L'Agence française de développement... des énergies fossiles ?

Comme le révèle Mediapart, l'Agence française de développement s'apprête à accorder 41 millions d'euros à l'opérateur d'une méga-centrale à charbon, dans la province chinoise du Xinjiang. Une manière comme une autre d'enterrer l'objectif de l'Accord de Paris (maintenir le réchauffement climatique au plus près des 1,5°C).

Il y a dix jours, lors de la COP23, j'ai pu rencontrer Rémy Rioux, le directeur de l'Agence française de développement, ainsi que deux de ses collaborateurs, aux côtés de l'ambassadrice chargée des négociations sur le climat, Brigitte Collet.

À ma question sur la place qu'occupe la lutte contre le réchauffement climatique dans les critères que l'AFD utilise pour évaluer la pertinence des projets, la réponse fut relativement claire : l'AFD place le climat au cœur de ses préoccupations, et entend être la première agence de développement "100% compatible avec l'Accord de Paris".
Être compatible avec l'Accord de Paris signifie - c'est ce qui m'a été dit ce jour-là - être plus ambitieux que les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre pays par pays (puisqu'ils nous positionnent sur la trajectoire d'un réchauffement de +3°C minimum) : il s'agit de s'inscrire dans une démarche de transition à long terme.

afd

Lorsque j'ai posé la question des infrastructures fossiles, la réponse fut là aussi très claire : l'AFD ne "finance plus aucun projet charbon". Elle considère en revanche le gaz comme une énergie de transition - dans des contextes particuliers toutefois. Ainsi m'a-t-on clairement signifié que jamais l'AFD ne financerait de projet gazier en Chine - mais que dans un pays tel que le Mali, la question pouvait se poser.

10 jours après, Mediapart révèle que l'AFD discute en ce moment même de la possibilité d'accorder un prêt souverain de 41 millions d'euros à la Chine, pour venir appuyer l'opérateur (privé) d'une méga-centrale à charbon dans le Xinjiang.

"100% compatible avec l'Accord de Paris" : "c'est notre nouveau slogan" expliquait alors Rémy Rioux. Et 10 jours après, cet engagement apparaît bel et bien comme un slogan - creux, comme à chaque fois que les slogans ne s'accompagnent d'aucune règle claire.

Rappelons au passage que l'agence chinoise de développement est l'agence de développement la plus riche au monde - appuyer le développement d'un projet charbonnier en Chine est donc très loin d'être une priorité...

À un mois du sommet Finance et climat d'Emmanuel Macron, c'est plus qu'inquiétant - mais guère surprenant.
Il est donc plus que temps de faire entendre une revendication toute simple : pas un euro de plus pour les énergies du passé.
Aujourd'hui, faire entendre cette revendication passe par une action simple elle aussi (à l'origine de laquelle sont 350.org et Oxfam France) : écrire à Rémy Rioux, pour lui dire qu'il est inacceptable que l'Agence française de développement finance des projets charbonniers, gaziers ou pétroliers.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.