Enlèvement d’une citoyenne française au Sahara Occidental

Pendant que nous sommes suspendus au sort de Gaza martyrisée, les « autorités » marocaines n’hésitent pas à faire enlever, avec brutalité et sans complexe, une citoyenne française venue rendre visite à des amis à El Aïoun (Laayoune pour les Marocains), la capitale du Sahara Occidental.

Qui est cette dangereuse personne ? Michèle DECASTER, secrétaire générale de l’Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique (AFASPA), bien connue pour ses actions honteusement amicales et solidaires avec les peuples africains opprimés, dont le peuple sahraoui. Celui dont le territoire est justement occupé par la force, depuis plus de 38 ans, par le régime marocain…

Ci-dessous, je poste le message qu’elle a envoyé ce matin à ses amis. Nous qui espérons fermement que notre gouvernement ne restera pas sans exiger des explications et des excuses officielles sur cet enlèvement d’une ressortissante française. A moins que l’impunité du Maroc ne soit à préserver plus que tout ?

« Bonjour à toutes et à tous,

J’ai été enlevée contre ma volonté hier soir à 21h30 de l’aéroport de Laayoune et séquestrée dans un véhicule présenté comme étant un taxi. Je n'ai pas été expulsée, ayant fait valoir que cette expulsion aurait été illégale car sans décision judiciaire alors que j’étais entrée en toute légalité à Casablanca.

Je n'ai pas pu vous prévenir de la suite car ces policiers fourbes et menteurs ont déclaré qu'ils allaient me présenter à une autorité judiciaire comme je le réclamais depuis 2 heures. Mais voyant la vingtaine qu'ils étaient pour me conduire, tous en civil, je me suis dit que ma sécurité pour être assurée nécessitait que je prévienne le Consulat et les défenseurs des droits de l'homme. Ils m'ont interdit de téléphoner, ce que j'ai voulu faire mais l'un d'eux plus vindicatif que les autres m'a saisi la main pour me prendre mon mobile. Dans la bousculade qui eut lieu, il a fait valser la batterie que je n'ai pu rattraper. Donc mon téléphone qui n'a plus de cache ni de batterie est hors d'usage. Ils m'ont ensuite conduit à ce qu'ils ont déclaré être un taxi où je ne voulais pas monter sans ma batterie. Ils se sont alors mis à trois pour me pousser dans le véhicule, un autre passant par l'autre porte pour me tirer... Je précise que je n'ai pas été tabassée, seulement rudoyée à deux reprises : dans l'aéroport et devant le taxi. Deux hommes en civils sont montés à bord en sus du chauffeur. 3 fourgons des GUS (Groupes Urbains de Sécurité) nous ont "escortés" jusqu'à la sortie de Laayoune ainsi qu'un véhicule banalisé qui fut seul à nous suivre jusqu'à la sortie du territoire non autonome du Sahara occidental. Direction Agadir m’a-t-on annoncé alors. Pour quoi y faire ???

Durant le voyage j’ai craint plusieurs fois que nous ayons un accident : le chauffeur roulait « à tombeau ouvert », téléphonant sans cesse ou répondant à des appels alors qu’une circulation importante de gros camions venant en face éblouissait souvent. Je ne pouvais m’attacher, les ceintures à l’arrière ne pouvant être accrochées. D’ailleurs personne n’était attaché. Les deux portières arrière étant bloquées, si nous avions eu un accident nous n’aurions pu sortir. On ne m’a permis qu’une seule fois d’aller aux « toilettes » plus d’une heure après que j’en ais eu fait demande. Il fallait que mes « accompagnateur » téléphonent à droite et à gauche pour y accéder, de même pour que je puisse avoir accès à mon bagage à main enfermé dans le coffre. Le taxi ne s’est pas arrêté dans l’un des restaurants devant lesquels nous sommes passés, mais à la dernière pompe à carburant où les WC femmes étaient d’une puanteur écœurante, sans chasse d’eau ni porte, dans un couloir dont la porte n’avait pas de serrure.

Ma deuxième demande n’a pas été exhaussée car nous approchions d’Agadir. Pourtant c’est à Inzegan qu’on a prétendu me débarquer vers 4h30 devant un hôtel (moins 1 *) où d’ailleurs personne n’avait réservé de chambre. J’ai refusé de quitter la voiture un policier est intervenu à la demande du chauffeur, mais il a fait droit à mon exigence d’être conduite dans un hôtel correct à Agadir comme prévu. Ce qui est fait maintenant.

Je vous quitte car je n’ai pas dormi avec tout ce chambard. Je mets le message en copie à ma famille car je ne sais pas si vous avez pu avertir mes filles et petite fille. Je tiens à les rassurer. Dès que j’ai acheté un téléphone, j’appelle tout le monde. MERCI POUR VOTRE SOUTIEN. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.