Rugby, mon amour!

Ici c’est pas Midolpart ni le Péhessegé, c’est plus modestement Mediapart. Où exista, en des temps civilisés et fort plus civils du Club (le vrai, l’indélébilement tatoué), l’excellente édition "Ovale Masqué", qui n'est pas rien... jugez-en par ses contributeurs, auxquels ne manque qu'une .trice, pourtant identifiable mais soucieuse de son anonymat...

 https://blogs.mediapart.fr/edition/ovale-masque-ohe-ohe...

j’ai pas dit (Eleanor) Rigby. Ni Ruby Tuesday, ni Jack Ruby, références incontournhonorables... mais rugby, ce sport où un match qui ne fait pas mal est un match raté (Walter Spanghero, guerrier bonhomme protégé par son ineffable tarin narbonnez). A l’heure de prendre congé pour convenances personnelles amplement développées avec la DRH, je voudrais exprimer ici à mes ami.e.s connu.e.s et inconnu.e.s sinon incongru.e.s, regrets et certitudes quant à un retour des fondamentaux...

Autrement dit, les basiques. Une scie, dans l’univers du sport co où l’on creuse parfois sa tranchée hebdomadaire avant d’accéder à la magnificence décennale. Mais aussi une espérance, dans un monde qui se découvre soudain des velléités de changer... putain de gageure !

Bien avant le foot, détesté par tous les Lyonnais parce qu’ils ne gagnent jamais (loLab), le truc qui se joue à quinze même à Pantruche va reprendre quelque couleur sur les rectangles verts. Le Midol itou, à quelques centaines de bornes, lequel en jaune, en rouge et en vert s’exposa à quelques boutades rastafaristes sans animosité, mais  du plus bel effet géolocalisé.

Pour mon compte : abonnés blancs et blancs benêts... la balance de neuf ans d’exercice personnel s’équilibre sans trop de dégâts notables, chaque contributeur ayant joué les deux rôles avec plus ou moins de respectable conviction. Et souvent, une bonne dose d'autodérision, inconnue en d'autres lieux de démocratique débat d'un sérieux inaltérable.

Le truc qui peut faire commettre un dernier billet pas assez bref (pour de bon innocent), c’est de le rédiger gorge nouée. Au lieu de quoi un sexagénaire trois-quarts-aile gauche de formation a la prétentieuse intention d’aller à dame à gorge déployée... on dirait Chris Dominici dans son trip émirati-bitterrois, né d’une improbable rencontre sur la piste de danse d’un cleûbe égyptien de Hurghadagharlidadada.

Emma R, baLoz, Denigrèkesse, vous êtes les phénix.e.s des zot de ces boas, je vous suivrai jusqu’à plus soif... ça fait quelques bails (baux?) en termes de pépie mais le challenge est excitant... Demi.e de mêlée roublard.e , pilier.e gauche de comptoir ou arrière toute inclusive, Mediapart offre toutes les possibilités Dunhill. Merci pour tout !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.