Nicolas Haeringer
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

9 Éditions

Billet de blog 28 févr. 2022

Lire le rapport du GIEC par temps de guerre

Le GIEC, prix Nobel de la Paix 2007 vient de publier son nouveau rapport sur les conséquences du réchauffement climatique, alors que la guerre en Ukraine, largement liée à la question énergétique, bat son plein. De là découle une possible piste, pour concilier justice climatique et paix : socialiser les profits de l'industrie fossile, pour financer « l'effort de paix ».

Nicolas Haeringer
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le GIEC vient d'approuver le rapport de son groupe de travail sur les conséquences du réchauffement climatique. L'adoption de ce rapport a duré 15 jours : les États membres du GIEC sont en effet invités à discuter le contenu du rapport, demander des précisions, critiquer tel ou tel point. 

L'Assemblée du GIEC s'est donc achevée en pleine guerre, après l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe. Au-delà du fait que cette guerre n'est évidemment pas étrangère à la question énergétique, la coïncidence temporelle est révélatrice : le GIEC a en effet obtenu le prix Nobel de la Paix en 2007. Le GIEC était ainsi reconnu comme étant un acteur majeur de la paix de l'époque contemporaine. 

La lutte contre le réchauffement climatique serait donc une guerre - et le GIEC serait une institution de construction ou de maintien de la paix. Plusieurs précisions sont toutefois nécessaires : la paix ne sera ici pas l'aboutissement d'un compromis entre belligérant.e.s. Il ne s'agit pas de négocier un armistice entre, par exemple, les industries destructrices du climat d'une part et, de l'autre côté, toutes celles et ceux qui sont en première ligne du réchauffement climatique. L'enjeu est ici la reddition de l'industrie fossile : la paix (climatique) ne sera possible que dans un monde dans lequel Gazprom, Total, Exxon, Shell, BP et consorts ne seront plus autorisés à extraire, transporter, raffiner et brûler du charbon, du gaz et du pétrole.

au camp action climat anglais de 2007

Peut-être peut-on alors en tirer quelques perspectives stratégiques pour soutenir la population ukrainienne (ainsi que les civils Russes qui s'opposent à la guerre). 

  • La première est, évidemment, de rompre définitivement avec les entreprises russes du secteur gazier et pétrolier. Plusieurs institutions ont annoncé rompre avec Gazprom, qui s'était notamment spécialisée dans le "sports washing" : l'entreprise russe est le principal partenaire de la plus grande compétition européenne de football ; sponsorise quelques équipes majeures dans plusieurs championnats européens ; soutient la formule 1 ; etc. Que ces liens soient remis en cause est une bonne chose - quoique la décision intervienne bien trop tard. Il est évident que le renoncement doit être définitif - et non temporaire, pour la seule durée des opérations militaires.
  • Ce n'est pour autant qu'une étape : BP, Total, Shell, etc. ont toutes des intérêts dans des projets fossiles en Russie. BP vient d'annoncer son renoncement à toute participation dans ces projets russes (mais a fourni du carburant à l'armée russe...). Exxon est impliqué dans un mega-projet de l'entreprise publique Rosneft. BP vient de rompre avec cette dernière mais a extrait plus de 400 millions de barils de pétrole grâce à son partenariat privilégié avec l'entreprise - permettant ainsi à la Russie d'accumuler une partie des fonds aujourd'hui utilisés pour financer la guerre en Ukraine. Total n'est pas en reste, étant l'une des multinationales les plus actives dans les projets de forage de gaz en Arctique. Bref : tous les acteurs majeurs des secteurs gaziers et pétroliers, ou qu'ils soient situés, ont leurs mains liées à Vladimir Poutine. Certaines s'en détournent aujourd'hui, mais elles doivent faire face à des sanctions à la hauteur de leur collusion passée. 
  • Les mobilisations contre la guerre ont historiquement toujours reposé sur des mobilisations ressortant de la "non-coopération" : "pas en notre nom" est l'un des slogans anti-guerre les plus communs. Pas en notre nom, mais aussi "pas avec notre argent". Le boycott, mais aussi le désinvestissement, sont en effet des leviers extrêmement efficaces pour résister à la logique des armes. 

Il me semble qu'ici, nous pourrions ajouter une dimension supplémentaire : la socialisation des profits de toutes les entreprises du secteur des combustibles fossiles.

L'exemple de Shell est le plus frappant : 30% des profits réalisés par Shell sont liés à ses activités en Russie. Compte tenu du rôle joué par Total, Exxon et BP en Russie, il serait surprenant que les ordres de grandeurs soient différents dans leurs cas.

Socialiser les profits de l'industrie fossile (par une taxe dont les modalités doivent évidemment être précisés) pourrait poursuivre plusieurs objectifs : il s'agit d'abord d'une première sanction envers toutes celles et ceux qui s'enrichissent grâce à une industrie complice de cette guerre (et de nombreuses autres). Surtout, l'argent ainsi levé pourrait permettre trois choses :

  • garantir que les plus pauvres ne paieront pas le prix d'une guerre largement provoquée par notre dépendance au gaz et au pétrole. Concrètement : l'argent ainsi récolté permettrait de maintenir les prix de l'énergie à un niveau juste. De fait, le renchérissement du prix du gaz et du pétrole n'est une bonne nouvelle pour le climat que de manière contre-intuitive, dès lors que l'industrie fossile continue à maintenir ses profits à des niveaux indécents - au détriment des plus pauvres, de celles et ceux qui ne peuvent se permettre d'utiliser des moyens de transport ou de chauffage alternatifs
  • cette taxe pourrait par ailleurs permettre de financer une accélération du déploiement des énergies renouvelables, et plus encore d'accélérer les politiques d'économie d'énergie. Après tout, la seule énergie compatible avec la paix, c'est celle qu'on ne consomme pas…
  • enfin, de manière a minima symbolique, cette taxe pourrait contribuer à soutenir les populations civiles ukrainiennes, ainsi que les Russes qui souhaiteraient quitter le pays pour se protéger de la répression du régime de Poutine.

Il y aurait là une première étape vers la socialisation complète du secteur des combustibles fossiles, qui est seule compatible avec des politiques climatiques ambitieuses.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland