Les suites du procès de Gdeim Izik.

Voici un extrait de ce qu'écrit Amnesty International à ce propos, le 18 février:

« Les autorités marocaines ont fait la sourde oreille face aux appels réclamant que les accusés soient jugés par un tribunal indépendant et impartial. Elles ont préféré opter pour un tribunal militaire, qui n’offrira jamais à des civils un procès équitable », a indiqué Ann Harrison, directrice adjointe du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.
  « Il est préoccupant qu’elles ignorent également les allégations des accusés sahraouis, qui affirment avoir été torturés en vue de leur extorquer des " aveux ".
  « Le recours aux tribunaux militaires et l’absence d’enquête sur ces allégations de torture jettent de sérieux doutes sur les intentions des autorités marocaines et amènent à s’interroger sur leur volonté de garantir un jugement de culpabilité, plutôt que de rendre justice. » Amnesty appelle les autorités marocaines à rejuger les 25 Sahraouis dans le cadre de procès équitables devant des tribunaux civils.

La FIDH s'est exprimée dans le même sens : "la FIDH estime que le procès n’a pas respecté les normes internationales du droit à un procès équitable, et entre autres, le droit d’être jugé par un tribunal compétent, indépendant et impartial et le droit au double degré de juridiction. Au regard de ces manquements, la FIDH appelle à l’ouverture d’une nouvelle procédure qui garantirait tous les droits des accusés en conformité avec les normes internationales. "

En Espagne, les Associations de soutien au pleuple Saharaoui organisent un grand rassemblement à Madrid, jeudi 21 à 18 h, pour protester contre ce jugement. Lundi soir, lors de la remise des Goyas (équivalent de la cérémonie des Césars), l'acteur Javier Bardem, producteur de Hijos de las Nubes ("Fils des Nuages", sur les Sahraouis), qui a reçu le Goya du meilleur documentaire, s'est exprimé avec force contre ce procès de Gdeim Izik : http://www.rtve.es/m/alacarta/videos/goya-2013/hijos-nubes-mejor-documental-goya-2013/1692898/?media=

Il n'est pas jusqu'à l'ambassade des Etats-Unis à Rabat qui fait savoir qu'elle envoie en ce début de semaine une délégation à El Aïoun pour y recueillir plus d'informations sur les 25 condamnations, et qui, en particulier, y rencontrera les associations sahraouies de défense des droits de l'homme.      

Qu'est-ce qui retient l'ambassade de France de faire de même ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.