Attentifs, ensemble (sommaire esquisse d'une géographie de ce monde)


 

Photogramme © Olivier Perrot Photogramme © Olivier Perrot

Voilà, on peut toujours causer, mais contemplons ce paysage sinistré c'est le nôtre.

Ses vastes poches de colère soigneusement entretenues, patiemment, longuement cultivées, où pousse une flore vénéneuse à la puissante et redoutable arborescence, végétation maléfique avec laquelle on érigera ensuite des pouvoirs et des murs, éliminera les herbes folles et creusera des tombes.

Ravins obscurs où l'on fait lentement macérer des esprits, des corps, abîmés et privés de lumière, dans un brouet saumâtre de haine de soi d'ignorance et de haine.

Agriculture de mort et l'on récolte en temps voulu ses fruits de colère noire.

Ni halte ni clairière, routes froides et rectilignes là où il faut des chemins de traverse, sinueux et le murmure de l'eau. Casiers métalliques aux cloisons infrangibles là où il faudrait passer d'une rive à l'autre. Trous sans air, asphyxiants, là où pour respirer il nous faut un vent frais, subtil et inspirant.

«Attentifs ensemble», disent-ils. Ils ont raison…

Attentifs nous le serons à l'autre, troublé par sa présence, à l'écoute de ses mots, très curieux de sa différence, très soucieux des désaccords fertiles. Attentifs à ce qui naîtra du frottement de ces différences. Très attentifs à nos imaginaires, aux utopies qui fendent par instant ce ciel sombre.

Ensemble nous le serons sans nous confondre, sans devenir troupeau, sans nous priver des joyeux désaccords qu'on aime tant, qui réveillent nos neurones et déplacent nos pensées. Sans perdre le goût de cette parole vive qui fait de nous un assemblage et non une foule.

Attentifs nous serons à ce que nous devenons ensemble, car ces deux mots résument ce que nous voulons être.

Nicolas Roméas (7 décembre 2015)

Images d'Olivier Perrot

Photo © Olivier Perrot Photo © Olivier Perrot

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.