L'américanisation de la politique française

Les historiens considèrent que le « Nouveau Monde » correspond à l’Amérique découverte par Christophe Colomb. En cette fin de séquence électorale, le Nouveau Monde découvert par Emmanuel Macron ressemble fortement à l’américanisation de notre pays, contaminé par les pratiques politiques en vigueur outre atlantique : Le peuple s’abstient et les lobbies font la loi.

Les 56,6 % d’abstention, soit 26 millions d’électeurs, sans compter les 2 millions de votes blanc, montrent que, au-delà des louanges des courtisans, la crise de représentation a atteint un nouveau pic particulièrement inquiétant. La seule élection qui mobilise les Français - exceptée peut-être celle des municipales - est la présidentielle, quand ils se choisissent un monarque républicain. Comme aux Etats-Unis, c’est cette élection qui structure l’organisation du paysage politique. Les Américains l’ont tellement intégré qu’ils laissent ceux qui se passionnent encore pour la politique faire la loi lors des « Primaires » puis, après que leur champion a été élu par leurs Conventions respectives, ce sont les électeurs, matraqués par des campagnes de publicité ciblées, qui se déplacent dans les « swing states », ces quelques Etats qui font basculer l’élection du Président. Ensuite les citoyens se retirent sur leur Aventin, laissant les professionnels de la profession politique, « ceux de Washington », les lobbyistes, le big-business, voire la mafia, s’occuper des affaires sérieuses.

Le nouveau Président a scénarisé sa campagne selon un storytelling très écrit : mettant en avant son couple, comme aux Etats-Unis, chantant la Marseillaise la main sur le cœur comme lors de l’hymne américian… A cela s’ajoute la volonté d’Emmanuel Macron de s’appuyer sur une technocratie dotée désormais des pleins pouvoirs, pratiquant le spoil system, comme aux Etats-Unis, en remplaçant tous les directeurs d’administration sur des bases politiques.

Un pouvoir soi-disant au dessus des partis, au-delà du clivage droite-gauche, un pouvoir fondé sur la seule gestion comptable, est en train de s’installer sous nos yeux. Les citoyens, épuisés par trente ans d’austérité, de montée du chômage, de lois sécuritaires, laissent faire. Pourquoi, après tout ne pas donner sa chance au nouveau Président puisque les autres, droite et gauche confondues, ont de toute manière montré leur incompétence ? L’idée que la politique doit être jugée uniquement sur ses résultats concrets est aussi une idée venue d’Amérique où le pragmatisme est érigé en valeur suprême. Est bon ce qui marche. Les citoyens sont d’abord des consommateurs. Comme dans l’émission de téléréalité, The Apprentice, animée par Donald Trump de 2004 à 2015, si ça ne marche pas, vous êtes viré. Les députés socialistes et écologistes se reconnaitront dans ce scénario, eux qui ont été viré sur la seule base de leur étiquette, qu’ils aient ou non travaillé avec acharnement. Le produit PS, victime d’un accident industriel a été boycotté par les électeurs consommateurs. Tout le reste n’est que baliverne.

Reste que tout ne s’set pas passé comme prévu. La vague d’En Marche n’a pas submergé entièrement le paysage politique. La France insoumise est en mesure d’organiser un groupe, le FN aura 8 députés, sans compter l’ineffable Dupont -Aignan et Les Républicains ont pu sauvegarder près de 150 députés. Seul le PS, divisé entre macronistes compatibles et sociaux-démocrates « old school », subit une déroute sans précédent, comme l’a dit son chef démissionnaire, Jean Christophe Cambadelis. Pour les Verts c’est plutôt Waterloo, morne plaine. Les seuls députés réélus étant ceux qui les ont trahis.

Mais la France n’est pas l’Amérique. Le débat politique risque de se déporter vers la rue, accentuant un peu plus la crise de la Vème République, incapable de représenter dignement et équitablement ses citoyens. D’autant que si Emmanuel Macron entend aller vite pour détruire les acquis sociaux, il se garde bien d’avancer un quelconque agenda pour changer les institutions. Pourquoi changer un système qui donne 70 % des sièges à un parti qui ne représente au final que 15 % des inscrits ? La République en Marche fait croire qu’elle change tout pour ne rien changer. Une fois de plus, le Guépard a frappé !

Ce Nouveau Monde ressemble en fin de compte à l’Ancien Monde. L’ordre politique est conforme à la Constitution voulue par De Gaulle. Un souverain bienveillant met sous tutelle son peuple appelé à le plébisciter. Comme aurait pu le dire Marguerite Duras, dans son commentaire sur l’affaire du petit Grégory, qui revient à l’antenne comme un remake nostalgique de l’Ancien Monde, celui d’avant Macron : Emmanuel, « sublime, forcément sublime ».

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.