Nicolas Roméas
Acteur culturel, auteur, Nicolas Roméas fait aujourd'hui partie de l'équipe de bénévoles du site L'Insatiable (www.linsatiable.org) en tant que rédacteur en chef. Il participe également à la nouvelle revue L'Insatiable papier.
Abonné·e de Mediapart

116 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 août 2022

Nicolas Roméas
Acteur culturel, auteur, Nicolas Roméas fait aujourd'hui partie de l'équipe de bénévoles du site L'Insatiable (www.linsatiable.org) en tant que rédacteur en chef. Il participe également à la nouvelle revue L'Insatiable papier.
Abonné·e de Mediapart

Juste un mot

Juste un mot - La révolution du sensible, paraîtra le 5 septembre aux éditions Parole. Après plus de 25 ans de déambulations avec la revue Cassandre/Horschamp et L'Insatiable, j'y ramasse mes pensées et mes désirs sur les relations art/société telles qu'elles ont lieu (ou non) et telles qu'elles devraient à mon sens se produire si l'humanité veut continuer son chemin.

Nicolas Roméas
Acteur culturel, auteur, Nicolas Roméas fait aujourd'hui partie de l'équipe de bénévoles du site L'Insatiable (www.linsatiable.org) en tant que rédacteur en chef. Il participe également à la nouvelle revue L'Insatiable papier.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un essai très subjectif sur les relations entre l'art et la société au 21ème siècle, un prétexte à en parler, à être d'accord, à être en total désaccord, à débattre, à replacer la question au centre des débats sur l'avenir d'une société en voie de déshumanisation. Une incitation à agir, aussi. Une provocation au sens étymologique du mot.

Bref, une humble contribution à la prise de conscience et à la compréhension du rôle vraiment politique (au sens grec) que doit absolument tenir le geste artistique dans une collectivité humaine qui ne veut pas devenir folle.

Le texte traverse les champs à vive allure, divague, passe d'un registre à l'autre sans prévenir et dialogue avec les images fortes du grand plasticien et imagier Olivier Perrot. En attendant le 5 septembre, on peut dès maintenant commander l'ouvrage en prévente (-25%) sur le site des éditions Parole.

Voici ce que dit l'éditeur des raisons qui l'ont poussé à le publier  :

Juste un mot
La révolution du sensible
(Relations entre l’art et la société au 21e siècle)

« Parler d’art et du vivant, voilà l’objet de cet essai de Nicolas Roméas. Ce livre, c’est un chantier, un magnifique chantier. D’ailleurs, le tout premier titre était En travaux. C’est dire combien écrire sur l’art n’est pas figé, comme ne l’est pas, non plus, écrire sur le vivant.

Car c’est bien de ça qu’il s’agit, du geste artistique dans le vivant. De celui qui écoute, questionne, honore, joue avec, traduit, transforme, transcende… Celui qui existe depuis la nuit des temps, caché ou révélé.
Fort de son parcours, Nicolas Roméas a arpenté les routes, découvert et multiplié les rencontres fondatrices avec des artistes, des philosophes, des hommes et des femmes de réflexion et d’action.

Des grandes avenues citadines aux quartiers isolés, des nationales aux chemins de traverse, ce livre partage des surprises glorieuses, des rendez-vous improbables, des rapprochements inattendus, des rencontres fondamentales, et pose un regard, à la fois tendre et acéré sur l’art dans notre société. Sur l’art vivant. Sur l’humain.
Comme si l’art était le premier fondement de toute société humaine.

Écrit comme un long poème en prose, cet essai se joue des codes journalistiques ou scientifiques. À l’adresse de tous, avec l’intime conviction de devoir partager pour encore mieux questionner, pour mieux construire.

Il faut ouvrir ce livre et oser les premières pages pour comprendre que l’écriture nous entraîne dans des recoins où on ne savait pas qu’on pouvait aller, nous, les spectateurs, les lecteurs, les non-initiés à l’art, mais aussi, nous les artistes qui ne savons pas toujours où nous mène l’art que nous pratiquons.

Il faut lire les pages suivantes pour entendre les poétiques et politiques interrogations de Nicolas Roméas qui parlent de chacun en tant qu’humain riche de sensibilité, de celle qui nous parle de tous et nous permet d’ouvrir les yeux et le reste, sur notre monde.

Il faut poursuivre encore pour apprécier et désirer aller encore plus loin.

Aucun effort à faire, on tourne les pages, on se laisse convaincre – ou non- mais la question n’est pas là, parce qu’au fur et à mesure, notre discernement s’affine, notre curiosité s’affirme, notre sensibilité bouillonne.

Alors, oui, ce livre est pour chacun.

"Le geste artistique, en créant des langages irrationnels, est chez nous, aujourd’hui, l’ultime témoin actif d’un processus qui doit s’appliquer à l’ensemble de la vie. Il témoigne de l’indispensable incompréhension de certaines choses, de la nécessité de préserver l’inconnu, c’est-à-dire, si le mot n’était pas presque inutilisable, d’une relation sacrée à ce qui existe à nos yeux et pourtant nous échappe."»

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac