Les costumes au prix du sang

La nouvelle affaire Fillon, celle des costumes généreusement financés par un donateur bienveillant, est encore plus répugnante que les précédentes. Elle éclaire en effet un des aspects les plus nauséabonds de la Vème République : la Françafrique, néologisme inventé par Jacques Foccart, le «monsieur Afrique» de De Gaulle et Pompidou, traduisant les relations incestueuses entre la France et des dirigeants africains corrompus.

La nouvelle affaire Fillon, celle des costumes généreusement financés par un donateur bienveillant, est encore plus répugnante que les précédentes. Elle éclaire en effet un des aspects les plus nauséabonds de la Vème République : la Françafrique, néologisme inventé par Jacques Foccart, le « monsieur Afrique » de De Gaulle et Pompidou, traduisant les relations incestueuses entre la France et des dirigeants africains corrompus.

Le mécène en question s’appelle Robert Bourgi, successeur de Jacques Foccart,  auprès duquel il a fait ses classes, avant d’officier sous plusieurs mandatures, dont celles de Jacques Chirac. Or, depuis 2012, il est le conseiller aux affaires africaines de François Fillon, dans le rôle d’entremetteur officieux avec les dictateurs soutenus par la France et l’Elysée. Et, accessoirement, comme il l’a raconté à Pierre Péan dans « La  République des mallettes », pour alimenter les caisses des présidentiables de droite… Ce qu’il fit de façon avérée pour Jacques Chirac en 1995 et en 2012.

Mais la réalité ne se résume pas à des affaires de gros sous et de corruption individuelle ou politique. Le système mis au point depuis 1962, suite aux décolonisations formelles négociées par le Général De Gaulle, était destiné à maintenir en l’état la dépendance des pays Africains. Il reposait sur les trois « E » : l’Etat-Major, ELF et l’Elysée. Cette dépendance était organisée à partir de fondements solides : le Franc CFA, monnaie officielle de 15 pays d’Afrique et d’Océanie, les casernes à demeure, qui permettaient les interventions de l’armée française, la COFACE, qui garantissait les investissements hasardeux des entreprises françaises et, enfin, l’AFD, qui leur prêtait de l’argent pour les réaliser. Sous la droite comme sous la gauche, la Françafrique était coordonnée directement de l’Elysée, par une cellule et un homme-lige, (Foccart, Bourgi, Guy Penne). Les dictateurs se succédaient de père en fils, du Togo au Gabon, ou étaient directement désignés par les ambassadeurs français.

Cette décolonisation en trompe-l’œil eut pourtant une limite : avec la chape de plomb due à la dette financière, les Etats africains furent durablement affaiblis au cours des années 90. Pour échapper à la banqueroute, les chefs d’Etat tentèrent de mettre en concurrence les pays qui voulaient les asservir…Et La France ne fut pas la seule à vouloir piller les richesses naturelles de l’Afrique. Américains et Chinois tentèrent de s’imposer, mais l’homme de l’Elysée veillait, entouré d’une faune interlope de barbouzes, d’escrocs et d’industriels, qui devaient soudoyer les élites africaines et françaises. Les bottines de Roland Dumas, rendues célèbres par la ténacité d’Eva Joly, étaient de la même veine que les costards de Fillon aujourd’hui : payés au prix du sang.

Je fus à l’époque attaqué par Elf - avalé depuis par Total -  pour avoir dénoncé les turpitudes de cette entreprise qui livra des armes au dictateur Sassou N’Guesso dans une guerre civile qui fit 20.000 morts en 1997… Sassou a toujours ses entrées dans les Palais de la République. Des diamants de Giscard aux largesses d’Omar Bongo, l’argent coulait à flot. Comme si la bonne conscience de la France s’arrêtait aux frontières de l’Afrique « francophone ».

L’histoire aujourd’hui se répète tristement. Comme si la classe politique française ne pouvait se défaire de sa toxico dépendance envers la Françafrique. La gauche gouvernementale, n’a pas été en reste. Il suffit de se rappeler les bonnes affaires de Jean Christophe Mitterrand, surnommé «  Papa m’a dit » sous le règne de son  père. Ces dernières années, sous François Hollande, elle s’illustra surtout par ses interventions militaires répétées en Afrique et par son soutien sans faille à Bolloré dans son contrôle des ports, des forêts et des chemins de fer, comme celui qui relie Abidjan à Ouagadougou ;  de Total ou d’Areva dans leur pillage systématique des matières premières pour subvenir à notre système énergétique fondé sur le pétrole et le nucléaire.

Droite comme gauche n’ont jamais cessé de penser l’Afrique comme un terrain de chasse réservé.

Droite comme gauche n’ont jamais cessé de soutenir les dictateurs, à Djibouti, au Togo, au Gabon, en Mauritanie, au Tchad, en Centrafrique et ailleurs.

Les costards de Fillon ne sont que la cerise sur le gâteau, une cerise rouge du sang des peuples d’Afrique dont les enfants, traités de « Bamboula » en France, sont massacrés dans l’Afrique « francophone », avec la complicité des prétendants à la charge suprême à Paris.

En finir avec la Vème république, c’est aussi en finir avec ce système pourri qui alimente la misère et la corruption depuis des décennies ; c’est en finir avec ce nouvel ordre colonial, fondé par De Gaulle et ses successeurs. Les 35 000 euros de  vestes matelassées, de pulls en cachemire, de costumes taillés sur mesure chez Arnys, ne sont que l’illustration misérable d’une partie de la classe politique qui n’a jamais rompu le cordon ombilical avec le fantasme de l’Empire. Ce monde n’existe plus mais il paie et tue encore. Ces gens, qui n’ont que le mot « racaille » à la bouche quand il s’agit de stigmatiser les quartiers populaires, ne se rendent même plus compte qu’ils sont  eux-mêmes la lie de la société. Si le poisson pourrit par la tête, tous les politiques ne sont pas des « pourris », comme le répètent jusqu’à l’écoeurement ceux qui dénoncent un système dont ils se nourrissent depuis des décennies. C’est ceux-là qu’il faut « dégager ».

 

Noël Mamère.

 

Le 20/03/2017.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.