Nicolas DUTENT
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juin 2012

Nicolas DUTENT
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Voyage au cœur de la Stasi (ou le récit d'une liberté sous surveillance)

Nicolas DUTENT
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rien n’a bougé depuis la fermeture des bâtiments du siège de la Stasi. Rien, si ce n’est ses ministres et ses agents. Le film La vie des autres, oscarisé en 2007, a fait revivre, le temps d’un tournage, ces locaux si imprégnés de cette période de l’histoire allemande.

La Stasi a surveillé, épié dans les moindres détails, la vie de millions de personnes entre 1950 et 1989. Les méthodes employées étaient souvent sophistiquées, parfois rudimentaires. Le musée, installé dans l’ancien siège du ministère de la Sécurité d’Etat de l’ex-RDA, à Berlin, en est le principal témoin.

Rien n’échappait à la vigilance de l’Etat. La surveillance était sans concession, de jour comme de nuit. Les agents de la Stasi s’introduisaient en général chez les gens en leur absence pour noter, photographier, prélever ou emporter quantité d’éléments susceptibles d’alimenter les millions de dossiers "nécessaires"à la sécurité et à la bonne marche de l’Etat. Lectures, courriers, conversations téléphoniques, échantillons d’écriture étaient conservés dans les 6 millions de dossiers retrouvés, qui correspondent à quelque 180 km de papier, accessibles aux citoyens concernés et aux chercheurs.               

Même les odeurs corporelles, recueillies sur des échantillons provenant d’habits ou de tissus posés sur des chaises d’interrogatoires, - comme l’illustre une scène du film La vie des autres, tournée dans un bureau intact du musée - étaient soigneusement consignés dans des bocaux. Ils étaient utilisés pour aider les chiens à rechercher certains individus ou à confirmer leur participation à certaines actions. Infaillible. Quand les informations n’étaient pas recueillies à l’intérieur des habitations, elles l’étaient à l’extérieur. C’est ainsi que des citoyens, plus ou moins ordinaires, étaient à la merci d’improbables gadgets (appareils photos, micros et armes en tout genre), dissimulés dans des sacs, valises, vestes, troncs d’arbre, pierres, jerricanes, arrosoirs ou autres planques insoupçonnables. 

Rien de cela n’aurait été possible sans les services des 94.000 agents officiels, auxquels il faut ajouter 189.000 collaborateurs non officiels ou "informateurs bénévoles"à travers l’ex RDA. Juste avant la chute du Mur de Berlin, les agents de la Stasi ont pris soin de détruire l’équivalent de 14 km de dossiers en millions de fragments rassemblés dans des sacs, mais ne sont pas arrivés à bout de leur oeuvre colossale. Un travail fastidieux de reconstitution a ensuite occupé 15 personnes à plein temps. Récemment, des chercheurs de l'institut berlinois Fraunhofer ont mis au point des logiciels capables de reconstituer plus rapidement ces documents. 

Le rendement des reconstitutions a nettement augmenté, on peut à présent espérer le traitement de 400 sacs en deux ans, alors que "seulement"323 sacs avaient pu être traités jusqu’à maintenant…. sur les 16.250 sacs retrouvés en 1990. Encore quelques années de travail en perspective et peut-être l’espoir de la levée des derniers secrets que renfermaient ces innombrables dossiers.

Le Musée de la Stasi doit son existence à un groupe de citoyens allemands, de l’Est et de l’Ouest, qui a créé une association en 1990, dans le but de sensibiliser le public sur les dérives de l’ancien système politique de la RDA.

Texte de Delphine MARTEAU publié sur le site http://www.lepetitjournal.com/  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin