Nicolas Haeringer
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

9 Éditions

Billet de blog 3 sept. 2020

En hommage à David Graeber

Le brillant anthropologue et militant anarchiste David Graeber nous a quitté - il avait directement contribué à certaines des mobilisations parmi les plus significatives de ces vingt dernières années.

Nicolas Haeringer
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Anthropologue brillant, David Graeber était un militant anarchiste, "avec un a minuscule", comme il se plaisait à le rappeler, pour insister sur la dimension pragmatique de son militantisme.
Il avait activement participé aux mobilisations altermondialistes au tournant des années 90 / début des années 2000 en Amérique du Nord, et avait co-fondé le Direct Action Network qui avait largement contribué à renouveler les répertoires d'action, vers plus de confrontation directe, de radicalité et de créativité. 
Dix ans plus tard, il avait été impliqué dans le lancement d'Occupy Wall Street, alors qu'il terminait de travailler à sa somme sur la Dette. Il était parvenu à faire résonner son travail de longue haleine, une somme portant sur 5000 ans d'histoire, montrant que la dette existait avant l'invention de la monnaie, avec les conséquences de la crise des subprimes. Son analyse et son expérience militante n'avaient pas seulement irriguées les premières assemblées générales, qui devaient déboucher sur l'occupation du Parc de Zucotti : elles devaient passer à la postérité dans le slogan "nous sommes les 99%" et donnèrent naissance à un vaste mouvement de "grève de la dette".

David Graeber à Gemenos, à la rencontre des Fralib


Plus récemment, il s'était largement impliqué dans les réseaux de solidarité avec le Rojava, où il s'est rendu à de nombreuses reprises. Il y a quelques mois, il avait décidé de venir à Paris pour comprendre ce qui se jouait autour du mouvement des gilets jaunes, et avait souhaité rencontrer certain.e.s actrices et acteurs des mobilisations en cours - avant de participer à une AG/débat avec F. Lordon à la Bourse du travail. 


Il travaillait actuellement à une nouvelle somme, avec l'archéologue David Wengrow, qui devait être la première pierre d'une histoire au long court de la production des inégalités, et en miroir, de l'égalité et de l'horizontalité. D. Wengrow et D. Graeber devaient montrer comment de nombreuses villes antiques, comptant parfois plusieurs dizaines de milliers d'habitants, s'organisaient sur un mode non-hiérarchique : il n'y avait nulle trace de richesse ostentatoire, de palais ou de villas, de quartiers protégés de la plèbe. Les habitant.e.s y vivaient en égalité, sans maîtres ni chef.fe.s. Graeber entendait montrer plusieurs choses fondamentales pour penser l'émancipation aujourd'hui : l'égalité et l'horizontalité étaient possibles dans des sociétés vastes, avant l'invention de l'état. L'idée, très répandue, selon laquelle au-delà d'un certain nombre d'habitant.e.s, l'égalité et l'horizontalité ne seraient plus possibles ne serait ainsi qu'une chimère. La hiérarchie n'est pas la conséquence d'une population importante. Par ailleurs, l'égalité est un défi plus important à mesure que l'on se rapproche du foyer : ces villes étaient certes égalitaires, mais rien n'indique qu'il n'y avait pas de formes de domination et d'oppression à l'intérieur des maisons - se nouant bien sûr autour du genre. Au fond, les inégalités étaient produites à partir de la sphère domestique ou intime. 
David avait une capacité unique à penser le temps (très) long et à analyser des dynamiques sociales à travers les époques, tout en étant un analyste brillant des moments éruptifs les plus contemporains - probablement parce qu'il pensait et analysait autant qu'il militait, et qu'il avait pleinement saisit que comprendre le présent ne peut se faire qu'en articulant les deux. Il savait saisir une époque mieux que quiconque - son travail sur les "jobs à la con" en est une des manifestations les plus évidentes.

Pour moi, David Graeber, c'était d'abord un livre, acheté un peu par hasard : Direct Action, an Ethnography. Un livre que j'avais parcouru sur un stand d'un forum social des États-unis, à Detroit, me demandant qui pouvait bien être ce thésard qui pensait indispensable de publier 600 pages sur les AG militants qu'il avait observé dans le cadre de sa recherche. Je n'avais pas vu que c'était lui l'auteur - dont je n'avais alors encore rien lu mais connaissait le nom, évidemment. J'ai finalement acheté le livre, sur un coup de tête et l'ai dévoré comme un polar - ça parlait de ma vie, de militant et d'apprenti chercheur, avec son style unique, fait d'un luxe de détail et de fulgurances analytiques.

Ce fût ensuite des discussions autour d'Occupy Wall Street, non pas en septembre 2011 (David a quitté New York juste après que le mouvement ait démarré) mais au printemps suivant. Nous l'avions interviewé avec Jade Lindgaard pour la revue Mouvements. Quelques mois plus tard, alors qu'il passait quelques jours de vacances à Marseille, se reposant pendant la tournée de promotion de son ouvrage sur la dette, il était allé à la rencontre des salariés de Fralib, en lutte pour sauver leur outil de travail à Gemenos - et avaient discuté de la possibilité de créer une coopérative. Ce sera chose faite, après une lutte épique et exemplaire.
Son regard fin, sa curiosité, son caractère affirmé et son appétence pour les controverses intellectuelles parfois vives vont nous manquer cruellement.


David combinait des analyses minutieuses, un luxe de détails (voir sa somme sur l'Action directe, dans laquelle il écrit plusieurs paragraphes sur le type de stylo qu'il utilise) et de fulgurances analytiques incroyables - formant une pensée unique en son genre, rigoureuse, éclairante, stimulante, provocante, et toujours orientée vers l'action - car il se refusait à penser de manière abstraite, coupée des mobilisations sociales. C'est peut-être ce qui le distingue des autres penseurs des sociétés sans état (ou contre l'état), tels Pierre Clastres ou James C. Scott. 
Il se disait parfois convaincu que le capitalisme avait déjà pris fin, mais que nous n'en avions pas encore pleinement pris la mesure - à nous de ne pas le faire mentir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Handicap : des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
Le Squale, opérations secrètes
Basées sur des interceptions judiciaires ayant visé l’ancien chef des services secrets intérieurs, Bernard Squarcini, notre série de révélations met au jour l’existence d’un État dans l’État, où se mêlent intérêts privés et basse police.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau