Affaire du siècle : une victoire pour le climat et la stratégie non-violente !

Historique ! Le mot ne semble pas galvaudé tant l'enjeu est important. L'Affaire du siècle, lancée fin 2018 par quatre ONG (Notre affaire à tous, Greenpeace, Oxfam et la Fondation Nicolas Hulot), a donc réussi son incroyable pari. Faire condamner l'État français et tenter de le contraindre juridiquement. Une victoire pour le droit bien sûr mais une victoire aussi pour la non-violence...

Rassemblement Marche du Siècle place de la République, 16 mars 2019 © Basile Mesré-Barjon Rassemblement Marche du Siècle place de la République, 16 mars 2019 © Basile Mesré-Barjon
Une chose est claire. La décision du tribunal administratif de Paris apparait d'ores et déjà comme un virage déterminant dans la lutte contre le réchauffement climatique. Au-delà des moyens et des recours juridiques utilisés, de l'incroyable pétition signée par plus de 2 millions de personnes en un temps record, le mouvement a également pu s'appuyer sur une mobilisation massive et des actions efficaces médiatiquement. Une synthèse gagnante qui s'inscrit pleinement dans la culture de la stratégie non-violente et de la désobéissance civile. Car rappelons-le, la non-violence est tout sauf une méthode d'action approximative. Elle implique une réflexion de fond, solide et rigoureuse, menée collectivement, et posant des objectifs à court, moyen et long terme. Sa force vient précisément de sa capacité à agir à tous les niveaux. Une savante articulation entre la multiplication d'actions non-violentes, des mobilisations de masse et la volonté de transformer la loi en usant aussi des moyens légaux que le système met à notre disposition. Quels sont les enjeux au final ? Modifier une loi injuste, faire cesser des pratiques liberticides ou qui ne respectent pas les droits élémentaires de la personne, faire plier le camp de celles et ceux qui, par leur complicité ou leur inaction, alimentent les injustices, bref transformer la société en profondeur en proposant une alternative crédible qui aille vers davantage de bien commun. Exactement ce qu'avait réussi en son temps le Mouvement pour les droits civiques à travers les adoptions du Civil Rights Act en juillet 1964 et du Voting Rights Act quelques mois plus tard. Ce que viennent donc aussi de réussir brillamment les organisations qui ont décidé de mettre l'État français devant ses responsabilités. 

Or ce recours, déposé il y a maintenant plus de deux ans, doit aussi son succès à une mobilisation très forte qui est allée crescendo tout au long de l'année 2019 : Grève mondiale pour le climat le 15 mars suivie par des lycéens et des étudiants du monde entier, blocage du siège de la Société Générale le même jour par des jeunes militant.e.s de Youth for Climate encadrés par les organisations ANV-COP21 et les Amis de la Terre, opération Bloquons la république des pollueurs le vendredi 19 avril avec plus de 2000 personnes venues bloquer plusieurs sièges situés à la Défense (EDF, Société Générale, Total et ministère de la Transition écologique), décrochages des portraits de Macron lancés par ANV-COP21 dès le mois de février (150 portraits décrochés à ce jour, une quarantaine de procès en cours et déjà 5 relaxes), sit-in au pont de Sully organisé par Extinction Rebellion fin juin, blocage du pont de Tolbiac suite à la grande marche pour le climat du 21 septembre 2019, occupation du centre commercial Italie 2 le samedi 5 octobre par près d'un millier de personnes, et enfin, pas moins de sept marches pour le climat organisées rien que sur cette année 2019, un record. 

Tout cela nous conforte, à Non-Violence XXI, dans une seule et même idée : la non-violence est non seulement efficace, dès lors qu'elle se manifeste par des formes variées et multiples, mais elle est également hautement fédératrice. Voilà pourquoi elle représente un puissant levier de transformation. La victoire extraordinaire (mais en aucun cas définitive) obtenue ce 3 février 2021 par les membres du collectif l'Affaire du Siècle le prouve. Cependant, elle nous oblige aussi. Nous ne parviendrons pas à changer les choses si nous n'agissons pas de manière toujours plus coordonnée et si nous n'occupons pas tous les espaces possibles, des espaces dans lesquels nous n'aurions de cesse d'exprimer une "contestation créatrice"(1) pour reprendre les mots d'un célèbre pasteur...

 Johann Naessens, Coordinateur Non-Violence XXI 

-------------------------------------------------------

(1) Martin Luther King, Autobiographie, textes réunis par Clayborne Carson, Bayard, 2000, pp. 32-33.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.