Veuillez laisser l’état en l’endroit où vous l’avez trouvé...

A l’heure où not’ bon prez' enfilait hier sa blouse blanche de médecin et les lieux-communs, puis son couvre-chef de la nation pour informer ses sujets de leur couvre-feu de manants irresponsables, nous étions encore nombreux dans le métro...

Non que l’on s’y sente mieux qu’à la grand-messe jitévisée, où la chorale a parfois de somptueux et sépulcraux accents de baryton-basse, mais faut ben vivrre n’est-ce pas? Hé ben non, zavétoufo. Faut plus vivrre ! Du moins, pas autrement qu'en apnée de six semaines (mais à quelle profondeur, doc?).

Sauf, bien entendu, pour trravailler. Il faut vivre pour travailler, et non travailler pour vivre, n’est-ce pas? Hé ben oui. Toute autre interprétation est celle d’un mauvais citoyen, souvent retraité précaire, qu'a rien compris à la star Teupnéchön ! Que ce soit bien clair, bande de complotistes : les privilégié.e.s qui bossent le soir, ou la nuit, ou à l’aube, ou dans un entre-trois suspect, auront simplement à fournir une attestation de plus de leur droit à être là. Et éventuellement, à y respirer, tout en avalant des fibres. Excellent pour la santé, du moins jusqu'à ce qu'un nouvel ordre vienne à nouveau tout chambouler, mon dieu mais dans quel désordre diététique vivons-nous!

Et les autres qui sont là, alors?

- Pardon m’sieur l’agent, nous étions cinq et par un prompt renfort nous nous vîmes six en arrivant au porc, à un repas de famille qui s’est prolongé fort tard jusqu’à 20 heures, et là je rentre à mon domicile qui est fort loin...

- Heu, circulez... au suivant !

- Je suis réellement désolé, cher représentant de l’autorité, mais ma petite-fille ici présente...tudieu, mais où est-elle donc encore passée?!... a prolongé ma GAV du mercredi jusqu’à pas d’heure, d’où ma présence illégitime et ma grande confusion...

- Ta gueule papy, au poste !

Dois-je révéler ici que depuis les restrictions printanières sinon primesautières de 2020, bien antérieures à la promulgation des mesures signifiant officiellement le retour des jours heureux précédant l’instauration de l’état d’alerte carminée, je suis redevable à l’Etat de 27.000 euros à l’approximatif bas mot, et sans majoration?

Heureusement, personne ne peut me délationner (à part sur Mediapart et en format petite police, mais je vous fais confiance, hein), il faudrait pour cela témoigner de toutes mes odieuses contrevenances... Faute avouée étant à moitié pardonnée, examinons les nouveaux éléments.

Ils tiennent en un constat auquel même le minot Darmanin hésite à donner crédit : le virus s’attaque de préférence aux groupes de jeunes gens dès que la nuit est tombée. Ha ha ha ha je le savais ! Viens là espèce de lâche, ose affronter une vieille tige à risque, postée à son coin de rue dans l’attente d’un mauvais coup pour arrondir ses fins de mois...

 

Nb : ce billet se veut d’humour (et c'est souvent raté innocent) ... Il ne diminue en aucune façon d’éternels regrets à celles et ceux qui ont succombé à (ou souffert de) cette saloperie. Imputable à personne, même pas à une incurie "ni gauche ni droite" qui date de bien plus loin que les pauvres atermoiements gouvernementaux de cette année de merde. On est en droit de penser que les seuls praticiens audibles aujourd’hui sont les mêmes qui alertaient voici 15 ans sur l’évolution tout-gestionnaire de l’hôpital public.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.