Nicolas Roméas
Acteur culturel, auteur, Nicolas Roméas fait aujourd'hui partie de l'équipe de bénévoles du site L'Insatiable (www.linsatiable.org) en tant que rédacteur en chef. Il participe également à la nouvelle revue L'Insatiable papier.
Abonné·e de Mediapart

113 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 déc. 2018

Un oubli essentiel

Partout, dans mon entourage, j'entends cette remarque : «les artistes sont absents du mouvement». Il faut le reconnaître, en dehors de quelques valeureux musiciens, dont ceux de la «fanfare invisible», présente dans les manifestations à Paris, leur donnant couleur de vie et de joie, ou de ce plasticien qui fabriqua un grand gilet jaune lumineux sur un rond-point, on les voit peu en tant que tels.

Nicolas Roméas
Acteur culturel, auteur, Nicolas Roméas fait aujourd'hui partie de l'équipe de bénévoles du site L'Insatiable (www.linsatiable.org) en tant que rédacteur en chef. Il participe également à la nouvelle revue L'Insatiable papier.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Leur présence est pourtant vitale. Elle sublime, transforme les tensions en beauté, la rage ou la colère en communion. On l'a vu et ressenti par exemple, certains grands soirs de Nuit debout accompagnés, portés par un magnifique orchestre. Ou, à d'autres moments, lorsque les voix s'unissent, quand la force du chœur saisit la foule. À de tels instants, cette certitude ressurgit : le geste artistique est l'une des plus précieuses armes de la résistance à la destruction de l'humain. Et par conséquent, l'une des cibles centrales, bien que cachée, du système néolibéral, dont le rêve ultime - notre cauchemar - s'appelle transhumanisme. C'est-à-dire la fin de l'humain en tant qu'être patiemment construit de langages, de symboles, et de sens.

Montage © Olivier Perrot

Toutes ces équipes qui, grâce au projet extraordinaire préfiguré par le Conseil National de la Résistance et en partie inscrit dans nos lois après guerre, font  vivre l'idée d'un service public de la culture hors de toute rentabilité, tous ces artistes qui n'oublient pas qu'ils sont, avec leurs outils symboliques, au service de la collectivité entière, sont les alliés les plus précieux d'une civilisation vraiment humaine.

Tous ces œuvriers qui savent que leur rôle est de participer en profondeur à l'évolution de la collectivité, sont les adversaires les plus radicaux et les plus puissants de la déshumanisation. Et les plus efficaces. C'est l'une des vraies raisons, non dite mais profonde, pour lesquelles le grand syndicat patronal veut détruire le régime de l'intermittence. L'abandon de la culture dans les programmes de la plupart des partis s'inscrit dans cette logique. Ceux qui œuvrent dans le symbole, dans ce qui ne doit jamais se réduire à des chiffres sous peine de disparaître en tant que tel, sont les adversaires les plus acharnés de la quantification du monde qui est en marche.

Tout ce qui n'a pas été mangé, abîmé, détourné, monétisé, standardisé, starifié, falsifié, transformé en objet de consommation par le marché, doit profiter de ces instants rares, de cette faille subreptice, pour retrouver son véritable rôle : un ensemble d'outils d'émotion, de sens, de sons de gestes et de traces, au service de l'humain - et parmi les humains, au-delà de leurs intérêts personnels ou partisans. C'est un point extrêmement important si l'on veut éviter que ce mouvement au chemin incertain ne bascule dans la barbarie à la faveur de la violence vécue et de la désinformation.

La défense de ces outils symboliques intrinsèquement inquantifiables, qui vont des arts plastiques au théâtre, la poésie ou la littérature, en passant par la musique, est un combat de société majeur, aussi crucial que celui de l'écologie, que nous révéla il y a une cinquantaine d'années René Dumont. Nous parlons des outils qui servent à construire l'humanité en nous. Ce combat c'est celui de l'humain contre un système qui veut faire de nous des robots obsédés par l'argent. La fin de l'humain devrait bien plus nous inquiéter que celle de la «planète».

Le geste de l'art est partout négligé, en temps de luttes ou non, par nos adversaires et nous-mêmes, en tant que réalité politique. Il n'aura bientôt plus de place dans cette civilisation en dehors du marché. Et ce ne sera alors plus de l'art, ou sens ou nous parlons de ce principe actif. On oublie le rôle de ce lanceur d'alertes dont ne peut se passer aucune civilisation. Mais il est essentiel.

Comme la truite du bassin de décantation ou le canari dans la mine, s'il est atteint c'est que l'atmosphère n'est plus viable. Osons le faire. Plaçons le geste de l'art (et ce qu'on appelle culture) au cœur de ce combat.

Nicolas Roméas

L'Insatiable

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin