Noël Mamère
Abonné·e de Mediapart

84 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2015

Noël Mamère
Abonné·e de Mediapart

Erri de Luca ou le courage de la désobéissance civile

Noël Mamère
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Le Lyon-Turin doit être saboté. C’est pour ça que les cisailles étaient nécessaires. Il ne s’agit pas de terrorisme. Elles sont nécessaires pour faire comprendre que la ligne à grande vitesse est un ouvrage nuisible et inutile. Le dialogue avec le gouvernement a échoué, les tentatives de médiation ont échoué : il ne reste donc que le sabotage ».

Ces mots ont été prononcés par l’écrivain italien Erri De Luca, le 1er novembre 2013, dans une interview au Huffington Post.  Ce sont ces mots qui étaient jugés en délibéré ce lundi à Turin où le procureur a demandé une peine de huit mois de prison… Pour de simples mots. Heureusement, la raison l’a emporté. En renonçant à condamner l’écrivain, la justice italienne vient d’éviter de sombrer dans le ridicule et l’opprobre et protège du même coup la sacro-sainte liberté d’expression, tant il est vrai que l’on « emprisonne pas Voltaire ».

Erri de Luca n’a jamais renié ses convictions écologistes. De même qu’il n’a jamais caché son opposition à une ligne LGV qui met en danger l’environnement et qui, elle, provoque un sabotage caractérisé de la nature.

Au-delà de la contestation d’un grand projet coûteux, inutile et imposé, nous sommes ici au cœur d’une grande  bataille culturelle et politique. Pour plusieurs raisons :

D’abord, en raison de la différence entre le traitement de l’affaire en Italie et en France. L’Italie vit encore dans la mémoire des années de plomb. Une coalition entre anciens communistes, vieux démocrates chrétiens et nouvelle droite berlusconienne s’obstine à ne pas solder les comptes du Mai 68 rampant, qui mobilisa la jeunesse dans une violence mettant en danger le compromis historique tissé par Aldo Moro qui le paya de sa vie. 45 ans après, l’heure n’est toujours pas à la réconciliation. Notons d’ailleurs qu’Erri de Luca, jeune ouvrier et militant de Lotta continua, organisation maoïste, ne prit jamais les armes à l’époque. En Italie, contrairement à la France, on peut condamner sans problème des écrivains ou des philosophes,  comme Cesare Battisti ou Toni Negri, sans que politiques et intellectuels s’en émeuvent.

Mais, sur le fond, cette affaire dépasse la simple personne d’Erri de Luca et l’Italie post-berlusconienne. L’Europe toute entière sombre dans une spirale d’autoritarisme. La peur suscitée par les actions terroristes du fascisme religieux, la gouvernance à la godille de pouvoirs impuissants à résoudre la crise sociale et la montée du national-populisme, débouchent  sur une gestion de plus en plus autoritaire. Les Etats européens tentent de répondre à la demande d’ordre venant d’opinions tétanisées par le chaos géopolitique et les mutations qu’engendre la globalisation. Cette régression  est partagée, peu ou prou, par la droite et la gauche sociale-libérale qui y voient la solution à leur impuissance face au gouvernement invisible des multinationales.

Les mots prononcés par Erri de Luca posent une question démocratique essentielle. S’ils avaient donné prétexte à une condamnation, ils auraient interdit à l’avenir tout appel à la désobéissance civile.  En Italie évidemment, mais pas seulement. Une jurisprudence italienne aurait pu aboutir à une généralisation de ces pratiques à l’ensemble de l’Union européenne. Toute action de Greenpeace, par exemple, serait dans le collimateur de l’Etat. Le fauchage d’ OGM, que j’ai assumé avec mes amis « faucheurs volontaires », serait assimilé ipso facto à un acte de sabotage. Les hackers seraient considérés, a priori, comme des éléments dangereux et les zadistes, de Notre-Dame-des-landes ou d’ailleurs, comme des  bandits de grand chemin. Ceux de Tarnac, tel Julien Coupat, accusés sans aucune preuve de « sabotage », mais incriminés pour un livre qui leur était attribué - « l’Insurrection qui vient » signé par « le comité invisible » - montrent que cette judiciarisation de la pensée a commencé ici même en France.

Cette criminalisation du mouvement social se déroule sous nos yeux, avec l’affaire surmédiatisée des « chemises » des dirigeants d’Air-France. En taxant de « voyous » des militants syndicaux, en prenant fait et cause pour les arrogants dirigeants de la compagnie aérienne, en laissant mettre en scène l’arrestation à l’aube de six syndicalistes CGT, Manuel Valls a délibérément plagié Clémenceau, son idole qui, en 1908, avait fait emprisonner Emile Pouget, le dirigeant de la CGT, avec trente autres grévistes. Ce militant libertaire, créateur du « Père Peinard », le Charlie Hebdo de l’époque, avait fait adopter par la CGT, dès 1887,  le principe du… sabotage ! Manuel Valls devrait pourtant se souvenir que Mai 68 avait commencé par une séquestration des dirigeants de Sud-Aviation, dans la région Nantaise et que 120 intellectuels français appelèrent à la soumission durant la guerre d’Algérie tandis que Jean-Paul Sartre, juché sur un tonneau, appelait aussi au sabotage à Renault Billancourt. Ni le premier Ministre, ni François Hollande, ni même Fleur Pellerin, ministre de la Culture, n’ont condamné l’éventuelle sentence contre Erri de Luca, au nom de « l’indépendance de la Justice » et de la « non-ingérence » dans les affaires italiennes, qui sont pourtant les nôtres dans la mesure ou la plainte a été déposée par la société publique franco-italienne, basée à Chambéry, à la manœuvre dans le projet de LGV Lyon-Turin.  Tout ce joli monde a ainsi rompu avec la tradition : Ainsi de De gaulle, faisant référence à Sartre,  « on n’emprisonne pas Voltaire », - ce qui ne l’empêcha pas de remplir des charrettes de journalistes à l’ORTF - tandis que François Mitterrand accordait l’amnistie aux militants inquiétés par l’Etat italien, lui-même impliqué dans des actes de terreur comme la Piazza Fontana.

Neuf mois après le 7 janvier, laisser condamner un écrivain pour sa libre expression aurait été une faute morale inexcusable : On aurait ainsi le droit de blasphémer le prophète et autres religions, mais pas celui de s’en prendre aux éléphants blancs, fruits de la démesure et de l’irresponsabilité des Etats.

En procédant ainsi, en condamnant toutes celles et tous ceux qui se rebellent contre l’horreur économique ou écologique, la justice italienne et les hypocrites qui se réfugient derrière elle, auraient ouvert la voie à une révolution néo-conservatrice qui attend de mettre ses pas dans ceux d’une gauche gouvernementale européenne défaite pour avoir oublié le premier de ses devoirs : la révolte contre les injustices.

Noël Mamère

Le 19/10/2015.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Avec le nucléaire, la France s’aligne sur les stratégies industrielles d’États autoritaires
Moins de 10 % de l’électricité mondiale a été produite par du nucléaire en 2021, selon un rapport annuel de référence. La Chine et la Russie construisent le plus de réacteurs à l’uranium, plaçant la France en bien mauvaise compagnie démocratique, alors qu’elle veut lancer de nouveaux EPR.
par Jade Lindgaard
Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Europe
Les Russes fuient vers le Kazakhstan, le président Tokaïev sur un fil face à la Russie
Plus de 200 000 citoyens russes sont entrés au Kazakhstan depuis le 21 février, et 50 000 y sont restés. Le président Kassym-Jomart Tokaïev tente de prendre ses distances avec le Kremlin sur le dossier ukrainien. Mais sa marge de manœuvre semble limitée, explique Michaël Levystone, spécialiste de l’Asie centrale.
par Laurent Geslin
Journal
En Tanzanie, TotalEnergies prépare une bombe climatique aux relents colonialistes
Les Amis de la Terre et Survie publient une enquête inédite sur un futur oléoduc du géant pétrolier français en Tanzanie. Ce projet écocidaire et néocolonial aura des impacts désastreux sur les plans humain, écologique et climatique. Mais la résistance s’organise.
par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze