Noël Mamère
Abonné·e de Mediapart

83 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mars 2017

Contre l'impunité

La chronique de la fracture entre les quartiers populaires et l’institution policière ne s’arrête jamais. L’impunité pour les violences policières est la règle et quand un policier est condamné à 5 ans avec sursis pour avoir tué dans le dos un Amine Bentounsi, on s’étonne devant cette exception.

Noël Mamère
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La chronique de la fracture entre les quartiers populaires et l’institution policière ne s’arrête jamais. L’impunité pour les violences policières  est la règle et quand un policier est condamné à 5 ans avec sursis pour avoir tué  dans le dos un Amine Bentounsi, on s’étonne devant cette exception. Rien n’a changé depuis les révoltes de 2005, la litanie des violences policières, pratiquées souvent par des jeunes recrues sans formation, envoyées dans les banlieues comme dans des territoires occupés et soutenues par leur hiérarchie et leurs syndicats, se répète sans fin…Et des représentants officiels de l’institution policière en sont à trouver « convenable » le terme de « Bamboula », aux relents coloniaux que l’on croyait d’un autre âge.

Ce que l’on appelle en arabe, « la hogra » l’humiliation, est un effet de l’apartheid dont la cause principale est l’abandon par l’Etat des quartiers populaires, depuis des décennies. Il est à l’origine de cette guerre civile de basse intensité qui s’installe dans les banlieues de notre pays et que l’on ne veut pas voir. Le délabrement des grands ensembles et le mal logement endémique, la relégation et l’assignation de fait à résidence, le chômage et l’absence d’avenir comme seul horizon, sont la toile de fond des premières révoltes dans les années 80, aux Minguettes, jusqu’à celles suscitées par le viol de Théo ces dernières semaines.

Les autorités publiques de ce pays ont tout oublié et n’ont rien appris. Elles n’ont pas compris qu’en renonçant au droit de vote pour les étrangers, aux récépissés contre les contrôles d’identités arbitraires, aux CV anonymes, à toute politique de discrimination positive, qu’en supprimant la police de proximité, les subventions aux associations, elles ont allumé le feu. En instituant les BAC et les BST, les «  Brigades de Sécurité du Territoire » , en autorisant l’armement des polices municipales, en permettant l’utilisation du Taser et du flash-ball, en pratiquant « le pliage » et les clefs d’étranglement comme techniques policières, elles ont « américanisé » la vie quotidienne des banlieues et nourri le ressentiment, la colère, les frustrations, qui sont aujourd’hui à la racine de l’affrontement permanent.

Les familles des victimes des violences policières sont souvent harcelées, parce qu’elles osent relever la tête. Comme celle d’Adama Traore, assassiné par la police, dont un des frères, Baguy, est en prison depuis novembre et les deux autres sont  gardés à vue depuis ce  lundi matin. Ces familles se sont mobilisées à travers des associations comme « Vies Volées » et ont pris la tête d’un rassemblement qui va compter dans les prochaines années. Avec elles, les victimes de tous les racismes, les migrants, les réfugiés et sans papiers relèvent ce défi : oser apparaître en pleine campagne présidentielle non plus comme les boucs émissaires du Front National et de la Droite, mais comme des acteurs à part entière de la société civile, qui refusent d’être traités comme des citoyens de seconde et utilisés comme chair à canon électoraliste. Le fait même que leur appel à la manifestation soit soutenu par la CGT, la FSU, la Ligue des Droits de l’homme, la plupart des partis de gauche, de EELV au PCF, à l’exception notable du Parti Socialiste, est le signe que quelque chose est en train de bouger au sein du camp dit progressiste.

Jusqu’ici, la lutte contre le racisme et les violences policières était le domaine réservé de la gauche radicale, désormais dans les quartiers populaires une nouvelle génération se lève en son nom propre, qui refuse la compassion et le paternalisme des partis politiques de gauche, champions du clientélisme à son égard. Elle trouve les chemins de l’empowerment, c’est-à- dire de sa propre capacité à prendre des responsabilités là où elle vit, dans sa ville, dans son quartier. Elle retourne l’accusation de communautarisme contre ces pouvoirs exclusivement « blancs », qui  la maintiennent en marge des lieux de décision politique et économique. Elle s’auto-organise avec ses propres références : de Black Live Matters, le mouvement des blancs et noirs américains contre l’impunité policière, au plus lointain Black Panthers Party ou au mouvement des Droits civiques de Luther King.

Elle dénonce non seulement le racisme diffus, mais surtout l’institutionnel, le racisme d’Etat, qui a organisé structurellement cette marginalisation des populations des quartiers populaires, en faisant voter des lois discriminatoires, en maintenant des  dispositifs issus de la colonisation, comme les centres de rétention, le contrôle au faciès ou l’Etat d’urgence, en laissant impunis des crimes, comme ceux perpétrés contre Ziyed et Bouna, Adama et Théo, dont on s’obstine à vouloir requalifier le viol.

Le  dimanche 19 mars donnera peut-être naissance à un nouveau Martin Luther King ou une Angela Davis parmi ces jeunes qui, avec des dizaines de milliers de nos concitoyens, vont participer à cette « Marche pour la Justice et la dignité », de la Place de la Nation à la République. J’y serai, car dans le marasme actuel de la politique, la fange dans laquelle se vautre la droite « républicaine », dont l’équipe de campagne ressort des caricatures antisémites des années trente ,  qui peut ouvrir la possibilité de l’élection d’une « post fasciste », il est plus que jamais nécessaire d’oser relever la tête.

J’y serai, parce que devant ce retour du pétainisme, sensible dans la littérature des Zemmour et des De Villiers, qui a contaminé aussi une partie de la police, il faut oser être au côté de ces nouveaux hussards de la République, attaqués pour ce qu’ils sont par les héritiers des milices des années trente, des Croix de Feu et du PPF. 

J’y serai, parce que je ne me résous pas à cette lepénisation des esprits et d’une partie de l’appareil d’Etat. Mon pays vaut mieux que cette terrible régression qui annonce des tempêtes politiques dont on ne mesure pas suffisamment l’intensité.

Noël Mamère.

Le 13/03/2017.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre