Sahara Occidental : des milliers de tentes de protestation

Les Sahraouis de la partie occupée du Sahara occidental, qui vivent depuis 35 ans sous colonisation marocaine, et dont on dit qu'ils ont bien de la chance d'avoir des routes et des immeubles tout neufs, en ont ras-le-bol de survivre dans les villes occupées d'El Aïoun, de Smara, de Dakhla, où on les tabasse régulièrement dès qu'ils lèvent le petit doigt pour dire qu'ils voudraient s'autodéterminer : depuis une quinzaine de jours, ils ont décidé de retourner au désert, d'y planter leur tente, d'être des réfugiés sur leur propre terre...

Les Sahraouis de la partie occupée du Sahara occidental, qui vivent depuis 35 ans sous colonisation marocaine, et dont on dit qu'ils ont bien de la chance d'avoir des routes et des immeubles tout neufs, en ont ras-le-bol de survivre dans les villes occupées d'El Aïoun, de Smara, de Dakhla, où on les tabasse régulièrement dès qu'ils lèvent le petit doigt pour dire qu'ils voudraient s'autodéterminer : depuis une quinzaine de jours, ils ont décidé de retourner au désert, d'y planter leur tente, d'être des réfugiés sur leur propre terre...

Les chiffres sont bien évidemment difficiles à contrôler, il y aurait entre 4000 et 8000 tentes dans le camp d'Agdayam Izik, à une douzaine de km à l'est d'El Aïoun, abritant entre 15000 et 20000 personnes. Le problème, c'est que ça rend fous les Marocains, qui les encerclent avec gendarmerie, armée, et unités spéciales, qui creusent des tranchées pour limiter les accès, pour affamer ces réfugiés d'un genre nouveau, et qui n'hésitent pas à tirer dans le tas comme cela a eu lieu ce dimanche 24 octobre, tuant un jeune garçon de 14 ans, en blessant 5 autres dont l'un d'entre eux serait peut-être mort depuis à l'hôpital...Cela a un côté désespéré de la part des Sahraouis, dont on parle si peu, c'est évidemment un appel au secours.

Ci-joint vidéo montée lundi 25: http://www.youtube.com/watch?v=rc4DG39dv8w

Les officiels marocains disent que les gendarmes ont tiré « en légitime défense » sur la voiture où se trouvait le jeune Najem El Gareh, qu'elle contenait un repris de justice et qu'ils ont trouvé un véritable arsenal à l'intérieur. C'est toujours ce qu'ils avancent face aux manifestations pacifiques, quand ils arrêtent et malmènent les participants : délits voire crimes de droit commun, repris de justice, etc.Hier 26 octobre, 7 journalistes espagnols (chaines de télévision et quotidiens) qui cherchaient à se rendre en avion de Casablanca à El Aïoun pour couvrir la mort du jeune de 14 ans n'ont pu le faire, soit que leur réservation ait mystérieusement été annulée, soit qu'on leur ait confisqué la carte d'embarquement au moment du départ. Un journaliste d'Al Jazeera a connu le même sort.

Quand les médias français vont-ils essayer de faire leur boulot sur ce sujet ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.