Cassandre avait raison

Il y en a qui ne voient pas la beauté de cette femme ?

Ils parlent de beauté, ils parlent de vulgarité, les amis de l’enthousiasmante Roselyne.

Ceux-là - sans doute les mêmes qui ont tué Socrate -, auraient trouvé la pythie de Delphes hystérique, Cassandre pas assez positive, Antigone un peu borderline. Ces gens-là voudraient parler d'art ?

Corinne Masiero aux Cesar-DR Corinne Masiero aux Cesar-DR

Corinne Masiero fait une chose simple. Prenons-en la mesure exacte. Elle rappelle ce qu'est la force effective du geste artistique, un acte qui nous fait tous sortir de la passivité du spectacle pour rejoindre une dimension symbolique profonde qui bouleverse. Qui ne donne aucune solution, qui remplit simplement son rôle qui est de bouleverser en faisant voler en éclats les faux-semblants.

Un acte qui oblige à bouger, à se lever de son fauteuil de spectateur.

Et justement ce que cet acte manifeste, c'est qu'il y a des moments de notre histoire où on ne peut pas être seulement spectateur. Ce n'est pas comme le dit quelqu'un, "le spectacle qui veut exister à n'importe quel prix", c'est la vie qui fait exploser le spectacle. Sans aucune garantie de résultat, évidemment, faire surgir la vérité ne garantit rien.

Et pour ceux qui diraient ; "mais ça n'est pas de l'art !" : souvenez-vous que ce pays a vu naître Antonin Artaud. Souvenez-vous que cette météorite a bousculé toute notre approche de la "culture". De ce qu'il faisait aussi, au-delà des différences, vous auriez dit en son temps que ce n'est pas de l'art. Souvenez-vous aussi de Dubuffet et de l'art brut.

On ne parle pas d'un art structuré, construit à partir de techniques qui évoluent et se transmettent, on parle de quelque chose qui est à l'état naissant, hors catégories, où le politique et le symbolique ne peuvent pas être disjoints. Quel que soit le nom qu'on lui donne, cette façon de faire irruption dans le réel est intemporelle, elle existait déjà à l'époque des Grecs, avant même l'invention de la tragédie et elle existe encore dans des cultures dites "premières" où elle a toujours à voir avec la transe. Quel que soit le nom qu'on lui donne, c'est de cette source bouillonnante que jaillit le geste artistique.

Nicolas Roméas

www.linsatiable.org

J'en profite pour rappeler ce que disait la revue Cassandre/Horschamp, il y a 10 ans exactement...

cassandre-no-future

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.