Enlèvement d'une citoyenne française au Sahara Occidental (2)

La télévision marocaine 2M a consacré vendredi 8 août plus de 5 minutes à l'expulsion de Michèle Decaster du Sahara Occidental, en l'accusant d'"avoir agressé un pauvre policier à l'aéroport de Laayoune"....

Or Michèle Decaster n'est pas seule à subir ce type de "reconduite", plus ou moins brutale selon qu'on y oppose ou non de la résistance, vers le Maroc internationalement reconnu ou plus généralement au-delà. Le mercredi 6 août, il y eut aussi 3 journalistes basques venant de Smara qu'on a empêchés de rejoindre El Aïoun et qu'on a réexpédiés vers l'aéroport d'Agadir et mis dans un avion direct pour l'Espagne. Dans la soirée du 7 encore, Sarah Gale, une Canadienne travaillant pour l'UNICEF, a également été interdite de sortir de l'aéroport et remise dans un avion pour Casablanca. Voilà: les humanitaires, les journalistes, les observateurs des droits de l'homme sont personae non gratae au Sahara Occidental. Cherchez l'erreur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.