Atteints du variant Gamma, les sénateurs préparent une guerre civile

Une mutation particulièrement dangereuse du Virus se propage au sein des tenants du pouvoir politique, le variant Gamma – pour Guerre. Détecté dès le 16 mars 2020, mais encore trop peu étudié, ses effets rendront invivable notre « Monde d’après ». On commente ici le rapport d'information n° 673 (2020-2021) du Sénat « Crises sanitaires et outils numériques » (1).

De quoi cette « Guerre » est elle le nom?

Dans son allocution télévisée du 16 mars 2020, Emmanuel Macron assimilait à six reprises la crise sanitaire à une « guerre ». Le 3 mai, son conseiller pour le numérique Cédric O abondait en commentant sur la plateforme Medium (2) son application de traçage social StopCovid : « StopCovid n'est pas une application de temps de "paix" ». Le 3 juin 2021, le sénat à sont tour apparaît gravement contaminé, qui réclame sans plus de retenue la mise en place d’une formidable armée de bots (3) et de robots, les seuls à même de gagner cette guerre nous assurent-ils. Mais quelle est cette guerre et qui sont les ennemis ?

Cette guerre à les en croire est une guerre civile, car l’ennemi est intérieur : nous, nous tous, tous suspects d’être complices… du virus… pour l’instant.

Persuadés que seule une « infime fraction » des contraventions au premier confinement a été verbalisée, les sénateurs soucieux de garantir à 100 % le respect des directives gouvernementales posent les bases d’un Contrôle Digital Total et proposant tout simplement de robotiser notre surveillance,. Animés par la foi épaisse des nouveaux convertis, ils sont convaincus qu’avec « le numérique [..] il serait théoriquement possible d'atteindre un taux de contrôle de 100 % ». L’objectif est affirmé et assumé : surveiller et contrôler au plus près chaque dimension observable de l’existence de 100 % de la population. La méthode est clairement décrite : une infrastructure logicielle, matérielle et juridique permettant « en appuyant sur un bouton » d’activer et coordonner les bataillons de dizaines de milliers de bots et robots formés à la surveillance et à la répression. Un dispositif total, conjoignant les mondes physiques et numériques ; nouvelle déclinaison d’un « en même temps » en marche forcée vers un État Total – d’aucuns diraient « totalitaire ». Nos élus ne s’opposent pas toutefois aux élections qui pourront être maintenues ; la façade et leurs confortables mandats seront préservés.

Imposer l’Identité Numérique

Le rapport invoque en premier lieu la nécessité d’imposer la création accélérée d’une Identité Numérique régalienne qui complétera dans l’espace Cyber la Carte d’Identité Nationale. Un document rendu obligatoire, il est utile de s’en souvenir, sous le gouvernement de Vichy par la loi du 27 octobre 1940, afin de capturer les immigrés et les « mauvais français ». La filiation n’étonnera pas car nos élus savent qu’en temps de guerre il y a toujours des résistants, des irréductibles, des « réfractaires », qu’ils soient certifiés gaulois ou soupçonnés de n’être pas-vraiment-français. L’Identité Numérique couplera les robots-caméras qui nous identifient déjà dans les espaces publics aux bots de l’espace numérique chargés de collecter, regrouper et fusionner l’ensemble de nos traces, légalement et sans effort. Un projet qui séduira sans doute Emmanuel Macron qui avait crânement assumé le 7 février 2019 dans le cadre du « grand débat » destiné à enterrer le mouvement des Gilets Jaunes : « Moi je ne veux plus de l'anonymat sur les plateformes internet ».

Mais pour nous l’imposer, la CNIL est dans leur ligne de tir... à l’arme lourde, car on peut lire (en gras dans le texte…) que sa « sensibilité apparaît en réalité infondée, ou plus exactement décalée ou mal placée ». La CNIL en effet leur pose problème car elle reste ici vaillamment fidèle à sa mission de dernier rempart contre les dystopies digitales, et ce pour une raison très simple : on s’y souvient encore du « Fichier juif » assemblé par l’État pendant l’occupation allemande. Un fichier qui fut l’indispensable instrument de l’efficacité des rafles et des déportations ; de la contribution de l’État à la Shoah. Le souvenir de ce fichier si efficace fut un des motifs qui présida à la création de la CNIL (4), une spécificité bien française qui honore notre pays.

Poursuivons… « Une enquête menée par plusieurs grands médias européens portant sur 23 applications de contact tracing, est récemment venue confirmer l'efficacité plus que douteuse de ces solutions, dès lors que leur utilisation reste facultative et que leurs données ne sont pas croisées avec d'autres, au nom de la préservation de l'anonymat ». Le « devoir de mémoire » des sénateurs préfère ainsi s’exercer dans les commémorations plutôt que dans la prévention d’une nouvelle dystopie dont, bien au contraire, leur recommandation crée les conditions de possibilité. Une dystopie « théoriquement » 100 % efficace !

Cas contacts du patient zéro du variant Gamma – le chef de guerre de la « Startup Nation » – les sénateurs contaminés manifestent déjà les symptômes les plus aigus : un solutionnisme au front bas, augmenté d’une addiction sévère aux lois liberticides, et aggravé par le culte primaire d’une Efficacité aveugle à ses effets secondaires ; ici notre totale – fatale ? – transparence à l’armée de robots d’un État qu’ils voudraient omniscient.

Puis collecter tout ce qui peut l’être

Il semblerait que contrairement aux « premières lignes » trop occupés à nous nourrir et nous soigner, nos sénateurs aient profité du Grand Confinement pour parcourir quelques uns des 450 000 livres de leur somptueuse bibliothèque. Tout d’abord, c’est Churchill « Il ne faut jamais gaspiller un bonne crise » actualisé sans tabou par la Stratégie du Choc de la très gauchiste Naomi Klein qui les propulse dans l’action : « Profitons plutôt des circonstances favorables de la sortie de crise pour nous préparer sereinement à l'avenir. » Puis c’est Ulysse « le Rusé », le chouchou du grand Homère (et le nôtre), qui les invite à transformer l’application StopCovid en un Cheval de Troie Digital, gros d’une armée de robots, de Pegasus-pour-tous , qu’il leur faut dès maintenant libérer : « Le présent rapport propose donc de recourir bien plus fortement aux outils numériques dans le cadre de la gestion des crises sanitaires ou des crises comparables (catastrophe naturelle, industrielle, etc.), notamment en vue de contrôler au niveau individuel le respect des mesures imposées par la situation, et y compris si cela implique d'exploiter des données de manière intrusive et dérogatoire. » On remarque le très inquiétant « etc. » qui ouvre grand la porte à toutes sortes de crises, et l’on aura noté que ce début de millénaire n’en manque pas.

On s’aperçoit également que le Pass Sanitaire et son code QR – la lingua franca des robots – géré par des applications informatiques inaugure une forme de contrôle inédite fusionnant biosphère et infosphère. L’informatisation de ce Pass dans l’application TousAntiCovid est le test grandeur nature de notre consentement à la robotisation de la gestion des espaces publics. C’est le moment inaugural de ce que l’on peut nommer : Robocratie.

On hésite enfin entre le cynisme et l'incompétence au vu de la faiblesse d’un raisonnement sénatorial assimilant des partis-pris à des évidences, afin de promouvoir une proposition littéralement aussi catastrophique :

1) Il n’y a pas d’alternative (le « TINA » de Margaret Thatcher) : « à chaque nouvelle crise, il faudra inévitablement s'appuyer [..] sur des croisements de données massifs et dérogatoires. »

2) Prévoir est impossible : « il est impossible de savoir a priori quelles données pourraient être utiles face à une nouvelle crise »

3) Donc, il faudra tout collecter, sans limite aucune : « données médicales [..] ou produites par des entreprises privées tels les opérateurs télécoms, entreprises technologiques, établissements financiers, laboratoires pharmaceutiques, transports publics, employeurs, etc. » (nous soulignons ce nouveau « etc. »)

Une définition plus systématique vient compléter cette liste de sources de données d’un Prévert devenu fou par celle des Opérateurs d'Importance Vitale (OIV) : « environ 250 OIV, répartis en 13 secteurs d'activité : santé, transport, gestion de l'eau, industrie, énergie, finances, communications, activité militaire, activité civile de l'État, activité judiciaire, alimentation, espace et recherche. Pour des raisons de sécurité nationale, cette liste n'est pas publique. » Alors que la première liste de sources se conclue par un « etc. » qui dissout par avance toute limite, on nous explique sans fard que nous n’avons pas à connaître les membres de la seconde, les OIV ! À étudier ce variant ‘Gamma’ si mal documenté, il semble bien qu’il porte le germe pour ses survivants mêmes, d’un monde d’après invivable.

Le Monde d’après? un contrôle total roboti

Les sénateurs ne craignent pas les contradictions, leur urgence est permanente ; il est urgent de mettre en place leur Monde d’Après. À cet effet « le présent rapport propose donc non pas de collecter une multitude de données sensibles à l'utilité hypothétique, mais tout simplement de nous mettre en capacité de le faire, pour ainsi dire en appuyant sur un bouton .. ». Composée de dizaines milliers de bots et de robots – certains très visibles mais pour l’immense majorité invisibles – l’armée robotisée devra être opérationnelle à tout instant et instantanément mobilisable. C’est donc dès maintenant qu’elle doit être imaginée, développée, assemblée, entraînée, puis testée ; rodée. Le projet est ainsi résumé en quelques mots : « une plateforme sécurisée spécifique, qui ne serait activée qu'en temps de crise. ». Uniquement en temps de crise ! Nous voudrions bien y croire, mais hélas, l’histoire, tout simplement la mémoire, à nouveau, nous enseigne que certains motifs – l’urgence, la crise, l’ennemi, la guerre – sont propices aux pires catastrophes autoritaires. Et nos sénateurs le savent également car c’est à peine quelques pages plus loin qu’il apparaît que le « dispositif » sera déclenchable « soit dans le cadre du droit commun de la réquisition administrative, soit en application d'un article spécifique de la loi relative à l'État d'urgence sanitaire ». Autrement dit, selon le bon vouloir de l’exécutif.

Pour parfaire enfin l’opérationnalité du dispositif, en complément des informaticiens et des roboticiens, des juristes seront gamma-inoculés afin qu’ils contaminent à leur tour Loi, introduisant « une obligation légale, pour certaines entreprises et organisations, de maintenir des bases de données dont le contenu et le format seraient fixés à l'avance, et de se tenir prêtes à les connecter à la plateforme, via l'API, en cas de nécessité. ».

Mais on nous rassure, au Sénat on est latiniste, on y connaît la fameuse interrogation du poète Juvénal (nous traduisons) : « Qui surveillera les surveillants ? ». On nous assure que nos amis informaticiens – ceux par exemple de La Quadrature du Net ? – auront accès aux codes sources des algorithmes animant ces robots-guerriers, car « dernier grand avantage du Crisis Data Hub : celui-ci peut être développé en open source ». Mais, malgré toute notre bonne volonté, nous ne pouvons que nous interroger, car pour prendre un exemple très récent, la promesse gouvernementale de fournir en open source l’ensemble du code de l’application StopCovid n’a engagée que ceux qui l’on crue. Comme l’indique une phrase sibylline trouvée sur son site de développement (5) « Une partie (restreinte) qui n’est pas publiée car correspondant à des tests ou à des parties critiques pour la sécurité de l’infrastructure [..] ». Les informaticiens savent pourtant que le motif de sécurité ne tient pas, à tel point qu’Unix, ou encore les serveurs web qui gèrent les cryptomonnaies, sont en open source total, et en particulier pour des raison... de sécurité !

Et nos sénateurs d’ouvrir grand le parapluie sanitaire ; les plus cyniques pour nous anesthésier, les plus couards peut-être pour se rassurer : « Se préparer en amont à collecter des données ne veut pas dire qu'on va forcément le faire, ni, le cas échéant, que toutes les possibilités seront utilisées. Nous proposons bien un dispositif de riposte graduée ». « Riposte »... il s’agit bien d’une guerre. Une guerre dont l’ennemi ici est bien identifié : la population, nous.

Dans le Monde d’Après des sénateurs, il faudra que l’État puisse à son gré, « en appuyant sur un bouton », prendre connaissance de ce que fait et où se trouve chacune et chacun d’entre nous : une surveillance totale, digitale, biologique et physique. Et plus encore, grâce à l’application de l’intelligence artificielle à ces phénoménales masses de données, la surveillance se voudra inévitablement prédictive, décidant ainsi de nos intentions… les fichant, éventuellement les condamnant. On assiste, médusé à l’émergence au Sénat d’une forme radicale de contrôle robotisé des populations, de robocratie.

Le variant Gamma on le voit inocule la tentation totalitaire, mais ne l’oublions pas, nous sommes le vaccin !

Hépha Istos, 08 août 2021.

1) Consultable en ligne : www.senat.fr/rap/r20-673/r20-673.html

2) Consultable sur la plateforme Medium : cedric-o.medium.com/stopcovid-ou-encore-b5794d99bb12

3) Les bots sont les robots invisibles car purement logiciels qui peuplent l’Internet et les dispositifs qui lui sont connectés dont les smartphones. Ces milliards de de robots de l’espace Cyber sont hyperactifs, ils génèrent plus de la moitié du trafic de l’Internet.

4) En 1974 le projet « SAFARI » – Système Automatisé pour les Fichiers Administratifs et le Répertoire des Individus – veut créer une base de données de la population et utiliser le numéro de sécurité sociale pour identifier chaque citoyen et interconnecter les fichiers de l’administration. Devant le tollé, le projet sera retiré, puis la CNIL créée, en janvier 1978.

6) Consultable sur le site de gestion des codes de StopCovid : gitlab.inria.fr/stopcovid19/accueil

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.