Nicolas Roméas

Acteur culturel, auteur, Nicolas Roméas fait aujourd'hui partie de l'équipe de bénévoles du site L'Insatiable (www.linsatiable.org) en tant que rédacteur en chef. Il participe également à la nouvelle revue L'Insatiable papier.

Paris - France

Sa biographie
Ancien journaliste et producteur à France Culture, auteur. Acteur culturel et rédacteur dans de nombreuses publications et radios, ancien animateur de la revue culturelle Cassandre/Horschamp sous l'égide de l'association éponyme. Il est aujourd'hui l'un des contributeurs bénévoles du site L'Insatiable (www.linsatiable.org) en tant que rédacteur en chef et écrit pour plusieurs publications périodiques.
Son blog
252 abonnés Contre la machine à décerveler (le blog de Nicolas Roméas)
Voir tous
  • L’ultime combat

    Par
    Si ceux qu'on appelle ultralibéraux parviennent, comme ils le souhaitent, à produire à partir de l’être humain quelque chose qui ne soit plus du tout humain, une apparence d’humain aussi efficace qu’une machine pour travailler dans de grands entrepôts ou des usines et consommer, la différence sera très simple à percevoir.
  • Pour en finir avec la starification des psychopathes

    Par
    masque-horrible-1
    Haine, méconnaissance et mépris de soi-même, c'est le ressort fondamental du pauvre malade à qui on tend tous les micros. Rien d'autre ne peut produire une telle incohérence mentale, qui elle-même doit construire une fausse cohérence de façade pour se protéger de la pensée. Et donc de l'éclatement interne.
  • Manipulation politique de la souffrance

    Par
    Francisco de Goya - Saturno devorando a un hijo Francisco de Goya - Saturno devorando a un hijo
    Le pouvoir politique - en Occident, mais pas uniquement bien sûr -, s'appuie sur le maintien et le renforcement de certaines pathologies mentales dans une partie de la population. En les "dépathologisant" et en leur accordant une existence officielle dans le champ politique commun, il en fait les alliées indispensables à son propre maintien.
  • Artistes et décorateurs d'extérieur

    Par
    tax
    Comme disait Tadeusz Kantor, l'art ne reflète pas la société, il lui répond. Eh bien cette réponse-là, molle, stagnante, impuissante, passive, celle de Christo ou Buren, est très inquiétante : c'est plutôt un symptôme.
  • Rendez-vous au Chinois

    Par
    Au début, Robert Abirached me foutait les jetons. L’autodidacte idéaliste, l’humble pigiste de France-Cul, n’avait pas encore perçu, derrière la figure du prof impitoyable et exigeant, la drôlerie des masques qu’il portait, la fantaisie des rôles dont il abusait avec délice.
Voir tous