Roc en stock

La montagne, ça nous gagne ! L'auteur de BD, alpiniste, Jean-Marc Rochette expose à Grenoble jusqu'au 22 septembre. C'est gratuit. J'y suis allé. Et quand la montagne me manque, je me plonge dans ses derniers ouvrages : "Ailefroide" et "Le Loup" .

Chemin du 15 juin 2019,

Roc en stock

rochette-expo

Quand je suis en Bretagne, vient toujours un moment, après quelques jours, quelques semaines, où la montagne me manque. Et inversement, quand je crèche sous les sommets, surgissent régulièrement des envies d’océan et d’horizon liquide.
Ces frustrations de bourgeois gâté, en attendant d’être gâteux, pourraient trouver un apaisement logique en Corse par exemple, où le roc plonge dans le grand bain. Mais si vous relisez mes deux précédents délires sur l’île de brutalité vous comprendrez que ma ligne de poudre est ailleurs.
Bref, je suis le mec, le gonze, le gazier, qui ne sait pas trop ce qu’il veut, oui, oui, je vous entends bien, et vous avez raison !
En cet instant, par exemple, je martyrise mon clavier à la lumière d’une journée mouillée, sous un velux qui suinte le crachin, face à l’Iroise colérique, grise, blanche, déchaînée. Juin tout à l’ouest n’offre pas toujours la météo souhaitée.
C’est la seconde choisie par mes neurones pour déclencher le grand assaut.

Expo Jean-Marc Rochette au musée de l'ancien évêché à Grenoble jusqu'au 22 septembre (gratuit) © Patrice Morel (juin 2019) Expo Jean-Marc Rochette au musée de l'ancien évêché à Grenoble jusqu'au 22 septembre (gratuit) © Patrice Morel (juin 2019)

Un débarquement s’opère sous mon crâne. Une gigantesque armada prend possession de mes facultés ou de ce qu’il en reste : c’est une flotte chahutée, une légion d’images superposées, une escadre de pics, d’aiguilles, de dents et de dômes, un flot de sensations alpines, un abordage sous la point du Toc ! Je suis barge, plein à ras-bord de cordes, de pitons, de piolets et de mousquetons. J’écope la peur, la sueur, la douleur. Je me lance à mi-cuisses dans le névé, casqué, botté, à fleur de paroi, sur une vire étroite, talons dans le vide, je franchis les obstacles, la crevasse, j’évite les projectiles, les cailloux, les séracs ... C’est mon jour le plus long, et si j’arrive au sommet, ce sera mon D-Day le plus beau...
L’ Overlord du pantouflard !
Toiles et planches de Rochette au musée de l'évêché à Grenoble © Patrice Morel (juin 2019) Toiles et planches de Rochette au musée de l'évêché à Grenoble © Patrice Morel (juin 2019)
Vous l’aurez compris littoral et alpages font bon ménage très souvent. Il est courant d’ailleurs de croiser au large des marins alpinistes, et en altitude des grimpeurs régatiers. Tout cela pour vous conseiller la lecture d’un auteur grenoblois de BD, dont le patronyme est déjà évocateur : Jean-Marc Rochette. Son rock à lui, ses rocs d’enfer, ses spots du tonnerre, il les a pratiqués très jeunes, en Oisans, dans Belledonne, dans le Mont-Blanc. Une chute, à vingt ans, l’a dissuadé de prendre plus de risques et il a dès lors pitonné sa passion montagnarde dans la bande dessinée. Il est l’auteur du Transperceneige. Et dernièrement il a publié «Ailefroide : altitude 3954» ainsi que «Le Loup» , deux magnifiques ouvrages, autant de beaux cadeaux à faire si vous êtes un peu à sec d’idées.
9782203121935-2



J’ai vraiment découvert Rochette, peintre, sculpteur, illustrateur, tout dernièrement dans un magnifique petit musée de Grenoble : le musée de l’ancien évêché, en pein centre de la vieille ville. L’exposition qui lui est consacrée dure jusqu’au 22 septembre. Si vous êtes dans le coin n’hésitez pas, c’est gratuit, et ça donne envie de respirer plus haut.
Tiens, une éclaircie... La vitre n’est plus humide, redevenue transparente, des voiles vont et viennent en bordure de vagues et de sable, les falaises émergent de la brume liquide, je redescends sur mer... Quelque part pourtant, derrière un lobe cérébral, bien planqué mais présent, un violon alpestre se fait entendre, et blesse mon coeur d’une langueur monotone
img-1956-1



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.