noël casale
Abonné·e de Mediapart

280 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juin 2015

Ne pas jouer au football le 5 mai ?

noël casale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 On s’en souvient peut-être. Le 5 mai 1992, à quelques minutes du coup d’envoi de la demi-finale de Coupe de France de football Bastia-Marseille à Furiani, une tribune s’effondre. Dix-huit morts, deux-mille trois cent cinquante sept blessés. Un « collectif des victimes » de cette catastrophe, soutenu par des milliers de gens et par toute la classe politique corse, milite pour que le 5 mai soit une journée sans football. « Vingt ans après, droit de mémoire et recueillement sont plus que jamais nécessaires, à l’égard des victimes de la catastrophe et de leurs familles », peut-on souvent lire depuis trois ans. Toutes les décisions prises à la légère pour la construction de cette tribune avaient été mises rapidement à jour par l’enquête, les responsables clairement identifiés et mis en examen. Les deux procès - Première Instance (1994), puis Appel (1995) - ont conduit à la condamnation de huit personnes et à la relaxe de quatre autres. J’étais devant ma télé le 5 mai 1992 et j’ai passé une grande partie de cette soirée à téléphoner chez moi à Bastia pour savoir qui nous avions au stade. Je me souviens aussi de l’été 1992 - de tous les éclopés (béquilles, minerves, plâtres…), qu’on voyait en ville, dans les villages, d’une famille proche endeuillée par la perte d’un enfant et d’une autre, bouleversée par le retour à la maison d’une jeune fille paraplégique. Ne pas s’en souvenir est impossible. Mais – et c’est une question sans aucune ironie, évidemment – que veut-on commémorer au juste quand on parle d’instituer ce jour du 5 mai au point d’en faire une journée nationale sans football ? Ça ne peut tout de même pas être que « pour se souvenir des victimes ». Pour cela, nous n’avons pas besoin que des gamins du Havre, de Toulouse, de Brest ou de Grenoble s’abstiennent de jouer au foot un jour par an. Et si cela se faisait, tiens, par exemple, qu’est-ce qu’on pourrait leur en dire ?  Leur en raconter ? Car s’il y a « commémoration », « devoir de mémoire », il doit y avoir, certes « recueillement » mais aussi devoir de réfléchir, de transmettre. Que pouvons-nous donc faire d’autre que s’émouvoir ensemble ? Que pouvons-nous inventer pour que ceux qui sont morts, ceux qui ont souffert et ceux qui militent, transmettent aux vivants et à ceux qui viendront, non des histoires de Deuil, de Fatalité, de Malheur et de Mort mais des possibilités de réfléchir à partir et avec ce qu’il s’est passé – non pas des larmes, mais des outils ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel