Burkini, ils sont devenus fous

La polémique grotesque sur le Burkini, initiée par les maires du Sud-Est de la France, essentiellement Sarkozystes et relayée par Manuel Valls, donne à la précampagne présidentielle une odeur putride d’égouts. Ce mélange usé de racisme, d’islamophobie, de chasse à la femme arabe sur les plages de France, montre l’état de déchéance morale qu’a atteint la politique en cette rentrée 2016.

La polémique grotesque sur le Burkini, initiée par les maires du Sud-Est de la France, essentiellement Sarkozystes et relayée par Manuel Valls, donne à la précampagne présidentielle une odeur putride d’égouts. Ce mélange usé de racisme, d’islamophobie, de chasse à la femme arabe sur les plages de France, montre l’état de déchéance morale qu’a atteint la politique en cette rentrée 2016.

Honte à vous, politiciens de caniveaux dont les pères mesuraient déjà au millimètre les minijupes, chassaient les strings, parquaient les nudistes façon «Gendarme de Saint Tropez»… au nom des bonnes mœurs et de l’ordre moral. Aujourd’hui, vous êtes toujours hantés par cette vieille obsession du corps des femmes, qui motive vos ignominies. Inventant de toutes pièces une invasion de vos plages par des hordes de magrébines en « Burkini », vous prenez les mêmes arrêtés que vos père, pour « atteinte aux bonnes mœurs » et « trouble à l’ordre public»… raisons qui en disent long sur vos fantasmes. Vous n’avez de cesse de contrôler le corps des femmes.

Hier vous interdisiez l’avortement, aujourd’hui vous humiliez les femmes sur les plages en les obligeant à se déshabiller devant leurs enfants, sur injonction de vos policiers municipaux transformés en une police des mœurs. Vous qui prétendez être des défenseurs de la loi et de l’ordre vous n’hésitez pas à rejeter comme un chiffon de papier la décision du Conseil d’Etat, narguant ainsi l’autorité que vous voulez imposer à tous les autres.

Honte à vous, élus locaux et nationaux qui, par panique ou par conviction (?) reprenez les thèmes du Front national. Celui-ci peut même apparaître « apaisé », puisqu’il n’a même plus besoin de faire le sale boulot dont vous vous chargez. Il engrange dans le silence les voix que vous rabattez pour son compte. L’original se nourrit de vos lamentables copies. 

Honte à vous, Messieurs Sarkozy et Valls, qui instrumentalisez cette vague nauséabonde pour vous livrer à une surenchère malsaine autour de l’identité. Avec l’aide des médias, cet ogre jamais repu, vous voulez persuader une opinion en quête de sens que les élections de 2017 se joueront sur ce terrain. On peut vous comprendre tant le programme de dévastation sociale de la droite est peu « vendeur » et que ce quinquennat est marqué du sceau de la trahison de son électorat, comme l’a démontré la loi Travail. Car là est la seule vérité de ce pseudo débat de société : Il s’agit, par tous les moyens, de polariser l’attention de l’opinion sur ces questions, qui n’intéressent que des médias voraces, tout en détournant le regard de la question sociale. Mais il s’agit aussi de faire croire que, face au terrorisme, vous auriez des solutions magiques passant par la mise au ban des musulmans, tous confondus, considérés comme les fourriers des théo-fascistes de Daech.

Vous tentez le coup double, en faisant oublier vos erreurs stratégiques (abandon de la police de proximité, suppression des Renseignements Généraux, guerres en Lybie ou ailleurs … ) et en manipulant la laïcité comme valeur et principe politique de la République. Faut-il rappeler une nouvelle fois ici que la laïcité a pour fonction de permettre aux croyants de vivre sereinement leur foi, dans le cadre de l’espace public et privé, tout en organisant la séparation des cultes et de l’Etat. En vous attaquant frontalement aux fidèles d’une religion, vous êtes en train de faire exactement le contraire et vous rompez le compromis de 1905 passé avec l’Eglise. Les plus droitiers des ex UMP ne s’en cachent d’ailleurs plus : Il s’agit pour eux d’empêcher que l’Islam s’affirme face à la religion catholique, apostolique et romaine de la France, « fille ainée de l’Eglise ». Les Wauquiez et consorts se sont mis en mode « guerre de civilisations », brandissant des références mythiques que même les évêques de France récusent. J’entends tous les jours des diatribes contre l’islam sans que ceux qui les prononcent la bave aux lèvres aient lu le moindre verset coranique. L’ignorance fait le lit de la violence.

Oui, je dis halte aux fous, car ce jeu dangereux mine chaque jour un peu plus la France et ses fondements démocratiques, une France où paroles et actes racistes se libèrent, comme au bon vieux temps de la délation et de la folie antisémite qui battait sons pleins dans une certaine presse.

Vous êtes en train de créer les conditions d’une guerre civile de basse intensité qui peut, du jour au lendemain, prendre des formes de violence extrême où l’esprit de vengeance l’emportera sur tout autre considération.

Les mots ne sont pas innocents.  Ils peuvent tuer. Au nom de la religion, ils ont déjà tué en France, de la Saint Barthélémy à Saint- Etienne du Rouvray. Ceux qu’emploient les politiciens racistes face aux arabes et aux musulmans, ressemblent comme deux gouttes d’eau à ceux utilisés par les Ligues d’extrême droite de l’entre-deux-guerres contre les juifs. Ces derniers,  en tout cas pour ce qui concerne les juifs orthodoxes, sont d’ailleurs autant concernés par la tenue des plages que les fidèles musulmans.

Oui, halte aux fous : nous en avons assez de voir la religion s’emparer des esprits, devenir la thématique prioritaire du débat public dans une France où l’immense majorité ne croit ni en Jésus, ni en Mahomet, ni en Moïse, ni en Bouddha, est athée ou vit sa religion en privé.

Que ceux qui veulent porter un voile, une kippa ou une croix, le fassent dans l’espace public. La loi de 1905 - qui n’est pas une loi antireligieuse - les y autorise. Le Burkini ne me gène pas, même si je ne pense pas qu’il est un instrument de la libération des femmes.

Ceux qui gangrènent le climat politique sont ces démagogues qui exploitent le désarroi et la colère nés des attentats, en se prenant pour les héritiers de Charles Martel et en utilisant Marianne à tort et à travers.

Le consensus libéralo autoritaire du néoconservatisme, façon Valls et Sarkozy - les deux faces d’une même médaille - est en train de créer un agenda de la peur. Ici on ne chasse plus le Burkini, mais le foulard, sur la plage, là on expulse les musulmans de son restaurant. Demain on verra fleurir les pancartes « interdit aux chiens et aux musulmans ».  

Celles et ceux qui défendent le cosmopolitisme comme vision du monde, qui refusent l’hégémonie culturelle d’un nationalisme français réduit à l’ethnicisme gaulois, doivent défendre le droit de chacune et de chacun à se vêtir comme bon lui semble, à manger hallal ou casher, à vivre et à être enterré là où il le désire.  

Les terroristes sont en train de gagner la bataille contre l’Etat de droit. Ils ont déjà remporté une première victoire avec la surveillance de masse qui s’ingère dans nos vies privées. Ils sont en train d’en remporter une seconde en transformant en ennemi la population d’origine musulmane et en laissant s’installer un totalitarisme «  soft » établissant un code pénal de notre mode de vie.

Il est temps que ce vent de folie islamophobe et raciste cesse, avant qu’il ne soit trop tard.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.