Et toi là, mate-la notre répu...

Tant d’articles lus sur notre posture insensible du moment. Plus insensible que dans le contexte de l’hommage rendu hier soir à Samuel Paty par la Nation, tu ne meurs pas... sauf de honte, humainement parlant (hum..quoi ?).

On voulait pas, mais maintenant ou presque, il est trop tard. S’exprimer sur le débat son-de-cloche en ce 22 octobre, c’est se déconsidérer... alea jacta est, déconsidérons-nous.

Il n’y a pas tellement de buzzeurs efficaces pour soutenir réellement le monde de l’enseignement. Nul Jean-Michel Blanquer ne saurait être montré en exemple pour les temps passés, en de telles circonstances. En est-il stigmatisable à merci ? Non, il fait simplement le taf du sinistre de l’enseignement, de toute éternité...

Les circonstances en l’occurrence, ne sont rendues intelligiblement qu’ici, sur Mediapart, par des billets de sensibilités différentes, mais qui ne nient jamais l’humain (ça vous rappelle quelque chose, avant un avenir en commun toujours plus diffus ? putain 8 ans!)

Comme pas mal d’autres je me fous de la hype, de la vague et de la vogue, et de cette sensibilité de ma gauche éternelle en dehors de sa demande de justice sociale. Aujourd’hui, cette dimension revendicative endosse bien plus d’honorables "oripeaux " que dans les années d’abstraction militante de ma génération (nécessaire, et productive). Etre militant.e en nos années de revêches sermons revêt bien plus d’engagement réel, plus présent que nulle part ailleurs.

De venimeuses assertions, émanant de signatures médiatiques de poids (et respectées), voudraient invalider la parole citoyenne. On est au cœur du sujet, plus que jamais... parce qu’un état d’urgence instauré comme ça, du bout de lèvres boudeuses en passant, va nous inféoder comme cela n’est pas arrivé depuis longtemps. De tout aussi venimeuses assertions, fondées sur un mal-être de longue date, prennent à partie des personnes (des personnalités) dont le discours en marge hérisse une pensée dominante...

Concept assumé, et vérifié au hasard de débats internes non communicables. Vous voulez juste parler, ou porter des trucs informes que le peuple répercute ? (ou plus exactement, l'idée que vous vous en faites, cher.e.s communicant.e.s plébiscité.e.s)

On est prêt.e.s à l’ingérer, tou.te.s autant que nous sommes, sur la foi d’un danger réunificateur, qui prend bien des acceptions en cette année d’enthousiaste coprophagie. Elle n’a rien à voir avec celle visant à rendre non avenue toute position en marge de la bienséance d’ici et maintenant.

Pitoyable à mon sens, parce qu’elle met confortablement au rancard la contradiction intelligente, et avérée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.