Nico Hirtt
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 févr. 2010

Nico Hirtt
Abonné·e de Mediapart

Quand la publicité se fait pédagogique

Aujourd’hui, l’intrusion publicitaire à l’école, c’est avant tout l’émergence d’un véritable marketing pédagogique. La communication directe étant trop visible, souvent mal acceptée par les enseignants et parfois même prohibée par certains législations, les annonceurs ont eu l’idée de donner une image positive d’eux-mêmes en sponsorisant du «matériel pédagogique». Au cours des années 90, aux Etats-Unis, l’espace d’affichage publicitaire dans les écoles a certes été multiplié par six, mais le volume de matériel éducatif parrainé par des firmes commerciales a quant à lui été multiplié par vingt.

Nico Hirtt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Aujourd’hui, l’intrusion publicitaire à l’école, c’est avant tout l’émergence d’un véritable marketing pédagogique. La communication directe étant trop visible, souvent mal acceptée par les enseignants et parfois même prohibée par certains législations, les annonceurs ont eu l’idée de donner une image positive d’eux-mêmes en sponsorisant du «matériel pédagogique». Au cours des années 90, aux Etats-Unis, l’espace d’affichage publicitaire dans les écoles a certes été multiplié par six, mais le volume de matériel éducatif parrainé par des firmes commerciales a quant à lui été multiplié par vingt.


L’Europe n’est pas en reste. Dans les écoles primaires françaises ou belges, Renault promeut la sécurité routière, Nestlé et Danone, l’alimentation saine, Pepito, l’apprentissage de la lecture, Texas Instruments et Casio, l’apprentissage du calcul, Coca-Cola, le monde de l’entreprise en général, Tampax, Colgate et Kandoo, l’hygiène, Kellogg’s, le petit déjeuner, Liebig, les légumes et l’équilibre alimentaire, Vivendi, l’eau, Gaz de France, l’énergie et la nature; quant à McDonald, il a investi certaines cantines. D’autres thèmes porteurs sont les devoirs du citoyen, la protection contre les effets néfastes du soleil et les moyens de transport. La plupart du temps, des «documents pédagogiques sponsorisés» sont gracieusement offerts aux enseignants. Ils contiennent généralement des fiches pratiques, un livret pour le professeur, un DVD ou un CD-rom et presque toujours des dépliants illustrés à distribuer aux enfants. Ils sont conçus pour être directement exploitables dans les cours. Les publicitaires distribuent gratuitement des agendas, après les avoir truffés de pub; ils parviennent à placer des encarts publicitaires dans les plaquettes de présentation des établissements, avec l’aval du ministère; ils sponsorisent du matériel scolaire, comme des poubelles de classe; ils distribuent des bons de réduction valables dans la restauration rapide; ils organisent des spectacles et des opérations «citoyennes» (campagne contre la violence à l’école, en partenariat avec les fringues Morgane); ils se déplacent eux-mêmes dans les classes, invités par les enseignants, pour y faire des «animations», etc.

L’ampleur et le succès de cette offensive commerciale sur l’école résultent de la conjonction de trois facteurs.

Premièrement, dans un contexte d’exacerbation de la compétition économique, les annonceurs cherchent à conquérir ou à préserver des parts de marché. Les marqueteurs savent que leurs messages commencent à saturer et à susciter dans le public une méfiance et une certaine résistance; d’où l’importance de trouver de nouveaux espaces encore vierges et de nouveaux canaux de communication. Les élèves passent 40% de leur temps à l’école, un lieu où, de surcroît, la concurrence commerciale est absente. En France, les 11-17 ans représentent 8,7% de la population. Leur potentiel d’achat est estimé entre un milliard et demi et trois milliards d’euro par an. Et en plus d’être des consommateurs pour eux-mêmes, ces jeunes sont aussi les prescripteurs des achats effectués par leurs parents à raison d’environ 50%.

Deuxièmement, en pénétrant l’espace scolaire derrière le paravent de la sponsorisation pédagogique, les annonceurs jouent habilement sur le manque chronique de moyens financiers et le déficit d’encadrement dont souffre l’enseignement. Les «paquets didactiques» offerts par les marques viennent à point nommé pour occuper un groupe d’enfants pendant que l’enseignant tente de faire un peu de pédagogie individualisée. Ou pour lui offrir sans effort et en version quadrichromie sur papier glacé les documents qu’il aurait dû glaner et assembler péniblement en y sacrifiant quelques soirées.

Mais l’argent et les conditions de travail n’expliquent pas tout. Si l’école, traditionnellement si farouche, est soudain devenue bien consentante à l’égard du monde commercial, c’est qu’elle a aussi changé de l’intérieur. Voilà bientôt vingt ans qu’elle est entrée dans l’ère de la «marchandisation». De l’OCDE à la Banque Mondiale, de la Commission européenne au rapport Thélot, tous lui ont inculqué qu’elle doit désormais poursuivre trois objectifs prioritaires : mieux répondre aux attentes des employeurs (en adaptant à leurs demandes la formation initiale des futurs travailleurs), mieux répondre aux attentes des marchés (en instituant en chaque jeune un consommateur en lieu et place du citoyen) et mieux répondre aux attentes des investisseurs (en ouvrant le très prometteur secteur éducatif à l’investissement privé). «La mondialisation économique, politique et culturelle, dit l’OCDE, rend obsolète l’institution implantée localement et ancrée dans une culture déterminée que l’on appelle “l’École” et en même temps qu’elle, “l’enseignant”». Désormais, elle doit s’ouvrir à la vraie «culture de masse», celle de la publicité, à la vraie vie, celle de la compétition économique.

Et les élèves dans tout ça ? Non seulement ils se voient ravalés au rang de vulgaires cibles commerciales, mais en plus la présence commerciale dans les écoles contribue grandement à leur inculquer une double idéologie : celle qui reconnaît la consommation comme seul critère de bonheur et celle qui valorise la compétition comme seule forme d’organisation économique. Sans-doute est-ce là, dans cette mission idéologique, que réside finalement la principale fonction de la publicité en milieu scolaire.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier