Pour dénoncer le massacre des Palestiniens à Gaza, où sont les artistes et intellectuels français ?

Hors l’appel d’Eric Cantona, Anouck Grunberg, Rachida Brakni et Michel Broué au Président de la République pour qu’il lise la lettre d’Edwy Plenel ici même sur Mediapart, où sont les artistes et intellectuels français dans la dénonciation des exactions d’Israël à Gaza et, au-delà, dans celle de son occupation illégale des territoires palestiniens ?

Ailleurs, en Europe, aux Etats-Unis, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, en Inde, en Palestine et aussi en Israël, les gens se mobilisent. Le 28 juillet, en Espagne, il y eut l’appel exigeant de Pedro Almodóvar, Javier Bardem, Penélope Cruz et plusieurs dizaines d’autres signataires appartenant au monde de la culture « contre le génocide palestinien » :

http://www.tercerainformacion.es/spip.php?article71748

https://www.facebook.com/comunicadodelaculturaporPalestina?fref=ts

(J’en donne plus bas la traduction)

En Angleterre, le Guardian publia dès le 18 juillet une tribune dénonçant le commerce des armes et les relations militaires avec Israël de la part des gouvernements occidentaux comme « un encouragement à Israël à commettre en toute impunité de graves violations du droit international, en confortant son système d’occupation, de colonisation et son déni systématique des droits des Palestiniens » ; cette tribune appelant à un embargo mondial sur les armes destinées à Israël, « à l’image de celui qui fut imposé à l’Afrique du Sud au temps de l’apartheid », est signé par des intellectuels et des artistes du monde entier, notamment les cinéastes Aki Kaurismäki, Ken Loach, Mike Leigh, mais aussi Noam Chomsky ou Desmond Tutu… Sur 65 signatures publiées, on retient tout de même celle d’un unique Français, le philosophe Etienne Balibar :

http://www.theguardian.com/world/2014/jul/18/arms-trade-israel-attack-gaza

Adolfo Peres Esquivel Nobel Peace Laureate, Argentina, Ahdaf Soueif author, Egypt/UK, Aki Olavi Kaurismäki film director, Finland, Alice Walker writer, US, Archbishop Desmond Tutu Nobel Peace Laureate, South Africa, Betty Williams Nobel Peace Laureate, Ireland, Boots Riley rapper, poet, arts producer, US, Brian Eno musician, UK, Caryl Churchill playwright, UK, Chris Hedges journalist, Pullitzer Prize 2002, US, Cynthia McKinney politician, activist, US, David Palumbo-Liu academic, US, Etienne Balibar philosopher, France, Federico Mayor Zaragoza former Unesco  director general, Spain, Felim Egan painter, Ireland, Frei Betto liberation theologian, Brazil, Gillian Slovo writer, UK/South Africa, Githa Hariharan writer, India, Giulio Marcon MP (SEL), Italy, Hilary Rose academic, UK, Ilan Pappe historian, Israel, Ismail Coovadia former South African ambassador to Israel, James Kelman writer, Scotland, Janne Teller writer, Denmark, Jeremy Corbyn MP (Labour), UK, Joanna Rajkowska artist, Poland, Jody Williams Nobel Peace Laureate, US, John Berger artist, UK, John Dugard former ICJ judge, South Africa, John McDonnell MP (Labour), UK, John Pilger journalist and filmmaker, Australia, Judith Butler philosopher, US, Juliane House academic, Germany, Karma Nabulsi Oxford University, UK/Palestine, Ken Loach filmmaker, UK, Kool AD (Victor Vazquez) musician, US, Liz Lochhead national poet for Scotland, UK, Luisa Morgantini former vice president of the European Parliament, Italy, Mairead Maguire Nobel Peace Laureate, Ireland, Michael Mansfield barrister, UK, Michael Ondaatje author, Canada/Sri Lanka, Mike Leigh writer and director, UK, Naomi Wallace playwright, screenwriter, poet, US, Noam Chomsky academic, author, US, Nurit Peled academic, Israel, Prabhat Patnaik economist, India, Przemyslaw Wielgosz chief editor of Le Monde Diplomatique, Polish edition, Poland, Raja Shehadeh author and Lawyer, Palestine, Rashid Khalidi academic, author, Palestine/US, Richard Falk former UN special rapporteur on Occupied Palestinian Territories, US, Rigoberta Menchú Nobel Peace Laureate, Guatemala, Roger Waters musician, UK, Ronnie Kasrils former government minister, South Africa, Rose Fenton director, Free Word Centre, UK, Sabrina Mahfouz author, UK, Saleh Bakri actor, Palestine, Sir Geoffrey Bindman lawyer, UK, Slavoj Zizek author, Slovenia, Steven Rose academic, UK, Tom Leonard writer, Scotland, Tunde Adebimpe musician, US, Victoria Brittain journalist, UK, Willie van Peer academic, Germany, Zwelinzima Vavi secretary general of Cosatu, South Africa

 Traduction (Niko) du « communiqué de la culture espagnole » :

LA CULTURE CONTRE LE GÉNOCIDE PALESTINIEN

Les signataires de ce communiqué, qui appartiennent au monde de la culture, expriment leur indignation face au génocide perpétré par l'armée d'occupation israélienne sur les civils palestiniens dans la bande de Gaza.

Les images des enfants palestiniens tués, mutilés, brûlés, gravement blessés, devenus orphelins, et celles des destructions de maisons, d’hôpitaux, d’ambulances, de lieux de culte, d’écoles – l'une d'elles, dirigée par l'UNRWA, a été bombardée, provoquant la mort de 16 personnes et en blessant 200 autres parmi les enfants et les femmes qui s'y étaient réfugiés pour se protéger des bombardements – projettent un résultat terrifiant : au soir (21 heures) du dimanche 27 juillet 2014, il y avait eu plus de 1 040 morts et 6 000 blessés depuis le début de l'attaque israélienne sur Gaza.

L'élément déclencheur de la violence est l'occupation israélienne.
Israël continue de s’étendre et d’occuper les territoires palestiniens au lieu de se replier sur les frontières de 1967. Il humilie, il entrave et piétine quotidiennement les droits de la population palestinienne dans toute la Cisjordanie, provoquant là aussi de nombreuses morts. Il fait le blocus de villes comme Naplouse et Hébron depuis de nombreuses années, y envoyant fréquemment son armée faire des incursions pendant la nuit. Aujourd’hui, c’est la bande de Gaza qui vit l'horreur, assiégée et attaquée par terre, air et mer.
On détruit les maisons des Palestiniens, on leur coupe l'eau, l’électricité, le passage vers les hôpitaux, les écoles, les vergers... alors que la Communauté internationale laisse faire.
Israël est le pays au monde qui respecte le moins les résolutions de l'ONU et qui s’affranchit de toute obligation concernant les droits de l'homme. C’est une puissance d’occupation qui pratique le terrorisme d'État.

– Nous demandons instamment au gouvernement espagnol et à l'Union européenne qu’ils condamnent le bombardement par terre, mer et air des civils palestiniens dans la bande de Gaza.
– Nous exigeons un CESSEZ-LE-FEU immédiat.
– Nous demandons la levée du blocus exercé sur la bande de Gaza depuis plus de dix ans.
– Que soient ouverts des passages frontaliers pour faciliter la mobilité de la population, l'entrée des équipes médicales, des médicaments, de la nourriture...
– Nous demandons la réparation des dommages causés par les attaques israéliennes sur la population civile de Gaza, en particulier sur les enfants, dommages physiques, moraux et psychologiques.
– Que soit ouverte la voie du dialogue entre Palestiniens et Israéliens pour parvenir à une PAIX juste, seule solution durable au conflit.

Nous, signataires de ce texte, sommes contre l’usage de la violence de quelle que partie qu’elle vienne, et nous demandons à notre gouvernement de rappeler son ambassadeur en Israël jusqu'à ce que cesse l’offensive criminelle en Palestine, pour montrer fortement notre rejet des actions inqualifiables de l'armée israélienne, et pour que soit facilité le travail des informateurs internationaux envoyés ces jours-ci dans la région.

Madrid, le 28 juillet 2014

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.