Haines d'Italie ?

À l’heure où Alain Finkielkraut se demande (ce matin samedi sur France-Culture) – « Ne faut-il pas stopper l’immigration », en Italie vient d’être établie "la carte de la haine en 140 caractères ». Juifs, femmes, chômeurs, gays, immigrés, musulmans… toutes catégories qui regroupent de fait la majeure partie de l’humanité sont donc en permanence visées par des tweets - messages désincarnés de 140 caractères max. – envoyés par une autre partie de l’humanité, minoritaire certes mais probablement orgueilleuse, présomptueuse et réticente à ce point au réel qu’elle pourrait nous faire penser à ces fabricants d’objets pour magiciens qui s’efforcent de démentir la réalité en nous proposant des cartes qui s’envolent, des verres troués et des mouchoirs qu’on ne peut même pas agiter sur un quai de gare sous peine de brandir tout d’un coup un lapin ou un nœud coulant. Sur cette carte, l’Italie en bleu.  Et sur cette botte bleue, des taches de couleur. Vert, jaune, rouge. On pense à des métastases ou au capricieux voyage du nuage de Tchernobyl. Selon l’examen de deux millions de tweets de janvier à août 2014 (et de décembre 2014 à janvier 2015 pour la catégorie « antisémitisme »), il ressort que, au nord de la péninsule, on ne supporte pas grand-monde avec un pic (une grosse tache rouge vif) contre les femmes et les chômeurs mais qu’on doit y être relativement à l’aise (jaune vaguement orangé) avec les juifs qu’on a l’air de ne pas trop apprécier en Sicile et de détester dans le Latium. Étonnante petite goutte rouge en Calabre contre les terroni (les culs-terreux) puisque les Calabrais comme tous les Italiens du Sud sont encore désignés ainsi, les mangiabanane et les Zingari (Roms). Jamais de rouge en Emilia-Romagna, en Toscane, en Ombrie, dans les Marches et… en Sicile. Toutes régions où se font les meilleurs vins et la grande poésie. À côté des ces cartes de la haine(nous sommes dans le supplément hebdo de la Repubblica), un petit cercle graphique, nous indique que plus de la moitié de ces tweets (1.102.494) sont contre les femmes et que ça concerne de très nombreuses régions. Mais ça, c’est toujours la même histoire. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.