Nicolas Roméas
Acteur culturel, auteur, Nicolas Roméas fait aujourd'hui partie de l'équipe de bénévoles du site L'Insatiable (www.linsatiable.org) en tant que rédacteur en chef. Il participe également à la nouvelle revue L'Insatiable papier.
Abonné·e de Mediapart

113 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2020

Vas-y l'artiste

Souviens-toi de ce que tu fais là, de ce qui t’a amené là, souviens-toi de ce qui t’a nourri. Vas-y.

Nicolas Roméas
Acteur culturel, auteur, Nicolas Roméas fait aujourd'hui partie de l'équipe de bénévoles du site L'Insatiable (www.linsatiable.org) en tant que rédacteur en chef. Il participe également à la nouvelle revue L'Insatiable papier.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Souviens-toi de tes doigts tachés de peinture, du savoir de l’enfance, de tes oreilles blessées par un cri harmonieux, bercées d'un chant enveloppant, de ton cerveau contaminé de rage et de désir, emporté par des flux que tu ne maîtrises pas, dont il faudra faire quelque chose et qui feront de toi un humain si tu en deviens un. 

Photographie © Olivier Perrot

Souviens-toi de ce que veut dire ce mot dont tu n’es pas sûr de vouloir, souviens-toi de ce qu’il ne veut pas dire, de ce qu’il ne peut pas dire, pas faire, pas produire, souviens-toi de ce qu’il empêche. Souviens-toi de la maladresse et de la grâce. Souviens-toi de l'éveil soudain.

Art, satori, de quel mot parles-tu ? Souviens-toi de ce qu’il fait jaillir et génère dans les crânes d’adolescents en fusion qui ont eu la chance de le croiser, d'en être percutés.

Souviens-toi (tu te souviens ?), qu’il laisse entrevoir un autre monde, vraiment, derrière ce voile quand il s’arrache comme l’affiche dans le métro, souviens-toi du rai de lumière derrière le mur de béton fracturé, souviens-toi de sa puissance dont on parle à voix basse de peur de l'éveiller, dont on se persuade que c’est une vue de l’esprit. Comment il fait fondre comme une forge ou un volcan ces forces qui ne devraient pas se rejoindre. Car c'est en effet interdit.

C’est le moment, camarade, sors la clef de la poche du vieux veston. Ouvre patiemment, laborieusement, consciencieusement, les très anciennes écoutilles qui grincent péniblement, les vieilles vannes rouillées qui retiennent et contiennent dangereusement cette masse d’énergie affolante venue de si loin qu’on n’ose presque pas y toucher. C'est effrayant. Toi seul, vous seuls, nous seuls, peux, pouvez, pouvons.

Souviens-toi du terreau profond, des nourritures secrètes, des simples mystères qu’il faut amener au grand jour, c'est un travail, au-delà de leur science et des savoirs brisés.

Souviens-toi de l’électricité dans le ciel. Souviens-toi des éclairs. De la lutte contre le grand mensonge, la lutte immémoriale. Des animaux et de leur indulgence.

Souviens-toi des maîtres et des disciples, des combats de titans qui nous ont menés jusque-là où s'entrechoquent toutes nos forces contraires.

Souviens-toi de la simplicité impressionnante ou risible des ancêtres qui parlent encore dans les villages avec des mots de vérité.

Souviens-toi de la source pure, restée intacte. Souviens-toi de George Orwell et d’Antonin Artaud, Miles Davis et Big Bill Broonzy, souviens-toi de Allan Ginsberg.

Souviens-toi de ces aventuriers dont tu as voulu faire partie. Souviens-toi de ce qu'ils savent. Souviens-toi que pour le dire il leur faut inventer des langues. Ce qui se passe aujourd’hui n’a rien de rationnel, on a besoin de toi camarade. Si tu n'es pas à cet endroit, rien n'est possible. Ne sois pas lâche, c'est pas le moment. Rappelle-toi les vieux mantras de tes vieux prêtres, surannés, peut-être, toujours là, comment ils t’impressionnent encore et marquent les esprits quand ils s’ouvrent, comment ils agissent.

Souviens-toi du court-circuit entre tout ce qui se passe ici et toi-même à ce moment précis. Souviens-toi de l'instant présent. Souviens-toi de ton désir toujours inassouvi, dans cet instant précis, millimétrique, à l’intersection exacte entre l’histoire humaine et ton chemin minuscule et labyrinthique.

Descends dans la rue et fais ton art. Fais-le.

Descends dans la rue et fais cet art qui va bien au-delà de ce qu’ils appellent art et devient autre chose et ne peut se faire sans notre peuple qui est nous-mêmes. Quitte ta famille, comme disait Blaise Cendrars, quitte le confort de ce mot protecteur pour retrouver cette putain de source et faire enfin la jonction au grand jour.

La vraie convergence des luttes se fait en profondeur dans les soubassements, la pénombre, le secret de cette sincérité interdite, à cet endroit où rien ne se distingue encore. Chacun le sait et rares sont ceux qui peuvent le dire. C'est ton boulot.

Photo © Olivier Perrot

Descends dans la rue, dans les villes et les villages, descends dans les champs et les bois, descends juste en bas de l’escalier, descends juste de quelques centimètres et fais ce que tu dois faire, ne sois pas si timide, descends, et si ce mot possède un sens, donne une chance à ton d’art d’être un art. Au moins une fois, dans ta vie et dans l’histoire des Hommes. Il suffit d’une fois.

Comme si c’était une dernière chance. Descends dans la rue et fais exploser notre imaginaire corseté avec le soin le plus extrême, une infinie délicatesse, la plus inimaginable finesse, celle qui normalement n’a plus cours. Celle qui pour eux ne doit plus avoir cours. Celle qui consiste à rappeler simplement que ce qui fait un monde c'est la très précieuse relation de chacun à chacun.

C’est le moment. Donne, donne, donne ce que tu n’as jamais osé donner. Fais éclore ce qui a été déposé en toi il y a si longtemps et qui a cheminé jusqu'à ce lieu, dans cet espace-temps impossible. Montre clairement aux yeux de tous que c'est essentiel et sans aucune gravité, qu’il ne s’agit que d’un trésor commun et qu'il est actif et vivant. Montre que ce trésor ne t’appartient pas, mais à tous, qu’il n’est la propriété d'aucune tribu. Ouvre, ouvre, ouvre la malle. Ne fais pas le con. Souviens-toi du testament jamais écrit, partout présent, et du devoir d'héritage.

Montre que cette saloperie dans laquelle ils sont enfermés est dérisoire et minuscule, la version terriblement désolante de l'être humain, risible, désespérante, pas d'être humain, juste une erreur fatale à laquelle on peut échapper. On ne peut pas se permettre de dilapider le trésor. On ne va pas dilapider le trésor. Le trésor est en mouvement, il n'est caché nulle part. Montre qu'il y a autre chose, bel et bien autre chose, bel et bel et bien autre chose, au-delà de toutes illusions, et que même si tous le savent bien, toi tu sais que ça peut se faire. Et c'est à toi de faire le job.

Montre que tu sais à quel point les danseuses de l'Opéra sont bouleversantes dans le froid de l'hiver parisien, à quel point les orchestres et les fanfares qui jouent dans les rues de la révolte populaire, sont la plus haute expression de notre humanité, de notre intelligence, de notre sensibilité commune, patiemment construite durant des siècles et des siècles de labeur incessant. Montre que tu sais que ça ne suffit pas, que c'est un bon début mais que ça ne suffit pas, qu'il faut inventer quelque chose, et que cette chose à inventer est juste là, sous nos pas, sous nos yeux, c'est la jonction. C'est le rôle de celui qu'on appelle un artiste.

Nicolas Roméas

www.linsatiable.org (Les Causeries Nomades le 22 mars)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran