Noël Mamère
Abonné·e de Mediapart

84 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2017

Noël Mamère
Abonné·e de Mediapart

L'exigence de vérité

Au moment où la France s’apprête à rendre hommage à Simone Veil, l’une des figures les plus marquantes de ce court et tragique vingtième siècle, qui toute sa vie durant a œuvré sans relâche pour que les générations gardent la mémoire du génocide des Juifs d’Europe, nous ne pouvons rester taisant devant le silence accablant de la France quant à sa responsabilité dans le génocide des Tutsis au Rwanda.

Noël Mamère
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Près d’un million de personnes, hommes, femmes, enfants, exterminés en moins de cent jours pour le seul crime d’être nés Tutsis. Cinquante ans plus tôt, six millions d’hommes, de femmes et d’enfants, assassinés pour le seul crime d’être nés Juifs et Tsiganes. On nous avait répété « plus jamais ça », sur tous les tons, la main sur le cœur. De Primo Levi et Raul Hilberg à Simone Veil, des Klarsfeld à Benjamin Ferencz, de Robert Antelme à Sebastian Haffner, nous avons lu, entendu ces nombreux témoignages, glaçants, sur l’innommable ; nous avons compris comment un peuple a pu participer dans son immense majorité à une entreprise de destruction massive, méthodique, industrielle et de négation de l’humanité, qui définit pourtant notre condition…Et comment notre pays, la France, est devenue la complice de cette folie meurtrière. Mais combien de temps aura-t-il fallu pour le reconnaître, pour sortir de cette honte qui consistait à considérer le régime de Vichy comme une sorte de « parenthèse » dont la République ne pouvait se sentir responsable ? Cinquante trois ans ! Jusqu’à ce jour où Jacques Chirac, dans ce « geste de vérité » qui fait oublier tout ce qu’on peut lui reprocher par ailleurs, commémorant la rafle du Vel’d’Hiv, a déclaré : « la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’Etat français ». Ce qui fit dire à Simone Veil : « Notre pays peut désormais regarder sa propre histoire les yeux dans les yeux ». Nous étions en 1995, à peine un an après le génocide des Tutsis et rares étaient encore les voix, à part celles de journalistes témoins des massacres, qui mettaient en cause le rôle de la France. Cinquante ans après la Shoah, trente ans après la guerre d’Algérie, notre pays entrait une nouvelle fois dans le déni. Comme s’il n’avait rien appris de l’Histoire. Comme si son rôle consistait à protéger ses acteurs contre la vérité.

En 1997, en accord avec les associations de soutien aux victimes du génocide des Tutsis réclamant que toute la lumière soit faite sur cette tragédie, nous avons demandé, en vain, une commission d’enquête parlementaire, qui s’est limitée à une mission d’information sur ordre du pouvoir socialiste de l’époque. Et depuis, malgré le travail des journalistes, les témoignages des survivants et de certains militaires, l’obstination d’associations de lutte contre toutes les formes de négationnisme, malgré des procès intentés à des génocidaires, l’omerta et le mensonge servent d’instrument à la protection de l’impunité au plus haut sommet de l’Etat. Et la France ne peut pas regarder son histoire les yeux dans les yeux, parce que ses responsables, d’hier et d’aujourd’hui se soustraient à l’exigence de vérité. Cette blessure dans notre mémoire collective est d’autant plus profonde que les dernières révélations de Patrick de Saint-Exupéry, dont personne ne peut contester le sérieux et la connaissance du dossier Rwandais, montrent la duplicité de la France qui aurait contribué à réarmer les génocidaires en fuite. Révélation si grave que le président Hollande s’est empressé…de ne pas déclassifier les archives, comme il s’y était engagé en 2015. Si son successeur, qui tint des propos très forts sur la guerre d’Algérie et qui prétend incarner le « nouveau monde », maintient le silence, alors il pourra être considéré comme complice de cette infamie que l’on nomme secret d’Etat. Peut-être se trouvera-t-il dans cette nouvelle majorité pléthorique quelques voix pour rappeler le Gouvernement et le Président de la République à leur devoir de mémoire, à ce qu’ils doivent aux disparus, aux survivants, à tous les Français s’ils veulent que notre pays soit en règle avec lui-même et qu’il puisse « regarder son histoire les yeux dans les yeux ».

Ces paroles de madame Veil sonnent comme un avertissement. De la Shoah au génocide des Tutsis au Rwanda, nous devons regarder l’horreur en face. La seule façon de ne pas « banaliser » le mal, comme l’écrivait Annah Arendt.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan