Nicolas Roméas
Acteur culturel, auteur, Nicolas Roméas fait aujourd'hui partie de l'équipe de bénévoles du site L'Insatiable (www.linsatiable.org) en tant que rédacteur en chef. Il participe également à la nouvelle revue L'Insatiable papier.
Abonné·e de Mediapart

112 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2021

Pour en finir avec la starification des psychopathes

Haine, méconnaissance et mépris de soi-même, c'est le ressort fondamental du pauvre malade à qui on tend tous les micros. Rien d'autre ne peut produire une telle incohérence mentale, qui elle-même doit construire une fausse cohérence de façade pour se protéger de la pensée. Et donc de l'éclatement interne.

Nicolas Roméas
Acteur culturel, auteur, Nicolas Roméas fait aujourd'hui partie de l'équipe de bénévoles du site L'Insatiable (www.linsatiable.org) en tant que rédacteur en chef. Il participe également à la nouvelle revue L'Insatiable papier.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chercher à réfléchir sur ce qu'on est, sur l'état de la société dont on est le produit, oser s'aventurer dans une pensée qui met au jour et  interroge ses propres failles et ses incertitudes, exige de se sentir suffisamment solide intérieurement pour se permettre le risque de la remise en question.

Celui qui se méprise irrémédiablement lui-même, qui souffre d'un dégoût de soi latent plus ou moins inconscient, ne peut jamais prendre ce risque. Il risquerait de s'effondrer sous la révélation.

Le monstrueux personnage public construit à partir de cette façade de cohérence factice, encouragée par des pouvoirs hautement pathogènes - qui ont tout intérêt à l'être -, qui en font une star, lui fournit l'illusion d'exister dans le groupe tout en se protégeant de sa violence. C'est un rempart contre la haine de soi et sans doute contre la folie.

Contre ce que je ne tolère pas chez moi, contre ce que je vis comme des faiblesses insupportables, je construis, à partir de clichés grossiers et éculés, une image sommaire qui sera validée par d'autres. Cette armure, qui de victime me transforme en bourreau, me protégera des effets de la haine et du mépris de moi-même. Je passe du côté des puissants, je légitime ainsi, en mimant ma propre destruction, ceux qui partagent cette haine de soi - et donc des autres.

Cette fausse cohérence extérieure à soi et purement rhétorique, qui donne l'illusion de la force, est fortement encouragée par les pouvoirs qui dominent cette société. Car cet être factice, ce pauvre Frankenstein de bazar, distrait de l'essentiel et ne s'attaque jamais aux vraies causes des problèmes. Il protège ces pouvoirs de la colère du peuple en brandissant des cibles fictives, comme autant de paratonnerres qui détournent la foudre. Ainsi divisé et tourné contre lui-même, le peuple des votants sera facilement orienté vers ce qui semble le moins pire.

C'est le ressort de cette arme précieuse des ultralibéraux où s'engrènent psychopathie et politique, appelée "extrême-droite", qui atteint aujourd'hui chez nous un point d'absurdité ultime.

C'est grâce à ces figures monstrueuses qui concentrent en elles l'incohérence et la détestation de soi, qu'ils conquièrent le pouvoir et développent leur hégémonie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss