Noël Mamère
Abonné·e de Mediapart

84 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 févr. 2022

Penser l'impensable

Le 4 août 1914, au premier jour de l’une des plus grandes tragédies de notre histoire, Henri Bergson écrit qu’elle lui apparaissait, avant la date fatale, « tout à la fois comme probable et comme impossible ». Un siècle plus tard en Ukraine, alors que « l’impossible » devenait de plus en plus « certain », nous avons persisté à croire qu’il ne s’accomplirait pas. Ce déni a plus à voir avec les intérêts des États qu’avec la naïveté.

Noël Mamère
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 4 août 1914, au premier jour de l’une des plus grandes tragédies de notre histoire européenne, le philosophe Henri Bergson écrit qu’elle lui apparaissait, avant la date fatale, « tout à la fois comme probable et comme impossible ». Près d’un siècle plus tard en Ukraine, alors que « l’impossible » devenait de plus en plus « certain », nous avons persisté à croire qu’il ne s’accomplirait pas. Ce déni a plus à voir avec les intérêts des Etats qu’avec la naïveté.

Poutine a mis le feu au monde et nous semblons nous accommoder de cette force brute comme nouvelle modalité des relations internationales. Notre égoïsme et notre obsession de maintenir à tout prix un mode de vie et de consommation dépendant pour partie des hydrocarbures de Poutine, nous font abandonner un peuple déjà meurtri par l’histoire. Nous le livrons à la sauvagerie d’une armée qui a déjà commis des crimes contre l’humanité en Tchétchénie et en Syrie. Par peur de représailles sur nos besoins en énergies fossiles, nous ergotons sur le périmètre des sanctions à imposer au régime clanique et mafieux du maître du Kremlin. Face à un homme qui prétend « dénazifier » l’Ukraine, nous nous comportons comme des « Munichois », symbole de la lâcheté des Nations devant « l’impensable » qui s’est réalisé dès 1938. Drôle de clin d’œil de l’histoire !

Contrairement au « narratif » que l’on nous répète à longueur d’antennes, ce n’est pas la crainte d’une menace nucléaire qui nous rend si frileux face à l’ogre de Moscou ou qui nous fait préférer « l’exfiltration » du président ukrainien à un soutien logistique et politique. C’est la peur d’un « choc énergétique » qui nous obligerait à entrer dans une logique de sobriété contrainte. Cette guerre d’annexion d’un pays souverain au cœur de l’Europe est aussi une guerre de l’énergie. L’une ne peut et ne doit pas être séparée de l’autre. Cette invasion rappelle que nous vivons dans un environnement écologique et géopolitique dangereux qui ne date pas d’aujourd’hui, ce que les écologistes répètent sans être entendus. Dans une sorte d’aveuglement suicidaire, les Etats, même démocratiques, continuent à ne pas prendre la mesure de l’ampleur de la crise écologique et découvrent, effarés, leur dépendance aux fascismes fossiles.

La chute du Mur de Berlin fut interprétée par certains comme « la fin de l’histoire », trente trois ans plus tard, elle reprend son cours tragique. Elle agit comme le révélateur des fragilités de nos vieilles démocraties, souligne la vulnérabilité de l’espèce humaine et démontre surtout notre incapacité à « penser l’impensable ». C’est ce qu’écrivait en 2002 le philosophe Jean-Pierre Dupuy dans son indispensable «  Pour un catastrophisme éclairé, quand l’impossible est certain ».

La malheureuse Ukraine en est la métaphore la plus aboutie. L’Ukraine, c’est Tchernobyl, quand « l’impossible » est devenu « certain » et que l’Europe a été menacée d’un hiver nucléaire que l’on croyait réservé à « l’équilibre de la terreur ». L’explosion de la centrale nucléaire en 1986, a ébranlé les certitudes techniciennes, « l‘impensable » nous a sauté aux yeux, aussitôt refermés pour éviter d’affronter le vertige promis par le dérèglement climatique et l’effondrement de la biodiversité. Nous en sommes là, installés dans le temps des catastrophes en chaine qui suscitent des effrois répétés, avec l’émotion comme seule réponse à une question existentielle.

Cette tragédie provoquera-t-elle enfin un réveil collectif ? Fera-t-elle comprendre que guerres et climat sont liés ? Ne pas agir serait porter le fer contre nous-mêmes et créer les conditions de « l’impensable » chaos.

Noël Mamère. Ecologiste

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat