Pourquoi j'ai refusé de poster la photo "JE SUIS CHARLIE" sur mon Facebook

D’abord, l’utilisation du pronom « JE ». L’unité de notre communauté nationale indispensable pour résister ne peut pas être une somme d’individualité. C’est la faiblesse de nos sociétés occidentales face ces terroristes dont la force est l’unité du groupe. Face à leurs « NOUS SOMMES (...)", nous ne pouvons pas résister par « JE SUIS + JE SUIS + JE SUIS ». Ne leurs laissons pas l’exclusivité du « NOUS ». Si un mot d’ordre doit être sanctuarisé, il passe par « NOUS SOMMES…»

Alors, pourquoi pas NOUS SOMMES CHARLIE ?

Parce qu’Ahmed et Clarissa, les policiers abattus, Frédérique, l’agent technique et tous ceux qui pourraient malheureusement suivre n’étaient pas CHARLIE. C’est le sens du cri du frère de Frédéric ce matin : « Vous nous avez oubliez ». Si un mot d’ordre doit être sanctuarisé, il ne peut laisser de côté aucune victime de la barbarie qu’il dénonce.

Ensuite, le « JE SUIS CHARLIE » ne dénonce qu’une seule haine. Celle de ces fous qui se revendiquent de l’Islam et qui ont semé la mort au cœur de notre pays. « JE SUIS CHARLIE » ne dénonce pas la haine qui pousse d’autres fous à attaquer des mosquées, à agresser des jeunes femmes musulmanes dans la rue. Cette haine qui diffuse jusque dans l’esprits d’élèves de 8 ans qui jettent des pierres une de leur camarade d’école parce que sa mère est de culture musulmane. Si un mot d’ordre doit être sanctuarisé, il doit dénoncer toutes les haines en marche dans ce pays.

Enfin, parce que les idées de « CHARLIE » (athée, libertaire, provocatrice…) ne peuvent à elles seules résumer les valeurs de notre république. La liberté d’expression dont ils bénéficient et que nous devons défendre, doit également bénéficier à ceux que CHARLIE provoque.. Dans le cadre de nos lois démocratiques, les croyants, qu’ils soient chrétiens, musulmans, juifs, ont le droit de combattre de les idées de CHARLIE. Allons-nous demander à un Evêque, un Rabin, un Imam, d’être CHARLIE ? Leur refus entrainerait il l’exclusion de la communauté nationale ? C’est de cette contradiction qu’est née la pathétique polémique sur la présence de MLP place de la république Dimanche. Si un mot d’ordre doit être sanctuarisé, il doit pouvoir être scandé par chacun des républicains qui veulent résister.

"NOUS SOMMES FRANÇAIS" est le seul mot d'ordre qui vaille aujourd’hui. Être Français, c'est être Charlie. C'est être Ahmed. C'est être Clarisse. C'est être Frédéric. C'est être athée. C'est être chrétien. C'est être juif. C'est être musulman. C'est être agnostique. C'est être Rousseau. C'est être Voltaire.C'est être moi. C'est être toi. C'est être l'autre. C'est ce que nous sommes.

Mais je connais trop la force du marketing. Je sais trop bien que "NOUS SOMMES FRANÇAIS" n'a pas la force de "JE SUIS CHARLIE" sur nos esprits. Trop banal, pas assez fort, déjà vu...

Face à l’obscurantisme, reste donc à espérer que le marketing nous sauvera…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.