Nicolas Séné
Chargé d'animation développement social dans une ONG
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 déc. 2020

Nicolas Séné
Chargé d'animation développement social dans une ONG
Abonné·e de Mediapart

Disparaître de soi, une tentation contemporaine

Le confinement n’est pas sans conséquence sur les corps et les âmes. Les professionnels de santé alertent sur les dégâts sur la santé mentale de la population alors que chacun met en place ses propres mécanismes de défense dans cette ambiance anxiogène. Un huis clos imposé où les tentations sont grandes de disparaître de soi.

Nicolas Séné
Chargé d'animation développement social dans une ONG
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le confinement n’est pas sans conséquence sur les corps et les âmes. Les professionnels de santé alertent sur les dégâts sur la santé mentale de la population alors que chacun met en place ses propres mécanismes de défense dans cette ambiance anxiogène. Un huis clos imposé où les tentations sont grandes de disparaître de soi, une tentation contemporaine.

Les premiers résultats du confinement sur la santé mentale des Français sont éloquents. Ainsi, pour les télétravailleurs, une étude révèle que “près d'un salarié sur deux est désormais en détresse psychologique“ (Télétravail, confinement, stress : la santé mentale des salariés se dégrade). "Ce n'est pas juste le télétravail, c'est aussi le télétravail lié à un contexte extrêmement anxiogène“, analyse  Sylvaine Perragin, psychologue du travail. Pour le psychiatre Nicolas Franck, les Français “sont au minimum contrariés, et au pire déprimés et anxieux. Certains sont tendus, effrayés, quand d'autres sont découragés. Un événement aussi long, lourd et déplaisant est un stress majeur.“ Anxiété et dépression se propagent : “Dans le cas de l'anxiété, c'est la peur qui domine, l'impression que l'on ne va pas faire face : nous sommes submergés par des événements, nous imaginons le pire et les craintes sont quasiment permanentes. Pour les troubles dépressifs, une émotion de tristesse domine, l'impression de ne pas être capable d'affronter le monde.“

De son côté, Olivier Abel, professeur de philosophie éthique, observe que le confinement “a dévoilé (…) une société où l’émancipation s’est retournée en solitudes.“ Pour le paléanthropologue Pascal Picq, “le confinement peut s’imposer comme une leçon capable de nous faire réfléchir sur ce qui se délitait ; une leçon apte а nous obliger а repenser la qualité de nos relations sociales, affectives, amoureuses.“ 

Blancheur sociale

 
Affronter le monde, telle est la condition de l’être humain. Dans un petit livre, Disparaître de soi, une tentation contemporaine, David Le Breton, anthropologue et sociologue, décrit la blancheur. Ce phénomène se matérialise par le fait “que l’on ne souhaite plus communiquer, ni se projeter dans le temps, ni même participer au présent ; que l’on soit sans projet, sans désir, et que l’on préfère voir le monde d’une autre rive (…) La

blancheur touche hommes ou femmes ordinaires arrivant au bout de leurs ressources pour continuer à assumer leur personnage. C’est cet état particulier hors des mouvements du lien social où l’on disparaît un temps et dont, paradoxalement, on a besoin pour continuer à vivre.“ Pour Le Breton, “la neige est une instance royale de la disparition.“

Dans le premier chapitre “N’être plus personne“, il décrit cette blancheur comme “le détachement [qui] est parfois une forme délibérée d’indépendance, une attitude stoïcienne pour un individu lucide sur son impuissance à changer les choses ou qui ne le souhaite pas.“ L’auteur prend ainsi l’exemple des enfants délaissés ou maltraités. “(…) avec des adultes peu présents affectivement même s’ils satisfont leurs besoins physiologiques, [ces enfants] glissent dans une indifférence qui les protège, ils désertent leur existence pour ne plus être à la merci d’une demande d’amour jamais satisfaite et dont le manque ne cesse de les tarauder. En n’étant plus là, ils relâchent cette tension qui les a longtemps mis en porte-à-faux.“

Contre-monde

Pour affronter le monde tel qu’il est, l’être humain a de nombreux subterfuges à sa disposition. Ainsi, David Le Breton a analysé en profondeur les “formes de disparitions à l’adolescence“. De tout temps, les paradis artificiels ont participé de la disparition de soi. Ce que l’auteur nomme“le contre-monde des produits psycho-actifs“ joue un rôle : “À l’incertitude des relations, il offre le rapport régulier à une substance qui commande son existence en déterminant les états de son corps. Il est dépendant de cette expérience bien davantage qu’une substance chimique. Le sujet fait sa drogue et non l’inverse.“ Ainsi, “au moment où l’individu est sous l’emprise du produit, il glisse dans un contre-monde. Il n’est plus personne, mais un champ de sensations.“

David Le Breton a ainsi compilé les formes de disparition de soi. De la maladie d’Alzheimer qui est une disparition de son existence où “l’absence est un prélude à la mort“, jusqu’au “soi comme fictions“ où, citant Proust, “notre personnalité sociale est une création de la pensée des autres.“ Puis, citant en conclusion Claude Lévi-Strauss : “l’identité est une sorte de foyer virtuel auquel il nous est indispensable de nous référer […] mais sans qu’il y ait jamais d’existence réelle.“À méditer.

Bibliographie

LE BRETON, David. Disparaître de soi. Une tentation contemporaine. Éditions Métailié, 2015. 208 pages. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart