avance absous d'un crime lèse-jovien si peu jovial. Et rassérénez-vous Majesté, votre Petit Chambellan Gaby saura sans délai planter ses dents-dents de lolo dans-dans une telle opportunité-té d'avenir-venir à l'horizon bleuté des Vosges 2047. Que sera, sera... la France est rance sans le savoir encore, et le Magnanime Minot Magnifique qui-fond-pas-dans-la-main est de toute façon plus intéressant pour notre nation électoralement et électroencéphalogrammiquement molle et plate, que toutes les franges construites au gel d'une droite dure sous ecstasy (les cons, y'a mieux aujourd'hui... à c'qu'on m'a dit)   qui rebande pour les gambettes immarcescibles de Valérie P... à c'qu'on m'a dit aussi, mais je vais jamais sur Insta c'est porno et Cie!

Doncques et conséquemment, vous prendrez votre responsabilité à bras-le-corps, et nul oncques n'en douta. N'ayez aucun scrupule à désespérer vos manants, alors que le mercato d'hiver n'est même pas terminé, et que Kylian M'Bappé en personne s'interroge sur la localisation par Bing de sa concurrentielle déité, bang ! (ch'uis pas raciste là au moîîng, mes coreligionnaires de la troisième mitâng puténgcông?)

Mais là n'est pas plus le sujet, déjà biaisé par un pôv' chapô blême...

Ma requête vous semblera excessivement sainevaine, bien que présentée au concours général externe du Club de Mediapart. Et l'on sait que depuis l'hiver 2017 vous en extrayez quotidiennement la substantifique moelle, d'un oeil aussi acéré que celui de son plus simiesque contributeur ligérien que chacun reconnaîtra, sauf lui-même (mais au Tord-boyaux le patron s'appelle Bruno, sachez-le à titre indiciaire du caca-rente).

Ou que la moustache de son plus impavide directeur de la publication... Qui mériterait d'être en prison, de même qu'une bonne moitié de son lectorat, mais bien sûr le laxisme ambiant leur épargne cette indignité! Ce qui n'est toujours pas le sujet qui motive la présente, mais nous y venons. Jusqu'à grimper aux rideaux, avec un peu de savoir-faire...

Je le résumerai en une formulation certes égoïste, et quelque peu lapidaire : je veux payer des impôts, bordel!

Mon foyer fiscal, grâce au civisme méritoire de ma conjointe et nonobstant compagne de trente-cinq ans, sinon épouse de huit selon un même calcul grégorien (ciel, mon épouse!) est imposable. Par ce jeu désopilant des dorés à la feuille sur tranches de saumon, je n'y suis pour rien. Alors que j'entends y être pour quelque chose, en ces temps où de pôv' loisirs de retraité fils d'A. Milcar à 1000 balles pro vax pas vax ou si peu, glop pas glop dirait le pôv' Jeannot quand vous l'envoyez au casse-pipe, nous sont comptés.

Et vachement comptés, cher Manu... tu permets que je vous appelle Monsieur le Président, n'est-ce pas? Car pour une tautologique tautomobile de Toto Gilet Jaune égaré chronologiquement façon Oui-Oui, et qui roule à peine plus que le bon vieux temps du blues qui gazouille sans gazole, ça douille de chez pedzouille! Je te vous dis pas le trou annuel dans le budget, on croirait le gouffre rose de Plougrescant... pourquoi toujours pas d'Irak? hahaha permettez ce trait d'humour roboratif, digne d'un chef de l'exécutif en rase campagne potache non rurale!

Il existe forcément une manière de transférer mon pôv' pognon de dingue, redevable au titre de conducteur oublieux, bordélique ou simplement malchanceux (particulièrement en stationnement panaméen prolongé, ou plus largement et à la louche, pour un petit km.h dans le rouge en goguette), sur d'autres postes de la concurrence de la DGFP. Et je le dis sans acrimonie aucune, cher Nunuche blême, le fisc étant l'administration la plus honnête, et à l'écoute du contribuable, de notre pôv' pays dans la merde que vous y avez foutue.

Cela serait déontologiquement moins douloureux pour la voie anale du sujet de ces annales.    

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot